News

10.07 à 12h37 par |Source : Boursier

Cession d’Activision Blizzard, Microsoft intéressé ?

Avec des franchises telles que Call of Duty, Warcraft, Starcraft et Diablo et pas loin de quatorze studios (dont Blizzard Entertainment, Infinity Ward, Treyarch), l’éditeur Activision Blizzard est depuis plusieurs années la firme numéro un du marché du jeu vidéo. Mais étrangement, elle n’est pas assez rentable pour sa maison-mère : Videndi qui songerait depuis quelques jours à s’en séparer moyennant finances pour renflouer ses caisses et rassurer les investisseurs.

Comme vous vous en doutez, une telle situation pourrait avoir d’énormes répercussions sur le marché du jeu vidéo du fait de l’importance du groupe dans le secteur. Certes, on en est encore au stade des rumeurs mais il se murmurerait que des banquiers proches de Vivendi seraient en train de sonder plusieurs acheteurs potentiels – aux ressources quasi illimitées – parmi lesquels Tencent Holdings, Time Warner et Microsoft ainsi que des poids-lourds du capital-investissement comme KKR, Providence et Blackstone.

Certes, on songe tout de suite à Microsoft qui aurait un énorme coup à jouer avec ce rachat mais la partie – si elle a bel et bien commencé – est loin d’être gagnée. Tout d’abord car il est évident que Microsoft surveille quelque peu sa bourse avec les arrivées prochaines – et coûteuses – de Windows 8, Windows Phone 8 et de la prochaine Xbox. Sans compter que les potentiels concurrents ont autant de raisons d’être intéressés que Microsoft comme le chinois Tencent Holdings, spécialiste des jeux multijoueurs et qui a déjà signé un partenariat avec Activision pour le lancement de Call of Duty Online en Chine.

Quoiqu’il en soit, la machine à spéculations est en route et va en faire fantasmer plus d’un !

  • 11.07 à 07:19

    Un déclin à la Guitar Hero donc ? C’est bien possible au bout d’un certain temps oui.

  • 11.07 à 04:38

    En fait c’est pas parce que ça ne gagne pas assez qu’ils veulent revendre Activision Blizzard bien au contraire.
    C’est parce que ça marche du tonnerre qu’ils veulent vendre pour faire grimper le cours de leurs actions.
    Je ne me souviens plus des mécanismes exacts que j’avais lu dans un article mais c’est de la magouille boursière.

    Je me demande aussi si Vivendi ne prévoit pas le déclin des deux licences porteuses d’Activision-Blizzard (COD et WOW). Dans ce cas de figure, il vaudrait mieux vendre maintenant, tant que la valeur de ces deux entreprises est au plus haut, plutôt que d’attendre la baisse effective des ventes.

  • 11.07 à 04:11

    Ms ferait une sombre connerie à racheter Acti à mon avis. je suis de l’avis de Dhusara, un rachat ferait chuter le CA (du fait évidemment des restrictions de plateformes). De plus, un rachat implique une augmentation des charges opérationnelles avec un retour sur investissement loin d’être certain.

    MS prend beaucoup moins de risques à commander directement une licence auprès d’un éditeur externe plutot que d’acheter des studios pour les faire développer des licences en interne.

    Rare syndrome inside

    Pas tout à fait vu que Rare n’était pas multiplate-formes.

  • 11.07 à 12:54

    Je suis intéressé. Je vous tiens au courant après mon rendez-vous à la caisse d’épargne.

  • 11.07 à 08:56

    Ms ferait une sombre connerie à racheter Acti à mon avis. je suis de l’avis de Dhusara, un rachat ferait chuter le CA (du fait évidemment des restrictions de plateformes). De plus, un rachat implique une augmentation des charges opérationnelles avec un retour sur investissement loin d’être certain.

    MS prend beaucoup moins de risques à commander directement une licence auprès d’un éditeur externe plutot que d’acheter des studios pour les faire développer des licences en interne.

    Rare syndrome inside

  • 11.07 à 07:56

    Ms ferait une sombre connerie à racheter Acti à mon avis. je suis de l’avis de Dhusara, un rachat ferait chuter le CA (du fait évidemment des restrictions de plateformes). De plus, un rachat implique une augmentation des charges opérationnelles avec un retour sur investissement loin d’être certain.

    MS prend beaucoup moins de risques à commander directement une licence auprès d’un éditeur externe plutot que d’acheter des studios pour les faire développer des licences en interne.

  • 10.07 à 10:16

    En fait c’est pas parce que ça ne gagne pas assez qu’ils veulent revendre Activision Blizzard bien au contraire.
    C’est parce que ça marche du tonnerre qu’ils veulent vendre pour faire grimper le cours de leurs actions.
    Je ne me souviens plus des mécanismes exacts que j’avais lu dans un article mais c’est de la magouille boursière.

  • 10.07 à 10:08

    Je suis sur le cul. Vivendi est tant dans la merde que ça, pour revendre le n°1 d’un secteur en expansion ?

    Mais Microsoft ne fera rien, les studios ça fait un bail que ça ne les intéresse plus…

  • 10.07 à 10:03

    Ben, c’est sûr que le CA va fondre mais Microsoft pourrait surtout récupérer des licences ultra renommées – et qui sont des "system sellers" ainsi que des nouveaux studios. Là, il pourrait rattraper le retard par rapport aux autres constructeurs étant donné que c’est son plus gros point faible. Mais bon, perso, je n’y crois pas du tout. Ce n’est pas spécialement dans l’intérêt de Microsoft de débourser autant alors qu’ils sont assurés – quoiqu’il arrive – que les COD & co feront des millions et des millions sur Xbox 360, ce qui lui fera gagner indirectement des sousous via les royalties.

  • 10.07 à 09:50

    En passant chez Microsoft, le chiffre d’affaire d’Activision Blizzard va fondre comme neige au soleil, et c’est un peu le genre de problème avec ces boites qui vivent de l’ultra multiplateforme.
    La valeur de l’entreprise va en pâtir, et il faudra pour Microsoft se débarrasser de studios chez Activision hautement dispensable.

  • 10.07 à 11:07

    Avec des franchises telles que Call of Duty, Warcraft, Starcraft et Diablo et pas loin de quatorze studios (dont Blizzard Entertainment, Infinity Ward, Treyarch), l’éditeur Activision Blizzard est depuis plusieurs…

    Lire la suite

On en parle aussi