Dossier

05.12.2004 à 14h21 par

Affaire France 2 – Libération

Cette affaire aura pris des proportions assez incroyables, et nous même on est un peu sonnés par son ampleur. Mais fort heureusement, grâce au soutien de nombreux sites et journalistes, petit à petit les choses ont pu être dites, et la vérité a eu le temps de se faire connaître. Toute la vérité ? Evidemment non, il reste quelques zones d’ombre et des éléments à rappeler. C’est pour cela que nous vous proposons ce dossier complet, l’occasion de revenir sur les détails de l’affaire et sur ce que nous trouvons important de préciser maintenant qu’elle est close. Attention, certaines scènes peuvent heurter un public d’habitude peu méfiant envers les médias… et les poches de silicone.
  • Résumé de l’histoire

Tout commence le 4 mars 2004, lorsque notre cher Ed Warner (Thomas Huguet) publie une news sur le report de Dead or Alive Ultimate au Japon. Pour ceux qui ne connaîtraient pas, il s’agit d’une série de jeux de combat très réputée dans le monde, dont cet épisode est le premier à être jouable intégralement par internet sur le service Xbox Live de Microsoft. Dans cette annonce de report donc, Ed Warner entame son article en écrivant : « La nouvelle a provoqué un drame au pays du soleil levant : 147 otakus se sont suicidés en gobant des poches de silicone pour protester contre ce report de la part de Tecmo ». Un trait d’humour (noir) évidemment, comme Ed Warner et d’autres rédacteurs du site aiment en faire, en rapport avec les gros seins des héroïnes du jeu. Mais à ce stade si le doute était permis, la conclusion du même article ne laissait aucune ambiguïté quant à la portée satyrique de la phrase : « on me signale à l’instant que les fanas d’import qui avaient précommandé la bête viennent d’être retrouvés pendus avec un soutif géant ». Bref, le 4 mars nous avions surtout l’impression d’avoir diverti nos lecteurs.

Seulement voilà, le1er Novembre dernier, dans un article sur les suicides collectifs, le correspondant de Libération reprenait cette blague, et terminait son papier par « En février 2003, l’annonce du report de la vente du jeu vidéo de combat Dead or Alive a traumatisé les otaku (fadas de jeux vidéo). Furieux, 147 d’entre eux, collégiens ou lycéens, se sont suicidés en gobant des poches de silicone. » L’affaire était passée plutôt inaperçue, jusqu’au 21 novembre dernier où, à la vingtième minute de son journal, Béatrice Schoenberg lance le reportage de M. Philippe Rochot sur les suicides collectifs au Japon. Celui-ci entame en annonçant que « ici, le seul retard d’un jeu intitulé « Mort ou Vif » (ndlr : traduction de Dead or Alive) a provoqué le suicide de 147 collégiens qui ont gobé des poches de silicone ». Fichtre, en voilà une mauvaise nouvelle !

  • Les péripéties de « l’affaire »

Le lendemain de la diffusion du reportage de France 2, Alex Pilot (que les adeptes de la chaîne Gameone connaissent bien) poste un message dans les forums du site Gros Pixels, s’indignant sur cette information parue au journal télévisé la veille, puisque lui-même n’en avait jamais entendu parler (et pour cause). Quelques jours s’écoulent, jusqu’à ce qu’un de nos modérateurs (Reza) nous avertisse que visiblement, une de nos blagues avait fini au journal de 20h de la chaîne publique. Une fois devant les messages du forum où la chose a été remarquée, l’affaire ne fait plus aucun doute : il y a bien eu une erreur, et ces poches de silicone ne pouvaient venir d’ailleurs que de chez nous (la date, le nombre, le vocabulaire et la méthode du suicide étant exactement les mêmes). Ni une ni deux, maintenant il s’agissait de faire rectifier le tir par les rédactions de France 2 et de Libération, puisque mine de rien on a dit à quelques centaines de milliers de lecteurs et 7 millions de téléspectateurs que les jeux vidéo pouvaient entraîner un comportement suicidaire ( !!).

