News

07.02.2012 à 14h39 par - Rédacteur en Chef |Source : #AltDevBlogADay

Une Xbox anti-jeux d’occasion ? Il y en a un qui ne dit pas non

Il s’appelle Jameson Durall et officie actuellement comme game designer chez Volition (Saints Row). Dans un article publié sur #AltDevBlogADay, Durall dresse un constat et imagine quelques solutions. Le point de départ concerne une fois de plus le marché de l’occasion et cet article, judicieusement nommé "I feel used", nous rappelle que lorsque l’on achète un jeu d’occasion, le développeur ne gagne rien sur la transaction.

Jameson Durall dresse alors la liste des réflexions et actions qui ont pu être menées pour contrer ce marché ; du DLC au Pass Online, tout est bien mais ne suffit pas. Le monsieur en vient donc à évoquer la rumeur apparue en cette nouvelle année : la prochaine Xbox et son supposé système anti-occasion (nous l’évoquions ici). Pour résumer, la console serait capable de reconnaitre une copie d’occasion (et donc éventuellement en bloquer l’accès), rendant toute tentative de revente du soft inutile.

Selon le game designer de Volition, ce procédé amorcerait "un changement fantastique pour nos affaires". Un principe qu’il illustre en faisant un parallèle avec les contenus téléchargeables assignés à un compte sur une console mais néanmoins utilisables par les autres profils présents sur la machine : quelque part, les choses sont déjà en marche. Jameson Durall évoque également le marché de la location, pour lequel il imagine un système proposé par Microsoft lui-même ; le jeu serait jouable pour une période limitée en échange d’un montant réduit sur lequel les développeurs gagneraient quelque chose. Un principe qu’il voit s’appliquer pourquoi pas au prêt de jeu.

Tout cela n’est que la parole d’un homme mais elle vient s’ajouter aux rumeurs, aux DLC utilisables sur un seul profil de joueur et autres Pass Online. La guerre contre le marché du jeu d’occasion semble plus que jamais vivace et c’est avec beaucoup de curiosité, et une certaine appréhension tout de même, que l’on attend de voir ce qu’il en sera avec la prochaine Xbox.

  • 15.02 à 08:18

    Battlefield 3 ?

  • 14.02 à 04:16

    Déjà j’ai décidé de ne pas acheter de jeu avec des pass online !
    Si ça ça se concrétise la 360 sera tout simplement ma dernière console !

  • 14.02 à 08:13

    Je ne pense pas non plus que le livre papier disparaîtra. Par contre les ventes d’oeuvres littéraires sur support numérique augmenteront sans aucun doute.

  • 13.02 à 06:14

    Surtout que contrairement aux œuvres audiovisuelles qui sont tributaires d’un constant progrès qui t’oblige soit à renouveler ton matériel, soit à devenir has been, un bouquin lui ne vieillit jamais (la meilleure preuve ? Je revends mes DVD, je garde mes livres & BD).

    Du coup +1 Shaka.

  • 13.02 à 11:47

    [quote="Raven":1ds5gf90]Les livre vont peu a peu disparaitre au profit des formats électroniques.[/quote:1ds5gf90]

    Permets moi d’emmettre de gros doute ici. Je crois pas que le format électronique fera disparaître le format papier. Jamais dans mille ans. En fait, pour quelqu’un qui aime la littérature ce serait le plus grand des sacrilèges. Rien n’est mieux que de possèder le livre, la sensation des pages, l’odeur d’un livre, la valeur de l’ouvrage lui-même. Un livre électronique n’en a aucune. Le plaisir aussi de trouver enfin le livre souhaité, dans le format et l’édition que l’on recherche.

    De plus, quelle fomidable régression. Honnêtement, être tributaire de ton apport en électricité pour lire, c’est vraiment n’importe quoi.

    Enfin, on s’écarte du sujet là.

  • 12.02 à 07:06

    Les livre vont peu a peu disparaitre au profit des formats électroniques. Ils sont en général 20% moins cher SEULEMENT ( alors qu’il n’y a pas du tout les memes couts ) donc on y vient aussi dans les livres, je te rassure.

