02.07 à 13h58 par - Rédacteur |Source : Rédaction

Anomaly: Warzone Earth

Tout le monde ou presque maintenant connait le principe du Tower Defense. Il faut reconnaitre que le genre s’est très rapidement démocratisé ces dernières années et de nombreux studios se sont essayés au genre. Mais très peu d’entre eux ont pris la peine de modifier ne serait-ce qu’un minimum la formule initiale de ce genre très codifié. Alors lorsqu’un petit studio prend le joueur à contrepied en le plaçant dans le rôle de l’attaquant et non plus du défenseur, on se doit de l’encourager.

E.T téléphone maison

Plantons le décor. Des extra-terrestres décident un beau jour d’envahir la Terre. Aussi étonnant que cela puisse paraître, ce n’est pas Washington qui est visé mais Bagdad et Tokyo (avec un peu de chance, ils se décideront enfin à attaquer Paris un jour). Vous êtes donc envoyé sur place pour mettre un terme à l’invasion alien en employant de préférence la manière forte. Rien de bien extraordinaire, nous avons ici le minimum syndical pour ce type de jeu en terme de scénario. A tout dire, nous ne leur en demandions pas autant alors il n’y pas de quoi se plaindre. A fortiori quand le jeu se veut volontiers plus original dans son gameplay.


Comme dit en introduction, contrairement aux tower-defense habituels, les rapports de forces sont ici inversés. La zone appartient aux extraterrestres qui y ont déjà déployés leurs tourelles, à vous de vous frayer un chemin dans ce labyrinthe jusqu’à la sortie tout en accomplissant au passage les quelques objectifs demandés. Vous unités, indivisibles, avanceront toutes en file indienne, a vous alors de leur indiquer la route à suivre quitte à la modifier en temps en réel en réaction aux décisions de l’ennemi. Une excellente idée, efficace, qui évite en outre de sombrer dans l’ennui et la monotonie en vous impliquant constamment dans l’action.

Rencontre du troisième type

En plus de cela, vous disposez d’une panoplie de pouvoirs prompts à faire pencher la balance en votre faveur à tout moment. Cela va du brouillard qui diminue la précision des tirs ennemis au bombardement aérien d’une zone déterminée au préalable. Là encore, ces pouvoirs contribuent à renforcer le côté stratégique du titre. Malheureusement, ceux-ci sont présents en bien grand nombre et vous n’en serez que très rarement à cours, voire jamais si vous les utilisez avec parcimonie. Le jeu étant de base très simple, l’abondance de ces pouvoirs n’arrange pas les choses. En effet, vous ne serez que très rarement en danger et si le déploiement de tourelles ennemies a de quoi faire peur au premier abord, celle-ci ne se révèlent pas être une menace sérieuse et ne font que rarement le poids face à vos propres unités (toutes perfectionnables).



Le jeu ne brille malheureusement pas par sa direction artistique malheureusement. Celle-ci est bien trop quelconque et rien ne la distingue de ce que nous sommes habitués à voir en matière de jeu de guerre. Les tourelles ennemies se ressemblent toutes et il ne faudra compter généralement que sur leur taille pour les différencier. Il en va de même pour vos unités très banales et déjà vu mille fois ailleurs. Une direction artistique plus originale, ou moins plus personnelle, aurait grandement contribué à agrandir notre estime envers le titre de 11bit Studios. Pas bien difficile et donc fatalement très court, vous pourrez heureusement compter sur quelques modes de jeu supplémentaires, en contre la montre et un mode survie, pour prolonger l’expérience, le mode histoire ne se prêtant hélas que très peu à une nouvelle partie.

http://www.dailymotion.com/video/xn05ff

On en parle aussi

Planning

+