14.09 à 00h34 par |Source : Rédaction

Rock Band Blitz

On n’avait plus eu de nouvelles de Rock Band depuis déjà quelques années, pensant qu’Harmonix avait délaissé sa licence phare pour les spotlights pimpants de Kinect avec Dance Central, et nous laissant juste une ration hebdomadaire de nouveaux morceaux. C’est alors qu’entre en scène discrètement sur le Xbox Live Arcade un nouveau titre, Rock Band Blitz, afin de nous faire rejouer les centaines de tubes qui dormaient au fin fond de nos disques durs. Mais cette fois, nul besoin de sortir les guitares, une simple manette suffira.


L’homme orchestre au bout des doigts

Si Rock Band se joue avant tout avec ses instruments en plastique, la série avait déjà tenté le gameplay “manette” dans des adaptations portables sur Nintendo DS et PSP. Nettement moins ambitieuses mais aussi nettement moins coûteuses en matériel, celles-ci reprennent à peu près le même gameplay que FreQuency et Amplitude, les deux premiers jeux d’Harmonix : le joueur évolue seul sur plusieurs pistes à la fois, passant de l’une à l’autre pour tenter de détruire le plus de notes possibles. Dans Blitz, le concept est assez semblable, mais dans un seul et unique décor et avec seulement deux notes différentes par piste. La simplification est grande en comparaison du jeu original, mais le tout est enrichi par de nombreux power-ups à débloquer, à sélectionner soigneusement et à activer au bon moment.



Le game over est lui aussi “over”, et rater des notes ne fera pas baisser le multiplicateur. Cette fois, une grande partie du score se fera sur la stratégie plus que sur la maîtrise pure. Il faut en effet optimiser au mieux la sélection des pistes afin de faire monter le multiplicateur de chacune, afin de débloquer des rangs supplémentaires lors des différents checkpoints. Cette dimension tactique donne une tournure intéressante et différente des jeux de musique classiques : quels bonus doit-on choisir pour gagner plus de points ? Les plus simples à lancer, où les plus lucratifs ? Quelques bémols tout de même : un seul niveau de difficulté est proposé, ce qui compliquera nettement la tâche des débutants, tandis que ceux qui espéraient jouer avec des amis seront déçus, puisqu’aucun mode multijoueur, offline comme online, n’est présent.

La route du rock

Le jeu est fourni avec un pack de 25 morceaux plutôt variés, puisqu’on y retrouve de vieux classiques (Queen), des groupes tout récents (Foster the People), de la pop (P!nk) ou même du disco (Kool & The Gang). Certains morceaux sont d’ailleurs exhumés des premiers Rock Band, car ils n’avaient pas pu bénéficier de l’export (Spoonman, Give It Away…). Tous ces morceaux sont jouables dans Rock Band 3, ce qui fait un gros pack à un prix plutôt raisonnable, une raison qui peut même justifier l’achat du jeu à elle seule. L’inverse n’est en revanche pas possible : les morceaux de Rock Band 3 ne sont pas exportables vers Blitz. Heureusement, tous les DLC déjà achetés et les exports des anciens titres sont accessibles, ce qui promet des heures de jeu… à condition de mettre la main au porte-monnaie.



Rock Band Blitz, comme son grand frère, fait d’ailleurs tout pour nous tenter vers la boutique. Outre les morceaux recommandés qui apparaissent en page d’accueil, les succès nécessitent pour une bonne partie l’achat de nouveaux morceaux (300 sont nécessaires !). Autre regret : le jeu ne dispose d’aucun mode campagne, et il faudra se contenter de jouer solo sur sa collection. Un manque compensé par l’aspect communautaire du titre. Outre les leaderbords et les défis à lancer à ses amis, Blitz est l’occasion de lancer le Rock Band World, une application Facebook qui propose des objectifs à atteindre (accumuler 12 étoiles sur des morceaux pop, jouer 5 titres sur un thème donné…) afin de gagner des pièces dans le jeu. Alimentés régulièrement, ces défis peuvent être réalisés en collaborant avec des amis, ou en jouant à Rock Band 3, mais sont une fois de plus un moyen d’inciter le joueur à mettre la main au porte-monnaie, la plupart nécessitant certains titres bien précis. Une bonne idée, donc, mais qui profitera surtout à ceux qui en ont les moyens.

On en parle aussi