1st Look

17.04.2013 à 12h34 par |Source : Rédaction

1st Look > FIFA 14

On y est. Comme chaque année, on reprend le même discours, et EA ses bonnes vieilles habitudes. La prochaine itération de FIFA vient tout juste de nous être dévoilée et une fois de plus, le travail semble de qualité. Bien qu’il soit encore trop tôt pour poser nos mains sur une quelconque version jouable de ce FIFA 14, Electronic Arts a néanmoins daigné nous montrer son jeu et surtout, en quoi il se démarquera de la mouture précédente. Alors, c’est au fond ?


On ne change pas une équipe qui gagne

Après avoir fait de FIFA 13 le plus gros lancement d’un jeu de sport de tous les temps (4.4 millions vendus en une semaine), inutile de dire qu’EA avance serein dans le monde du football virtuel. Plutôt qu’une révolution (peut-être pour les versions next-gen ?), il est ici question d’optimisations, destinées à améliorer l’expérience globale de la franchise et de faire de ce FIFA 14 un monstre absolu (comme si ce n’était pas déjà le cas avec le 13). Et même si nous sommes loin d’avoir tout vu de ce nouveau cru, le peu présenté semblait déjà très solide. Les sprints balle aux pieds ne seront plus aussi robotiques qu’auparavant (ballon toujours poussé sur la même longueur, etc…), et surtout, vous pourrez dévier de trajectoire en pleine course bien plus facilement. En effet, si dans FIFA 13 vous tentez de tourner en pleine accélération tout en ayant le ballon, votre joueur ne modifiera sa course que par ajustements successifs sur des angles à 25 degrés (et oui, on fait des maths aussi). Cette année, il sera donc possible de partir crampons au plancher dans n’importe quelle direction et d’en changer à tout moment, là où avant il fallait ralentir sa course, tourner et accélérer de nouveau. Le but de tout ça est donc de conserver en permanence l’impulsion et l’élan du joueur, ce qui donne lieu a des mouvements et situations encore plus réalistes, et au passage, offre de nouvelles perspectives d’approche du but adverse.



La protection de balle à elle aussi été grandement revue. Son fonctionnement reste le même mais amène des résultats bien plus probants cette fois-ci. Une simple pression sur la gâchette gauche vous permettra donc de protéger votre ballon et de garder votre adversaire à distance, grâce à un nouveau panel d’animations bien plus convaincant que dans les moutures précédentes. Avant de recevoir la balle, vous pourrez aussi vous en servir pour créer de l’espace si vous n’êtes pas seul sur le coup, ou bien tenir tête à un joueur un peu trop collant en pleine course. Une fonctionnalité qui permet également de calmer les choses, et de maitriser le tempo du match. Un détail important puisque la vocation de ce FIFA 14 est de faire passer le jeu par le milieu de terrain, et de réduire au maximum les sprints d’un camp à l’autre afin de proposer des matchs qui se rapprochent encore plus de ce que nous avons droit à la TV.

Des crampons, un short, un maillot et un cerveau !

Autre gros point de cet opus : la cervelle. L’intelligence artificielle des joueurs a elle aussi subie des changements, et pour le mieux. Vous vous rappelez de ce type d’action où l’un de vos défenseurs initialement sur un joueur s’arrête et ne suit plus l’appel adverse ? Plus de ça dans FIFA 14. En situation défensive, vos coéquipiers redoubleront d’efforts avec cette année un marquage réellement efficace. Ils suivent les appels adverses, n’hésitent pas à réduire le périmètre de l’attaquant si nécessaire ou encore viennent vous soutenir à la récupération lorsque vous pressez un joueur. En revanche, il en va de même avec les attaquants. Eux aussi plus futés, ils créeront leurs propres espaces en fonction de la situation, en profiteront pour faire des appels dans le dos des défenseurs ou bien encore les feinter dans leurs courses comme un Zlatan Ibrahimovic ou Robin Van Persie le ferait. Bien sûr, on attend d’avoir le jeu en main afin de se prononcer plus grandement sur ce genre de points, mais les séquences que nous a montré EA étaient déjà convaincantes.



Les tirs tout comme la physique de balle ont eux aussi été modifié. Ainsi, le joueur adapte automatiquement sa course et sa position au ballon grâce à de nouvelles animations. Finies donc les frappes robotiques et peu crédibles (vous savez la jambe d’appui qui glisse comme par magie, ce genre de choses), elles seront désormais plus détaillées que jamais dans les mouvements du corps et des pieds. Par exemple, si vous décidez de tirer dans FIFA 13 tout en étant parallèle au but, votre joueur va frapper dans la position dans laquelle il se trouve. Alors que dans FIFA 14, étant donné la position du but par rapport au joueur, ce dernier va automatiquement se décaler du ballon à l’aide d’un ou deux pas pour ensuite le frapper dans les meilleures conditions qu’il soit.

La balle quant à elle dispose donc d’une physique revue et de nouvelles « courbes » dans ses trajectoires, comme les frappes très tendues et proche du sol à la Steven Gerrard, mais aussi lors des centres, comme ces longues transversales plus ou moins « liftées », généralement tirées d’une des deux ailes avant de redescendre en pointe dans l’axe, dans la course d’un attaquant par exemple.

Un grand crû ce FIFA ? Très certainement. En plus de tout cela, il faudra aussi compter sur un mode carrière entièrement refait et très prometteur, une meilleure recherche de jeunes talents, des nouveaux mini-jeux comme le taureau pour s’occuper ou améliorer ses aptitudes à conserver la balle, une défense tactique moins punitive sans oublier ce qu’Electronic Arts ne nous a pas encore montré, bref, le carton semble une nouvelle fois assuré. Rendez-vous est pris à la rentrée 2013.

Actu 24/24

+

On en parle aussi

  • Xbox One / Xbox 360

    Retail

    FIFA 14

Planning

+