News

20.08.2019 à 17h52 par - Rédacteur

PES 2020 obtient les droits de l’Euro 2020, une mise à jour prévue l’an prochain

Qui pour succéder au Portugal ?

La guerre que se livre FIFA 20 et eFootball PES 2020 a rarement été aussi âpre sur ces dix dernières années. Depuis l’avènement de la franchise d’Electronic Arts au détriment de celle de Konami, Pro Evolution Soccer n’a cessé de chuter lourdement face au mastodonte et son contenu titanesque. Mais cette année la donne pourrait bien changer puisque l’éditeur japonais semble décidé à investir sur des licences, avec les présences exclusives de la Juventus et de River Plate notamment.

Et à trois semaines de la sortie ce nouveau PES, Konami avait encore un atout dans sa manche qu’il s’est fait un plaisir de dévoiler lors de l’ouverture de la Gamescom qui se tient actuellement à Cologne. Comme pour l’Euro 2016, si vous souhaitez participer à la plus grande compétition de sélections nationales européennes c’est vers la simulation de l’éditeur nippon qu’il faudra vous tourner. Absente lors de la sortie du jeu, il faudra attendre une mise à jour disponible lors du deuxième trimestre de l’année 2020 pour profiter de l’habillage de l’Euro 2020.

On ne sait pas encore si les treize stades répartis dans toute l’Europe (une première pour la compétition) seront tous modélisés même si l’Allianz Arena de Munich et l’Amsterdam Arena. Il faudrait donc que les équipes s’attaques à retranscrire le Parken Stadium de Copenhague, l’Arena Nationala de Bucarest, l’Aviva Stadium de Dublin, le stade San Mames de Bilbao, le Stade Olympique de Bakou, l’Hampden Park de Glasgow et surtout le stade de Wembley qui accueillera les deux demies-finales et la finale. Il ne restera alors qu’à modéliser les stades actuellement en construction de Rome, Bruxelles, Saint-Petersbourg et Budapest.

Pas franchement bien partie pour participer à l’Euro 2020 avec 4 défaites en autant de matchs, la sélection nationale de Biélorussie fera son apparition dans eFootball 2020, comme le prouve un tweet de la fédération biélorusse elle-même :


On en parle aussi