26.04.2011 à 18h03 par - Rédacteur |Source : Rédaction

Outland

L’un des points forts du Xbox Live Arcade, c’est son rythme soutenu de sorties. Chaque semaine sortent des titres dont la plupart sont inconnus au bataillon. Aucune publicité n’a été faite autour de ces jeux et le joueur est en terrain vierge lorsqu’il lance le dit titre pour la première fois. Si celui-ci est mauvais, pas de souci, il retourne à l’anonymat sans même avoir éveillé chez le joueur une once de déception suite à une attente disproportionnée. En revanche, si le jeu est bon, il n’en est que plus agréable à jouer. Cela tombe bien, Outland est de ceux là.

Dans le tout

Edité par le frenchy Ubisoft, c’est au studio finlandais Housemarque que nous devons Outland. Peu connu des joueurs, celui-ci s’est principalement fait les griffes chez la concurrence avec des titres comme Super Stardust HD ou Dead Nation. Changement d’orientation radicale puisque nos amis finnois délaissent les zombies et les vaisseaux spatiaux au profit de la plate-forme pure et dure. Question scénario, vous êtes le pauvre type choisi pour stopper les caprices célestes de deux déesses qui se sont dit que cela ne serait peut-être pas une mauvaise idée de tout faire péter pour recommencer, en mieux. Le train-train quotidien en somme.



Ne nous attardons pas davantage sur ce scénario prétexte (mais néanmoins agréable à suivre) pour passer à l’un des points fort de Outland : ses graphismes. Première chose qui frappe, le jeu est beau. Très beau. L’ensemble des niveaux est d’une beauté poétique. Les arrières-plans ressemblent à des aquarelles sur lesquelles se déplacent des personnages en ombre chinoise. Sur ce point, il est très proche du récent Limbo, toutefois, la comparaison s’arrête là. Car au contraire de Limbo où seule prédominait des nuances de noir et blanc, Outland est bien plus coloré (tout en restant majoritairement sombre). N’oublions pas non plus de saluer l’effort apporté à l’animation. Les différents tableaux sont véritablement vivants. Les arbres, rouages ou ruines visibles au loin sont sans cesse en mouvement, vous-même soulevez de la poussière ou des feuilles mortes à chacun de vos déplacements. Anecdotique pour un jeu boîte, mais appréciable pour un titre arcade.

Quant à la musique du jeu, sans parler de chef d’œuvre, elle reste très agréable. Celle-ci est à l’image des niveaux que vous traversez, douce et reposante. Mais elle sait prendre des tonalités plus guerrières lorsque le contexte l’exige (les combats contre les boss par exemple). Mais arrêtons les chichis et intéressons-nous plutôt au cœur du jeu : son gameplay.

Force rouge ! Force bleu ! Force jaune devant et marron derrière !

Ceux ayant déjà joué à Ikaruga ne seront pas dépaysés. En effet, le gameplay d’Outland est calqué à l’identique sur celui du titre de Treasure. Mais le concept en question n’est pas copié bêtement et les développeurs de Housemarque ont intelligemment adapté ce principe à leur jeu. Le titre repose donc sur la bipolarité du héros, chacune de ses facettes étant représentée par une couleur différente. La gestion de « votre couleur » est primordiale pour avancer sereinement. Activer des mécanismes, éviter des pièges vicelards ou affronter les ennemis vous imposera de jongler entre ces deux couleurs avec adresse et dextérité. A dire vrai, les différents ennemis sur votre route ne représenteront qu’un danger mineur en comparaison des différents pièges. Mais Outland se révèle finalement très simple (un peu trop) et linéaire. Un comble au regard de la taille des différentes zones de jeu.



Car Outland s’inspire également de Metroid, en découle donc des niveaux labyrinthiques. Mais là où le célèbre titre de Nintendo vous laissait errer de longues heures avant de trouver le chemin adéquat, celui d’Outland est balisé du début à la fin. Impossible de se perdre donc et la seule chose que vous ferez sera de vous rendre d’un point A à un point B. Les niveaux labyrinthiques en prennent un coup. La seule suppression de l’indicateur d’objectif aurait permis au jeu de gagner à la fois en difficulté et en durée de vie. En fin de compte, ce n’est que lors des affrontements face aux différents boss que le titre retrouvera le semblant de défi et de difficulté dont il a cruellement besoin. Arriver aux termes de l’aventure ne devrait pas vous prendre plus de 4h. Comme d’habitude avec les jeux actuels, comptez sur les éternels objets à collecter dans les niveaux. S’ajoutent également à cela un mode chrono et l’indispensable multijoueur vous donnant la possibilité de refaire l’intégralité du jeu avec un ami. Mais attention, le multijoueur est limité au jeu en ligne, oubliez la possibilité de parcourir l’aventure en local avec un ami.

http://www.dailymotion.com/video/xf0r8y


  • 07.05 à 12:43

    Y’a un niveau difficile, qui vire les papillons ? Non parce que ce genre de trucs, je ne comprends pas que ça ne soit pas optionnel.

