Dossier

26.04.2020 à 09h30 par

Dossier > Les meilleurs jeux adaptés de films sur Xbox

Après avoir parcouru les terres de l'univers post-apo, je vous retrouve cette semaine afin de découvrir ensemble les meilleurs jeux vidéos adaptés de films. Un univers assez dense mais dont les adaptations ne comblent pas toujours les fans. Quelles sont donc les meilleurs adaptations ?

On ne compte plus les innombrables adaptations de films en jeux vidéos. Même si certaines d’entre elles sont de véritables catastrophes, d’autres quant à elles ont pourtant donné naissance à de grands, voire de très grands titres. Evidemment, il a fallu trancher dans le vif pour les déterminer mais voici à peu de choses près les meilleures adaptations ayant vu le jour sur Xbox. N’hésitez pas à balancer votre propre TOP et à défendre les jeux qui rendent pour vous le meilleur hommage au cinéma.

Dossier - SDA Le retour du roi

Nous démarrons donc ce top 5 avec le troisième volet de la trilogie du Seigneur des anneaux alias Le retour du roi. Ce grand classique de la littérature fantasy que l’on doit à feu J.R.R Tolkien s’est vu offrir en 2001 une trilogie de rêve signée Peter Jackson. Celui-ci gérera aussi l’adaptation de Bilbo le Hobbit qui n’est autre que la préquelle de la saga, quelques années plus tard.

Sorti en 2003 sur Xbox, Le Seigneur des Anneaux : Le Retour du Roi est un beat’em all dans lequel vous pourrez incarner l’un des 9 héros principaux tirés de la célèbre trilogie. Vous aurez l’honneur de participer aux plus grandes batailles de l’histoire de la Terre du Milieu.

Tout commence par une introduction vidéo faite d’extraits des Deux Tours et qui va nous mener jusqu’à la bataille du Gouffre de Helm. Précisément au moment de l’arrivée de Gandalf au secours des troupes humaines en perdition. Vous incarnez donc Gandalf qui devra à coup de fondu enchaîné se frayé un chemin entre humains, elfes et hordes d’orques afin de mener vos alliés à la victoire.

C’est ce genre de programme qui vous attend tout au long du jeu. Des niveaux bourrés d’actions, pourvus d’une mise en scène à faire tomber les arbres et s’inspirant toujours des films de Jackson. Passé le premier niveau d’introduction, vous aurez en effet à choisir entre 3 chemins qui correspondent aux 3 voies suivies par les héros. Gandalf et sa mise à sac de la Tour D’Ortanc, Aragorn, Gimli et Legolas sur le Chemin des Morts et Frodon, Sam et Gollum/Sméagol, toujours en route pour la destruction de l’Anneau et leur rencontre avec Arachne. De nombreuses vidéos ponctuent la progression, et certaines sont directement tirées du film. Leur intégration est telle, qu’on est facilement immergé dans l’action. Vous l’aurez donc compris, on pourra choisir à sa guise d’arpenter telle ou telle voie, libres de passer de l’une à l’autre à tout moment.

Les bases du système de combat sont à la fois simples mais suffisantes pour poser un gameplay construit, en dépit de la dominance de la violence aveugle. Un attaque rapide, une attaque forte, une fonction pour parer, la possibilité de mettre à mort un adversaire tombé et pour finir une attaque à distance avec arme de lancer. L’ambiance qui règne dans le jeu est tout ce qu’il y a de plus épique. Scripté en diable, les niveaux sont secoués de violentes explosions ou d’éboulements, et surtout infestés d’une horde d’ennemis qui vous assaillent par vagues immenses. Tout est là pour qu’on ait le sentiment d’être paumé au beau milieu d’une bataille perdue d’avance. Et ça marche du tonnerre. Le Retour Du Roi est un peu au beat’em all ce que Call Of Duty est au FPS.

Il sera donc très agréable de revivre les batailles épiques du Seigneur des anneaux en incarnant les membres de la communauté. Un gameplay solide et bien construit, doublé d’une réalisation classieuse et d’une ambiance époustouflante devraient convaincre les amateurs d’action du potentiel du titre.

starwars battlefront focus

Il était impossible pour ma part de faire l’impasse sur ce classique du septième art. La saga Star Wars a connue bien des adaptations mais je trouve que le plus bel hommage a été réalisé via la licence Battlefront sur Xbox One. C’est à partir de 1999 et l’arrivée dans les salles obscures de la seconde trilogie que la licence a retrouvée un regain d’intérêt auprès des joueurs avec des titres assez variés.  La plupart se contentaient de surfer sur l’épisode du moment et les personnages qu’il mettait en avant. Et c’est en 2015 que le studio Dice et Electronics Arts reviennent en force avec ce jeu tiré de l’univers de Georges Lucas.

Star Wars Battlefront II est un FPS se déroulant dans l’univers de la saga à succès. Le titre vous permet de prendre part à des combats sur Terre ou dans les airs dans les lieux emblématiques des films. Rejoignez les rangs de l’Empire ou ceux de la Rébellion dans des parties multijoueur endiablées et profitez d’une expérience solo inédite aux commandes d’un soldat de l’Empire.

Ce qu’il faut retenir dans un premier temps c’est que le jeu est à couper le souffle. De la richesse des textures, en passant par le foisonnement des détails, le piqué des couleurs ou la quantité d’effets de lumière ou de particules, Star Wars Battlefront II est sans aucun doute le plus beau FPS auquel j’ai pu jouer ces dernières années. Star Wars Battlefront II a droit à une campagne solo en plus de l’excellent mode multi qui vous fera passer de longues heures sur les territoires connus de la franchise. Ce jeu avant tout un jeu multijoueur, qui se savoure pleinement à 20 contre 20. Electronic Arts et DICE ont bien étudié le comportement des joueurs sur le premier épisode, afin de modeler sa suite.

