29.08 à 02h11 par |Source : Rédaction

Tony Hawk’s Pro Skater HD

Chez certains éditeurs, lorsqu’un jeu sort du lot et cartonne, il est rapidement suivi d’une pléthore de suites usant peu à peu la licence jusqu’à l’écœurement et sa disparition de nos étals. C’est ce qui est arrivé récemment à la plupart des jeux musicaux mais aussi, dans le cas qui nous intéresse plus particulièrement, à l’ami des skateurs j’ai nommé Tony Hawk. Profitant de la nouvelle mode des remasterisations en haute-définition et de l’essor des plateformes dématérialisées, Activision en profite pour tenter de relancer sa franchise et repartant des bases.

Faucon Grind


L’avantage dans les jeux de sport c’est qu’il n’y a généralement pas besoin de chercher le moindre scénario. Tony Hawk ne s’embarrasse pas de fioritures, et propose « simplement » de faire un maximum de figures dans des arènes fermées dans un laps de temps déterminé, avec pour but de remplir des objectifs définis. Approche arcade oblige, les situations seront généralement surréalistes. Si la série s’enlisait de plus en plus dans des mécaniques complexes, l’opus fondateur prônait pour sa part une solide base simple mais efficace (mais pas dénuée de subtilités). La mouture HD fait donc table rase des derniers épisodes pour revenir à ces sensations basiques mais efficaces. Ce qui marchait en 1999 est toujours aussi efficace, car Tony Hawk est l’exemple parfait du principe du « facile à apprendre, difficile à maîtriser » (comme pour Trials HD pour donner un exemple). Dommage que les problèmes inhérents à cette époque soient aussi conservés comme par exemple la caméra capricieuse que l’on aimerait parfois pouvoir diriger pour mieux chercher les objets secrets.



Piochant allégrement dans les deux premières itérations de la série, Tony Hawk HD propose un panaché des meilleurs niveaux de ces versions. Dommage que ces derniers ne soient qu’au faible nombre de sept. Au moins la sélection est cohérente et propose une difficulté progressive relativement bien dosée. Toutefois, déverrouiller les derniers stages demandera tout de même un certain investissement de la part du joueur. En effet, malgré l’orientation arcade du titre, le soft est exigent et la moindre erreur pourra rapidement être fatale quand il s’agira de réaliser certains objectifs retord ou tout simplement pour atteindre un score convenable.

Hawk secours !


Evidemment, le HD qui vient se greffer au titre n’est pas là pour rien, et les graphismes ont subi une mise à jour appréciable. Au final le jeu n’a pris que peu de rides et reste plutôt agréable à l’œil malgré sa modélisation un brin grossière. Mais ce nouveau titre ne vient pas avec ce seul argument dans sa besace. En premier lieu, on remarquera rapidement la refonte totale de la bande son (sept anciennes pistes et sept nouvelles), qui malgré son manque de variété colle parfaitement à l’action. On y trouvera entre autre du Offspring qui rappellera de bons souvenirs aux adeptes de Crazy Taxi. Dommage que le jeu ne propose pas un mode juke-box pour pouvoir les écouter à volonté.



Niveau contenu, le jeu a subi aussi une petite cure de jouvence. Ainsi le nombre d’objectifs du mode carrières a été revu à la hausse. Heureusement, pour s’y retrouver, le jeu propose désormais une carte du niveau accessible via le menu pause, et la description complète des objectifs et des endroits où les réaliser. Le nouveau mode Hawkman est d’ailleurs un bon moyen de vous entrainer, vu qu’il demande de ramasser un certain nombre de badges situés à des endroits stratégiquement placés. Les skateurs disponibles ont eux aussi été soumis à quelques changements pour proposer des personnalités plus en phase avec notre époque. Pour preuve, on pourra même désormais jouer avec notre avatar. Autant dire que c’est en ligne que cela prend tout son sens. Le mode en ligne permet donc de se frotter à d’autres férus de skate dans différents modes : Grosse tête, Graphiti, Trick attack et mode libre. Ces modes de jeux montrent toutefois rapidement leurs limites, d’autant plus qu’ils ne sont pas jouables en multijoueur local comme c’était le cas par le passé.

  • 29.08 à 12:23

    Chez certains éditeurs, lorsqu’un jeu sort du lot et cartonne, il est rapidement suivi d’une pléthore de suites usant peu à peu la licence jusqu’à l’écœurement et sa disparition de nos étals. C’est ce qui est arrivé récemment à la plupart des jeux musicaux mais aussi, dans le cas qui nous intéresse plus particulièrement, à l’ami des skateurs j’ai nommé Tony Hawk. Profitant de la nouvelle mode des remasterisations en haute-définition et de l’essor des plateformes dématérialisées, Activision en profite pour tenter de relancer sa franchise et repartant des bases.

    Lire la suite du test

On en parle aussi