  • 05.05 à 09:56

    "Le jeu il est trop court et trop linéaire !"
    En même temps si tu suis le truc qui t’indique où il faut aller, évidemment que le jeu est court et linéaire…
    Personne ne t’oblige à suivre les papillons, et tu peux te balader partout pour chopper de l’or et des casques.
    Filer tout droit vers le boss, c’est du rush, clairement.

  • 04.05 à 09:44

    Oui, je sais que le chrono du jeu est pipé de manière général. Pour cela que je dis 4h de durée de vie contre 3h30-40 pour le chrono (pis je chrono mes cessions de jeux en parallèle(genre je commence à 21h, je termine à 22h30, pouf, 1h30)(oui j’ai eu 15 au BAC de math)). Ma pris deux soirée pour boucler le jeu.

    Parce qu’il ne faut pas déconner, le jeu n’est pas compliqué pour un sou. Les seules fois où j’ai passé l’arme à gauche ce fut lors des affrontement contre les boss (salope d’araignée). Pas la dizaine de fois où je suis mort qui va rajouter une heure de jeu.

    Mais le jeu est ultra dirigiste. Il y a toujours ces saloperies de boules de piafs/papillons ou je ne sais quoi qui t’indiquent dans quelle direction aller (en plus de l’énorme cible rouge sur la carte), par conséquent, la durée de vie qui aurait pu être rallongée par de l’exploration (comme dans tout bon Metroid-like) passe à la trappe.

    Bon par contre je ne me suis pas amusé à faire la chasse aux casques éparpillés partout. Je me pointais dans un niveau et j’allais directos dans la direction du boss. Et je n’appel pas cela du rush, dans le sens où je prenais un minimum mon temps (m’amuser à butter les saloperies d’araignées bicolores, péter les vases, ce genre de conneries.).

    Paco > 8) :mrgreen:

  • 04.05 à 12:03

    [quote="Dou":3thpuwx1]

    Comme le dit notre malade[/quote:3thpuwx1]

    :pong: , putain, j’avais pas capté !

    Le truc c’est que Manu il meurt jamais, c’est comme ça, c’est son vrai chrono. 8)

  • Dou
    04.05 à 09:41

    [quote="Manu"]Non, tout ce qu’il y a de plus sérieux. Et encore, le chrono dans les menus m’indique environ 3h40 et des poussières de jeu. :P

    Et sans rusher par dessus le marché, me suis contenté de jouer normalement.[/quote]

    Comme le dit notre malade, je ne pense pas qu’il soit judicieux d’utiliser l’horloge des menus pour calculer le temps de jeu.

  • 04.05 à 09:26

    Le chrono dans les menus n’indique pas le temps total joué mais le temps total en mettant les sauvegarde bout à bout (donc ça prend pas en compte les morts il me semble).
    Et 4h, je vois pas comment c’est possible, j’ai encore joué avec un pote hier qui a fini le premier monde en un peu plus d’une heure (genre 1h15), en sachant qu’il y a 5 mondes et que les suivants sont plus long que le premier, 4h je vois pas comment c’est faisable a moins de rusher comme un malade.

  • 04.05 à 08:33

    Non, tout ce qu’il y a de plus sérieux. Et encore, le chrono dans les menus m’indique environ 3h40 et des poussières de jeu. :P

    Et sans rusher par dessus le marché, me suis contenté de jouer normalement.

  • 04.05 à 08:18

    "Arriver aux termes de l’aventure ne devrait pas vous prendre plus de 4h"

    Euh, c’est une blague ?!
    Il m’a fallu bien 8h pour le finir, et on peut pas dire que je sois une quiche en jeu de plateforme ou en shoot…

  • 26.04 à 09:47

    Hum… Un pur jeu à ambiance, quoi. Autre point commun avec Limbo : sa facilité & sa durée de vie.

    Mêmes qualités mêmes défauts presque, donc. Je testerai ! Merci pour le test !

Actu 24/24

+

On en parle aussi

Planning

+