Nous envoyons donc des emails aux rédactions concernées, prévenons qui nous pouvons et publions un article détaillant l’histoire. L’impact est immédiat, et dans les 24h qui ont suivi l’affaire est relayée par les plus grands sites de jeux vidéo (Gamekult, Jeuxvidéo.com, Overgame etc), des sites d’info (ZDNet, Free News, Nouvo.ch) par beaucoup de sites de fans de jeux vidéo ainsi qu’une ribambelle de bloggeurs (non exhaustif). Evidemment ce ramdam nous a amenés deux jours d’affilée à bloquer l’accès au site pour que seule l’info soit accessible, avec une pointe à 30 000 visiteurs différents le 25 novembre dernier. La rédaction de Libération a réagi plutôt vite et a publié un erratum le 25 novembre sur son site et dans son journal, s’excusant auprès de ses lecteurs. Le journaliste ayant rédigé l’article nous a appelés de Tokyo pour s’excuser, et nous expliquer qu’il a fait une erreur dont visiblement il avait honte, et qu’il imputait cela à la fatigue et à l’empressement. Faute avouée est à moitié pardonnée comme on dit, et la réactivité et l’honnêteté dont il a fait preuve sont à signaler. A côté de cela le vendredi 26 novembre Jean Marc Morandini consacre une bonne partie de son émission à cette histoire sur Europe 1, et j’y suis moi-même interrogé. Le dimanche suivant, Arrêt sur Images, qui nous avait contactés, ouvre son émission sur l’affaire, les journalistes terminant à moitié hilares sur le plateau (comme quoi l’humour d’Ed Warner est universel !).

Le lundi qui suit, c’est au tour de France 2 de réagir (ils auront mis le temps !). Au lieu de passer le dimanche, comme promis durant l’émission de Morandini sur Europe 1, un rectificatif est fait dans l’édition du lundi 29 novembre par David Pujadas, annonçant que « un reportage évoquait la mort simultanée via internet de 147 jeunes, eh bien cette information parue dans la presse asiatique anglophone était erronée » (on reviendra sur ce rectificatif un peu après). Le même jour, M. Allanic, médiateur de la rédaction de France 2, nous contacte pour nous demander de participer à son hebdo du samedi 4 décembre, dont l’affaire serait le sujet principal. Rendez vous est pris.

  • Les erreurs de France Télévision :

Avant toute chose, il est utile de rappeler que les rectificatifs sont rares au journal de 20H. Les doublés rectificatif + hebdo du médiateur le sont d’autant plus. Ainsi, même si nous avons quelques points qui nous paraissent sujets à critique, il faut rappeler que France 2 n’a pas été parfait, mais a au moins eu le mérite de réagir et de tenter de s’expliquer. Maintenant, je souhaiterais revenir sur le reportage de monsieur Rochot, et détailler ce qui n’a pu être dit durant l’émission du médiateur (manque de temps et de volonté à vraiment en parler il faut croire). Hormis l’évidente fausse information des suicidés au silicone, ce reportage comprenait d’autres approximations et erreurs, qu’il nous semble important de détailler.