    Reste que l’alternative sera dans la diffusion indépendante ( on a l’info ou intox mega box, mais on y vient aussi a ce systeme, heureusement ), reste a savoir quelle sera sa part dans le marché futur.

  • 10.02 à 02:32

    Amen.

    [quote="Raven":9wbj9wzn]On parle du jeu video mais les livres c’est pareil. J’aimerais bien avoir beaucoup de bouquins, mais a 20€ l’ouvrage neuf pour un truc qui fait 100 pages que tu ne lis qu’une fois, voila le prix que ca coute quand t’aime lire. Pourtant presque personne s’offusque du marché d’occasion qui ne finance pas les auteurs et éditeurs.[/quote:9wbj9wzn]

    C’est un ressenti personnel mais j’ai l’impression qu’on revend bcp moins un livre qu’un jeu vidéo. Puis les éditeurs n’ont aucun moyen d’imposer une taxe sur la revente d’un livre d’occasion alors que c’est technologiquement facile à faire pour le JV.

    C’est vrai aussi que 20€ c’est cher pour un livre (encore que ca dépend vraiment des livres et de la quantité de travail fourni) mais le prix bloqué du livre a sauvé le marché de l’édition en France =/

  • 10.02 à 02:18

    En effet le probleme est pas tant occasion ou neuf que systeme d’offre et de demande.

    Le but du jeu est de trouver des jeux au prix ou on l’estime. Si on juge en achetant un jeu d’occasion qu’on est pas pret a y mettre le prix officiel plein tarif, et que ca marche quand meme pour d’autre, c’est pas un probleme.

    Les exemples donnés qui viseraient a dire "regardez c’est encore moins cher en neuf qu’en occaz c’est vous les pigeon" me font rire quand meme. Bien entendu que si on trouvera moins cher en neuf qu’en occasion ( et qu’en plus ca rémunère l’industrie – mais a ces prix la c’est juste pour écouler les vieux stock et pas perdre davantage – ) on achetera en neuf.

    Mais ces prix sont proposés neuf que parce que les occasions ont un prix trop élevé par rapport au marché. quand je vois un blockbuster vendu 60 voire 65€ en magasin "d’occasion" a la place de 70€ je rigole, personnellement quand je vais chez eux je met généralement 15€ max par titre. Mais le marché de particulier a particulier sans intermédiaire est quand meme plus avantageux.

    Le principal probleme c’est surtout que ce vérouillage biaise le marché d’offre demande. Comme quand le prix du tabac est surélevé car les bar tabac ont le monopole, comme quand les loyers montent uniquement par raréfaction des biens ( par non construction ) par rapport a la demande croissante etc … bref ca instaure un monopole qui shortcut le marché et ca je refuse.

    On parle du jeu video mais les livres c’est pareil. J’aimerais bien avoir beaucoup de bouquins, mais a 20€ l’ouvrage neuf pour un truc qui fait 100 pages que tu ne lis qu’une fois, voila le prix que ca coute quand t’aime lire. Pourtant presque personne s’offusque du marché d’occasion qui ne finance pas les auteurs et éditeurs.

    Comme si on faisait en sorte d’instaurer un code de démarrage personnalisé pour un véhicule, a renouveler a chaque vente. En gros si on acheterait une voiture d’occasion, il faudrait repayer le prix neuf pour pouvoir la démarrer ( donc plus d’occasion, obligé d’acheter tout le temps neuf ) avec une montée des prix due au monopole, vous trouveriez ca normal ?

    Ils veulent supprimer le "produit", en le transformant en "service" : on achete un droit d’user d’un service point barre, on en est plus propriétaire. Ben moi je ne suis pas d’accord.

