News

05.08.2018 à 11h39 par - Rédacteur en Chef |Source : La Rédaction

Le Morceau du Dimanche s’est perdu dans la forêt musicale de NieR

C'est le Morceau du Dimanche. Mais est-ce le vrai ou une réplique… ?

On se retrouve comme chaque dimanche matin sur Xbox-Mag pour découvrir ensemble un bout de bande originale qui vaut le détour. Aujourd’hui on est de nouveau sur Xbox 360, en 2010, pour parler de l’une des plus grandes OST que le jeu vidéo ait connu. Non, aucune exagération ici puisque l’on parle de NieR. Mais comme on sait que le jeu de Yoko Taro est aussi l’un des plus grands échecs commerciaux du XXIème siècle, il est possible que vous ayez pu passer à côté du bijou musical qu’est NieR. Il est temps de réparer ça.

A lire également (et à écouter évidemment) : Ken le Survivant enflamme le Morceau du Dimanche

Si NieR est aujourd’hui une licence reconnue et surtout vraiment connue d’une belle frange de joueurs grâce à NieR Automata (pour notre test, c’est par ici), on ne peut clairement pas en dire autant du premier épisode. Rarement un jeu a été à ce point ignoré. On parle d’un lancement en 2010 concrétisant seulement la vente de quelques milliers d’exemplaires. Une baffe énorme qui aurait découragé bien des éditeurs à l’idée de participer à la création d’une suite. Mais l’histoire, on la connait : aussi peu nombreux fussent-ils, les joueurs de NieR on eut largement la force de faire entendre leur voix, jusqu’à donner au jeu de feu Cavia le statut de titre culte.

nier-review-devola

Cet état de grâce, NieR ne le doit pas vraiment à son gameplay. C’est plutôt son histoire que l’on retient, ses personnages et son ambiance atypique portée par une bande-son tout simplement incroyable. Aux manettes, on retrouve Keiichi Okabe, ancien pensionnaire de la maison Namco ayant notamment travaillé sur la saga Tekken. Fondateur de son propre studio en 2004, Monaca, Okabe a la charge à partir de 2007 de composer la bande-originale de NieR : il en ressort environ 140 minutes de musique, répartie en 43 morceaux. Okabe dispose alors d’une large liberté de création, au point de pouvoir composer en marge du développement du jeu. Certains titres deviennent même le point central autour duquel se développe l’action, une chose pas si banale que cela. Mais l’esprit fantasque de Yoko Taro s’amuse lui aussi. Alors qu’il imagine que le titre «Grandma» sera utilisé pour l’introduction de NieR, Okabe a la surprise de voir Taro choisir ce titre doux et mélancolique servir de toile de fond à un combat de boss. A la demande de son réalisateur, NieR déploie une bande originale largement pourvue en textes : sur les 43 compositions, seulement 9 ne comportent pas de voix.

Du côté du chant aussi, nous sommes face à un titre qui ne fait rien comme les autres. Solicitée par l’équipe de Monaca, c’est la chanteuse et compositrice britannique Emi Evans qui assure l’écriture des paroles dans une langue voulue «futuriste» par Okabe. Evans prend alors du français, du gaelic, de l’italien, du portugais et d’autres langues connues pour les mixer et donner naissance à un langage unique. Universel, bien que volontairement incompréhensible pour le commun des mortels. Sa voix superbe donne à certain passages de NieR une dimension dramatique formidable, comme lorsque résonnent les différentes versions de «Song of the Ancients», «Grandma», «Hills of Radiant Winds» ou encore «Emil».

Mais nous non plus n’aimons pas faire les choses comme les autres chez Xbox-Mag. Alors pour ce Morceau du Dimanche, nous avons sélectionné «The Lost Forest», l’un des rares titres sans paroles de NieR.

Bon, allez, on n’est pas non plus totalement méchant alors voici l’intégralité de la BO de NieR. A consommer sans modération !

On en parle aussi

Planning

+