Les erreurs

On en dénombre trois, celle des poches de silicone étant la première. La seconde n’est autre que la conclusion du reportage, où M. Rochot se rend au parc de Yoyogi sur un marché populaire et y trouve, ô miracle, des T shirts à l’effigie de Kenny, le personnage de South Park. Il faut croire que M. Rochot n’est pas adepte de la série, puisque il explique que « l’objectif [de Kenny] est le suicide ». Evidemment cela est complètement faux, puisque Kenny ne se suicide jamais, il est au contraire assassiné à chaque épisode. Mine de rien ça fait tâche, car South Park est mondialement connu, et des T shirts de Kenny on en trouve partout (je suis certain que beaucoup d’entre vous ont même un porte clé à son effigie). Ca en fait des suicidaires tout ça… Enfin la troisième est une erreur « de montage » si l’on en croit M. Rochot. Il s’agit de l’interview d’un japonais au début du reportage, qui dirait selon le journaliste « j’aime bien les jeux de combat et de tir au fusil parce que l’objectif est clair. Ca me décontracte et ça m’enlève le stress quotidien ». Seulement voilà, des personnes maîtrisant la langue japonaise ont remarqué que le jeune homme interrogé sur ces images ne disait pas cela, mais « chaque fois que je joue, je fais des progrès, et c’est ça qui me plaît dans le jeu vidéo ». Effectivement, c’est moins tonitruant… M. Rochot a été contacté, et il a expliqué qu’il s’agissait d’une erreur de montage, qu’en fait le jeune homme avait bien dit les deux phrases, mais qu’ils avaient mis les mauvaises images dans le reportage… Soit, mais avouez que face au manque de sérieux du reportage, ne pas voir les bonnes images reste troublant.

Les approximations

On va dire que là aussi il y en a trois. La première est le lien évident qui est fait entre les jeux vidéo et les comportements suicidaires, devant 7 millions de téléspectateurs doit-on le rappeler, avec la phrase suivante « la vie dans ces univers virtuels peut conduire au suicide disaient les médecins, et ces jeunes en sont les victimes ». Il faut préciser que « les médecins » ne sont en fait qu’un psychiatre japonais rencontré par M. Rochot, pas une étude sérieuse. La deuxième est tout de même la stigmatisation de la société japonaise, qui semble particulièrement horrible et invivable, une société en crise totale où les jeunes sont désespérés au point de se suicider. Si le phénomène des suicides collectifs est bien réel, il convient tout de même de rappeler que le taux de suicide au Japon est à peu près équivalent à celui de la France. Mais aussi et surtout il est primordial, il nous semble, quand on s’adresse à des personnes ne connaissant pas le pays, de rappeler les différences culturelles qui peuvent expliquer le taux de suicide. A commencer par le fait que le Japon n’est pas une société judéo chrétienne, et que le suicide n’y est historiquement pas considéré de la même manière que dans nos pays occidentaux.
Enfin la troisième approximation, c’est cette traduction de Dead or Alive en « Mort ou Vif ». Que les choses soient claires, puisque visiblement c’était sujet à débat suite à l’émission du médiateur. Si la langue française est belle, il n’en reste pas moins qu’on appelle un produit par son nom, fut-il anglais ou japonais. Que je sache, personne ne dit « Station de Jeu » à la place de PlayStation ou « Jeu Garçon » pour Game Boy. Dead or Alive s’appelle Dead or Alive en France, et il n’y a donc que deux choses qui peuvent expliquer cette traduction. La première est l’évident manque de connaissance du journaliste qui n’a même pas cherché à savoir de quel jeu il s’agissait (auquel cas il aurait pu voir que le jeu est très connu en France et s’appelle bien Dead or Alive ici aussi), la seconde est que bien qu’étant au courant, le journaliste a trouvé « Mort ou Vif » bien plus prégnant pour le sujet du reportage. Dans les deux cas ce n’est pas à son honneur, et c’est en cela que nous critiquons cette approximation.

Le rectificatif

Comme précédemment évoqué, les rectificatifs sont rares au JT, et il est rassurant de voir que dans le cadre de cette affaire la rédaction de France 2 a décidé d’en communiquer un. Cependant, il nous semble important de revenir sur le mensonge clair et net qui a été dit. Car dans ce rectificatif, il est annoncé que « l’information parue dans la presse anglophone asiatique était erronée ». Ceci est faux, archi faux, et la seule et unique source de France 2 dans cette affaire, c’est l’article de Libération. Pourquoi ? D’un parce que le journaliste de Libération lui-même nous avait expliqué au téléphone qu’il s’agissait d’une brève très anecdotique parue dans un magazine d’électronique japonais, qu’il n’avait pas pris le temps de vérifier. Visiblement France 2 a une vision assez large de « la presse asiatique anglophone ». De deux parce que quelques jours avant que l’affaire n’éclate, M. Rochot avait expliqué à la journaliste d’Arrêt sur Images qui enquêtait sur ce reportage qu’il avait vu cette info dans un journal français. A ce moment là il ne se rappelait plus lequel, Le Monde ou Libération. C’est la journaliste qui l’a recontacté après avoir retrouvé l’article de Libération, et lui a rafraîchi la mémoire.

