Dossier

12.08.2018 à 10h11 par - Rédacteur en Chef

Le Morceau du Dimanche : Red Dead Redemption nous invitait alors au voyage

Sous le soleil de Mexico

C'est dimanche et comme tous les dimanches on ne se vautre pas dans le canapé pour regarder les restes de l'actualité. Non, on la joue plutôt en douceur et on prend quelques minutes pour découvrir ou redécouvrir un morceau de bande-originale qui vaut le détour. Actualité oblige, on prend aujourd'hui la direction de l'Ouest lointain avec Red Dead Redemption.

A lire (et à écouter) également : The Lost Forest, ou lorsque NieR met les paroles de côté pour mieux nous enivrer

Il y a quelques jours, Rockstar Games frappait un grand coup avec une vidéo de gameplay XXL de Red Dead Redemption 2. Lorsque l’on connait le CV du développeur, il est évident de comprendre pourquoi son prochain titre suscite un tel enthousiasme. La méticulosité avec laquelle Rockstar Games met au monde et développe ses univers est d’un niveau rare dans l’industrie du jeu vidéo. Pas grand chose n’est laissé au hasard et ce n’est pas la bande-son qui fait office d’exception. Doublages parfaits, sélection musicale choisie avec soin dans les GTA, petites paroles lancées comme ça par les passants mais qui ont toutes quelque chose de voulu et de calculé : Rockstar Games peut créer des jeux que l’on reconnaitrait les yeux fermés.

jose-gonzalez

En 2010, Red Dead Redemption fait non seulement le job mais se paye aussi le luxe de créer des moments mémorables. Dont un en particulier et il est l’addition du moment juste dans le scénario, dans le cadre juste, sur une musique parfaite. Oui, vous vous en souvenez si vous y avez joué et avec passé le cap de la première zone à explorer dans le jeu : lorsque commencent à sonner les premières notes de guitare, la magie opère pour ne plus lâcher le joueur jusqu’à la conclusion du morceau.

Ce titre baptisé Far Away vaudra en cette année de sortie de Red Dead Redemption sur Xbox 360 et PS3 le prix de la meilleure bande-originale à son compositeur et interprète, José González, à l’occasion des Video Game Awards. Né à Göteborg (Suède) en 1978 de parents argentins, José González est un adepte de la guitare classique qu’il se plait à mettre à l’honneur dans ses compositions souvent exemptes de tout autre instrument. A l’écoute de Far Away, une chose est certaine : on ne lui en veut pas d’avoir fait ce choix et c’est la version disponible sur son compte YouTube officiel que l’on vous propose d’écouter sans plus attendre.

A la semaine prochaine pour un titre qui sent bon l’Australie et invite à taper des mains !

On en parle aussi

Planning

+