News

15.06 à 12h37 par - Rédacteur |Source : GamesIndustries

Warren Spector aussi n’a pas aimé l’E3 2012

Actuellement en plein développement d’Epic Mickey 2, c’est en toute logique que Warren Spector était présent au salon de l’E3 afin de présenter son titre. Lors d’une interview accordé à nos confères de GamesIndustry, celui-ci révèle ses observations et conclusions faites lors du salon.

« Premièrement, l’ultra violence doit cesser. Nous devons arrêter de l’adorer. Je ne crois pas du tout à l’argument des effets de la violence, mais je crois que nous idolâtrons la violence, et dans la plupart des cas la combinons avec une approche adolescente de la sexualité. Je pense que c’est de mauvais goût et que cela risque de nous jouer des tours. Nous avons été trop loin. […] Des éclaboussures de sangs aux ralenties, l’empalement par des assassins, les couteaux, épaules, coudes dans la gorge. Vous savez, Deux Ex avait ces moments de violence, mais ils étaient conçus – qu’ils y soient parvenus ou non je ne sais pas – pour vous mettre mal à l’aise et ce n’est pas ce que je vois actuellement. Je croissimplement que séduisons les adolescents en appelant ça mature. »

En sommes, il regrette que l’utilisation de la violence, toujours plus présente soit dénuée de toute morale, à l’instar du dernier Splinter Cell dévoilé et ses égorgements en gros plan qui n’ont d’autres ambitions que d’en mettre plein la vue. Mais le développeur critique en outre la place réduite des jeux lors des conférences :

« La partie la plus intéressante des conférences n’avait rien avoir avec les jeux. Lorsque les jeux sont les sujets les moins intéressants, il y a un problème. Depuis quand le sujet d’une conférence de jeux vidéo est l’interaction avec Netflix ? Cela m’ennuie un peu. Personne ne sait de quoi sera fait le futur du jeu vidéo. A une époque où Notch peut faire Minecraft, Chris Hecker peut enfin faire son incroyable party game d’espions, Jon Blow peut faire Braid et je peux développer un jeu Mickey Mouse triple A, tout est possible. […] Tout ce que j’ai vu à l’E3 c’était : nous allons faire ce que nous avons toujours fait, mais en plus grand et en plus sanglant. Et nous allons aussi parler de Netflix. Je ne comprends pas ».

Au regard de la conférence de Microsoft, composée presque exclusivement de suite et de remake, ou de présentation d’application dont la majorité des utilisateurs se moque, ce n’est pas nous qui allons lui donner tort.

http://www.youtube.com/watch?v=IQYLiSem65A

  • 15.06 à 12:41

    L’ami Warren n’a pas tord, non pas que la violence soit à bannir dans le JV, ce qui ne serait rien d’autres que nier une partie de la réalité, mais il est clair que certain s’en servent de fond de commerce.

    Par exemple prenons deux jeux similaire: God of War et Dante’s Inferno, tout deux violent s’il en est, mais il y a clairement un différence entre GoW qui se base sur la mythologie du Panthéon Grec, et qui ne trouve rien de mieux que d’étaler sans cesse un panel de finish ultra-violent sans autre explication que "wesh Krados il a les glandes", utilisant même cette argument dans leurs trailers (celui de Ascension ou il te montre bien que tu vas crever l’œil du géant par exemple); alors qu’avec toutes les légendes de la Grèce antique, on aurait pu avoir des centaines de lieux fantastiques à explorer, des personnages mystérieux et ambigu à rencontrer, etc…
    Et maintenant Dante’s Inferno, qui certes en aucun cas n’effleurera l’un des plus grands chef-d’œuvre de notre civilisation Helléno-Chrétienne, mais qui explore l’Enfer, et qui le sublime dans toute son horreur et sa perversion, par des scènes violentes (et encore contrôlé, je trouve que c’est moins extrême que GoW bien souvent), voir dérangeante, marcher sur les murs de corps suppliant, les bébés non baptisé, Cléopâtre qui fait sortir des monstres de ses tétons et qui se trouve au sommet d’une tour en forme de phallus géant, le père de Dante déformé par ses vices et qui raconte comment il aurait voulu violé sa belle-fille, etc… Tout ça au service du lieu, pour rendre au mieux se que pourrait donner le mythe de l’Enfer Chrétien.

    En ce sens Dante’s Inferno à bien plus de mérite que God of War, qui est très "nauséabond" (comme aiment tant le dire les sachants).

    Alors évidemment ont voit les blockbuster en priorité (égorgement interactif de Splinter Cell, scène de torture gratuite dans CoD, violence inutile dans GoW, etc…), alors malheureusement on ne parle pas de la violence "bien utilisé", comme dans Sillent Hill, Dante’s Inferno, Metal Gear Solid, Rule of Rose, NieR, etc…

    Il y a aussi la violence utilisé de manière décalé, qui elle n’est pas un soucis je trouve, genre, MadWorld, Bayonetta, Lollipop Chainsaw, Dead Rising, etc … (pas beaucoup de jeu américain qui me vienne comme ça d’ailleurs, ce qui est étonnant sachant qu’ils sont capable de produire des South Park, et qu’ils ont capable d’un truc inconnu aux Français qui s’appelle l’auto-critique).

  • 15.06 à 11:16

    ça m’a fait du bien de lire ça ce matin. J’suis passé pour un fou le lendemain de l’E3 quand en cours (je sors d’une école de jeux vidéo) je clamais ma déception de voir tous les gros jeux se copier dans leurs mécaniques de game play (autant le dire cette année la mode est à uncharted) et leur ambiance "je tue, je tue, je tue"… moi aussi je fais une overdose. On essaie de nous faire croire que le ludisme ne passe que par le meutre et la violence virtuelle, alors qu’une catégorie de jeu comme ça, evidement il en faut (et je ne cache pas avoir dans ma ludothèque des jeux comme condemned ou gears of war), mais transformer tous les registres en jeux d’actions couloir bête et violent (tomb raider jeu d’exploration/enigme —E3 2012—> jeu couloir bourrin. Splinter cell jeu d’infiltration —E3 2012—> jeu couloir bourrin etc …) ça fait mal… C’est comme tout, il faut de la variété et un équilibre dans celle ci. On est en train de la perdre et c’est triste… Perso, en ce moment je m’éclate sur Joy Ride Turbo, quand je vois les sensations vraiment réussi que le jeu propose (pour un mario kart like j’entend), l’univers graphique vraiment rafraichissant et maitrisé qu’il offre avec un level design absolument génial, je me dis que ce genre de jeu mériterait aussi des gros budget et un gros soutien pour être encore plus ambitieux et riche en contenu… Faire des sauts de 50m avec une petite voiture cartoon aux suspentions de folie, c’est autant ludique qu’égorger un militaire russe, je me sens un peu seul à penser ça :/ Je ne cite que cet exemple car j’suis dessus en ce moment mais je pourrais citer énormément d’autres concepts de jeux qui passent complètement à la trappe face aux gros triple A bien sanglants… J’espère qu’on en est là uniquement car on a atteint des possibilités techniques qui permettent enfin de faire des jeux "réalistes" (même si le réel ne se limite pas qu’à la violence… enfin j’espère <_<) et qu’il s’agit d’une vague temporaire, mais j’en doute :/

  • 15.06 à 10:38

    Actuellement en plein développement d’Epic Mickey 2, c’est en toute logique que Warren Spector était présent au salon de l’E3 afin de présenter son titre. Lors d’une interview accordé à nos confères de GamesIndustry, celui-ci révèle ses observations et conclusions faites lors du salon.

    Lire la suite