Enfin, parce qu’étant moi-même au Japon au moment des prétendus faits, je peux vous certifier qu’il n’y a eu aucune rumeur là bas, ni d’annonce dans « la presse anglophone asiatique ». D’ailleurs les quelques webmasters de sites de jeux vidéo japonais que j’ai contactés m’ont confirmé n’en avoir jamais entendu parler, donc si rumeur il y avait eu ils seraient au courant. Ainsi, M. Rochot et la rédaction de France 2 n’ont pas souhaité prendre leur responsabilités et avouer que l’erreur était simple : le journaliste avait simplement repris l’info dans Libération, comme cela se fait assez fréquemment semble-t-il, et l’avait callé dans son reportage. Bref, un rectificatif disant « nous avons fait une erreur et nous en excusons, les jeux vidéo n’ont aucun rapport avec les suicides au Japon » aurait été plus juste et plus honnête.

  • Conclusion

Cette affaire aura donc fait le tour de beaucoup de rédactions, et visiblement aura permis de secouer celle de France 2. Car derrière ses aspects humoristiques, elle nous semble tristement illustrer deux phénomènes :

Le premier, est l’évident manque de considération des journalistes à l’égard des jeux vidéo, puisqu’ils sont prêts à gober des histoire hallucinantes sans même sourciller. Il faut rappeler que 147 personnes se suicidant d’un coup, c’est digne des plus grands suicides collectifs de ces dernières années, des attentats de Madrid ou encore de sectes extrêmes. Le simple fait que les journalistes puissent croire à une telle absurdité est signe de leur méconnaissance de notre milieu, mais également de leurs a priori négatifs à son égard.

Le deuxième, est qu’il y a bel et bien un problème dans le journalisme pour en arriver là. Il est important de rappeler que c’est une blague qui a terminé au journal télévisé, pas une fausse information. Certes l’erreur est permise, et cela arrive même aux meilleurs, M. Rochot étant, faut-il le rappeler, l’un des meilleurs journalistes de la rédaction de France Télévision. Mais malheureusement cette bourde illustre un système dans lequel le journalisme consiste à aller vite, recopier son voisin, et faire si possible dans le sensationnel, bien plus efficace que le rationnel dans la course à l’audimat.

De notre côté, même si nous aurions souhaité pouvoir aborder avec plus de temps et de détails ces phénomènes durant l’Hebdo du Médiateur, nous tenons tout de même à remercier tous ceux qui ont permis à cette histoire incroyable d’être connue et reconnue par les rédactions de France 2 et Libération. Nous tenons également à remercier M. Allanic de nous avoir permis de nous exprimer dans son Hebdo du Médiateur, même si évidemment nous n’avons pas eu l’occasion de tout dire à l’antenne et regrettons que certains thèmes sérieux n’aient pu être abordés au profit d’autres plus légers. L’enjeu maintenant est d’essayer de faire en sorte que cette histoire serve à quelque chose, et nous espérons que le milieu du jeu vidéo sera de plus en plus consulté et respecté par les journalistes à l’avenir. Notre milieu a besoin des médias pour progresser, et si au lieu de se focaliser sur les aspects négatifs (parfois réels) certains journalistes s’intéressaient, comme cela se fait dans Libération, aux vecteurs d’amélioration et de créativité des jeux vidéo, un grand pas serait franchi.