  • 10.02 à 10:24

    [quote="shakanico":9i7yausn]Le marché étant tellement tendu, le fait de vendre plus de jeux mais à un prix bien moins élevé représente un manque à gagner immédiat qui est réinjecté dans d’autres prods (si les constructeurs abandonnaient leurs royalties à partir d’x mois après la date de sortie d’un jeu, ce serait différent). Quand tu vois le coût de production d’un jeu sur Xbox 360, les éditeurs sont obligés d’en vendre bcp dès la sortie du soft. On voit bien que Dead space 1 et Mirror’s edge malgré de bons scores finaux ont été une douche froide pour EA. Et encore là on parle d’un des plus grands éditeurs du jv, donc qui a les ressources pour combler un manque à gagner temporaire et se permettre de continuer sa politique de nouvelles IP. Si le cas arrive à une petite boite type cdprojekt ou GSC, je ne donne pas cher de leur peau.[/quote:9i7yausn]
    Justement, en vendant les jeux moins chers dès le début, c’est aussi l’occasion d’en vendre plus. Je pense que pas mal de joueurs se laisseraient plus facilement tenter par de nouvelles licences si elles étaient plus abordables à leur sortie, surtout lorsqu’elles font encore parler d’elles. Les grosses licences façon CoD n’auront pas trop de mal à vendre des palettes à 70 euros l’unité en revanche.

  • 10.02 à 07:38

    [quote="Canonball":1gkiclmf]Je ne vais pas faire mon troll, mais il n’ empêche que je ne pense pas que ma façon d’ acheter les jeux soit pire que si je les achetais d’ occasion (puisque c’ est quand même ça le sujet du topic).
    Tu dis toi même shakanico que tu revend et achête des jeux d’ occasions, ton modéle économique n’ est en rien plus favorable au éditeurs que le mien, et je pense même qu’ il est pire puisqu’ il ne leur rapporte absolument rien. Donc bon, chacun fait comme il veux, mais je pourrais tout aussi bien que toi généraliser en te disant que si tout le monde faisait comme toi (en achetant d’ occasion) ça causerait la mort du jeu-video.
    Moi je dis simplement que je préfère attendre que les prix baisses pour m’ acheter un jeu neuf plutôt que de l’ acheter d’ occasion (et j’ ai beaucoup d’ exemples qui m’ ont confirmé que l’ occasion était souvent plus cher que le neuf à prix réduits, parfois même dans la même boutique, le comble !).
    Et je te rassure (encore), j’ achète quand même les jeux que j’ ai envie de soutenir au moment de leur sortie (en essayant de trouver les promo…). :)[/quote:1gkiclmf]

    Bon j’abandonne puisque tu ne sais pas lire un message. Où est ce que je dis que j’achète des jeux d’occasion ou que mon fonctionnement est meilleur que le tien ? Nulle part.

    [quote="Moogourou":1gkiclmf][quote="shakanico":1gkiclmf]C’est juste que tu ne peux pas dire "il suffit d’attendre quelques mois que le prix du jeu baisse" car c’est une grosse perte d’argent pour les éditeurs de vendre tous leurs jeux à 30€ au lieu de 60.[/quote:1gkiclmf]
    Pas forcément puisqu’en vendant les jeux moins chers, ils vont aussi en vendre plus. C’est quoi le plus intéressant, 200 000 ventes à 60 euros ou 600 000 à 30 ?[/quote:1gkiclmf]

    Le marché étant tellement tendu, le fait de vendre plus de jeux mais à un prix bien moins élevé représente un manque à gagner immédiat qui est réinjecté dans d’autres prods (si les constructeurs abandonnaient leurs royalties à partir d’x mois après la date de sortie d’un jeu, ce serait différent). Quand tu vois le coût de production d’un jeu sur Xbox 360, les éditeurs sont obligés d’en vendre bcp dès la sortie du soft. On voit bien que Dead space 1 et Mirror’s edge malgré de bons scores finaux ont été une douche froide pour EA. Et encore là on parle d’un des plus grands éditeurs du jv, donc qui a les ressources pour combler un manque à gagner temporaire et se permettre de continuer sa politique de nouvelles IP. Si le cas arrive à une petite boite type cdprojekt ou GSC, je ne donne pas cher de leur peau.

On en parle aussi

Planning

+