Cet article est libre de reproduction

  • 08.12 à 08:51

    D’ailleurs j’ai pris connaissance de cette affaire sur FRANCE 5 à l’emission Arret sur images
    Ils ont parlé de xbox mag et dit la vérité

    ça me fait bien rire que le jeu vidéo soit accusé de certains maux, ma foi les povres nenfants qui n’ont pas eu halo 2 à cause des parents affolés lool

  • 06.12 à 06:57

    tient j’ai revu HURLEMENT(The Howling) de Joe Dante et ce film parle beaucoup de journaliste prés a tout pour avoir un Audimat en béton.. meme a servir de diner au loups garous :lol:
    tout ça pour dire que cette mentalité d’avoir des reportages a sensations pour faire augmenter l’audimat, c’est pas né d’hier. 8)

  • 06.12 à 02:45

    Bravo très bonne conclusion à cette histoire. :wink:

    Cela démontre bien ce qu’est les médias de nos jours, les professionnels comme nous les appelons ne cherche plus à nous informer mais à nous distraire (pas tous heureusement) et à faire du voyeurisme au passage, tous sa pour faire de l’audimat et généré encore plus de profits. La plupart des émissions aujourd’hui ne vont pas au bout des choses car ils ne veulent pas que leurs soi-disant débats deviennent chiants pour la ménagère de moins de 50ans, donc ils survolent leurs sujets et les pimentent de quelque niaiseries pour amuser la galerie. :cry:

    Par contre les amateurs eux étant passionnés des sujets dont ils traitent ont l’air quand même plus critique sur ce dont ils parlent car plus en nuance, ils préviennent clairement si tel ou tel sujet est plus ou moins fiable (pas tous non plus)

    Ceci est juste mon sentiment personnel et l’impression que me laisse cette histoire sur les médias actuels.
    :wink:

  • 06.12 à 08:32

    l’»affaire» a justement été conclue par le Médiateur de France 2 pas plus tard que samedi dernier ce qui justifie cet article

    en effet, ce dernier clôt maintenant cette histoire en récapitulant ce qui s’est passé, rien de plus :wink:

  • 06.12 à 08:04

    Pareil je pense qu’on commence à savoir que libé / france 2 à fait une gourde…. C’est pas comme si il y’avait eu des «morts» m’enfin la comparaison est mal choisie.

  • 05.12 à 07:28

    [quote="Toxiker":1vf8q81b]Moi perso j’trouve que vous en faites trop, ça fait 10 piges que vous nous barbez avec cette histoire.[/quote:1vf8q81b]

    ben on t’oblige pas à lire hein… :roll:

  • 05.12 à 07:02

    Rien à dire «Shann-perfect»
    Ca fait du bien d’avoir pu t’entendre t’exprimer au sujet de cette affaire, l’honneur est sauf et c’est bien tout ce qui compte, foi d’Archiduc !
    Amitiés aux membres de la rédac, chapeau bas les gars !!!
    Et excellente continuation !!! :wink:

  • 05.12 à 06:57

    Moi perso j’trouve que vous en faites trop, ça fait 10 piges que vous nous barbez avec cette histoire.

  • 05.12 à 05:37

    Excellent article Shann, tres bon résumé de toute l’histoire qui devrait la cloturer efficacement.

    «Cet article est libre de reproduction» :D

  • 05.12 à 05:36

    [quote="Hot-D":1fzbfgio]Il y a tout eu dans cette affaire
    Du rire, des larmes, des chocs, de la violence, des confrontations, des regards haineux…

    [img:1fzbfgio]http://img.photobucket.com/albums/v342/Mandream/nerdhuh2.gif[/img:1fzbfgio] J’y étais [img:1fzbfgio]http://img.photobucket.com/albums/v342/Mandream/nerdhuh2.gif[/img:1fzbfgio][/quote:1fzbfgio]

    Mdr manqerait plus qu’on fasse une adaptation en jeu vidéo ! :lol:

    Plus sérieusement vous devriez contacter Ubi pour qu’ils intègrent un clin d’oeil à cette affaire dans BG&E2 (par exemple dans une cinématique où un gars zappe sur sa tv et tombe sur l’info des 147 :lol:) !! :D

On en parle aussi

Planning

+