Visuellement saisissants, les Combats Spatiaux puisent, comme les Assauts Galactiques, dans les trois trilogies pour proposer des cadres et des vaisseaux différents d’une partie à l’autre. Que ce soit dans les ruines de l’Etoile de la Mort, au dessus des mers de Kamino, ou autour d’un gigantesque vaisseau de la Fédération du Commerce on prend un plaisir monstrueux à vivre et revivre ces batailles qui nous en mettent plein la rétine.

Si vous avez donc envie de rejoindre les rebelles ou le côté obscur, de revivre les batailles les plus emblématiques de la franchise, jetez vous sans hésiter sur cette pépite. Que la force soit avec vous!

Dossier - Riddick

Sorti en 2009, The Chronicles of Riddick : Assault on Dark Athena est tiré du second volet de la trilogie Riddick, personnage incarné par le charismatique Vin Diesel. Ce jeu sorti sur Xbox 360 reprend et remodèle le jeu d’action original Escape from Butcher Bay. En plus de devoir s’échapper de prison, l’antihéros Riddick doit aussi se lancer à l’assaut du vaisseau Dark Athena. Un mode multijoueur est également proposé pour combattre l’infâme Capitaine Revas.

Se déroulant après l’évasion, Dark Athena voit l’ami Riddick cette fois retenu sur un vaisseau de mercenaires dirigé par Revas. L’activité principale de cette joyeuse bande consiste à enlever hommes, femmes et enfants pour en faire des drones fantômes, des cyborgs pourvus d’une intelligence artificielle sommaire mais dont on peut prendre le contrôle à distance en cas de besoin. Ces drones peu redoutables seront d’ailleurs vos principaux adversaires dans votre traversée du Dark Athena. Plus tard seulement viendront s’y ajouter les mercenaires. Emprisonné, Riddick joue ici la carte de la discrétion pour mettre en branle son évasion, rendant service à certains prisonniers, se battant avec d’autres, évitant les balles des gardiens puis les créatures peuplant les sous-sols, et se livrant au passage à quelques conversations pas piquées des vers.

Le corps-à-corps est toujours présent, les armes blanches en étant reines, de même que la vision spéciale de Riddick qui lui permet de voir dans l’obscurité. L’ambiance si particulière de la licence est toujours présente, le doublage est une fois de plus d’excellente facture et certaines séquences ne sont pas dénuées d’intérêt.  Outre ces deux campagnes solos, Dark Athena initie également Riddick aux joies du multijoueur. On en retiendra principalement le mode Pitch Black dans lequel un joueur incarne Riddick pendant que les autres, équipés d’armes à feu et de lampes torches, s’efforcent de lui exploser la face jusqu’à ce que l’un d’entre eux y parvienne et prenne sa place.

Un jeu assez agréable en somme qui retrace avec brio l’ambiance du film. Si la carte de l’infiltration bourrée de testostérone vous tente, n’hésitez pas à vous immerger dans la peau de Richard Riddick.

Dossier - Goldeneye reloaded

Au risque de ma faire crucifier par les puristes qui proclameront que la version parue sur Nintendo 64 est la meilleure, classement Xbox oblige, j’ai choisi de faire figurer Goldeneye Reloaded dans ce top 5. Ce mythique FPS console reste ancré dans le cœur de beaucoup de joueurs, ne serait-ce que pour son mode multijoueur en écran splitté qui aura animé nombre de soirées entre amis.

Votre mission dans ce jeu de tir à la première personne est donc d’incarner James Bond et de s’assurer que le fameux GoldenEye, un satellite militaire extrêmement dangereux, ne tombe pas aux mains de l’ennemi. Cette version 360 n’est pas un remake direct du fameux jeu sorti sur Nintendo 64, il s’agit toutefois d’un hommage appuyé qui regorge de clins d’oeil destinés aux fans.

Le joueur contrôle James Bond dans sa version Daniel Craig et non pas dans sa version Pierce Brosnan comme c’était le cas dans l’original. D’ailleurs, sans doute pour une question de droits, aucun des visages ne correspond à ceux du film, et les rôles de Xenia Onatopp, Ourumov ou encore Mishkin sont joués par de nouveaux acteurs fictifs. Si cela choque au début, rien de grave. L’histoire n’a pas changé d’un iota dans ses grandes lignes et il vous faudra toujours récupérer le satellite GoldenEye, volé par de vils terroristes.

Rassurez-vous toutefois, vous n’êtes pas Rambo. GoldenEye 007 Reloaded laisse effectivement une grande place à la furtivité, et mises à part quelques phases d’action obligatoires, vous pouvez très bien vous faufiler telle une anguille dans les niveaux pour abattre les ennemis un à un, dans le silence le plus total. Jouissif ! Bien sûr pour cela, il faut penser à mettre votre silencieux. Heureusement, Bond ne sort jamais sans son Walther P99, parfait pour rester discret.

L’une des choses qui saute aux yeux lors d’une partie solo est la mise en scène hollywoodienne. Les passages scriptés sont nombreux et plutôt immersifs, d’autant qu’on a droit à quelques scènes d’action dignes des films de l’agent secret. Toutefois, le titre fait l’effort de ne jamais vraiment tomber dans l’exagération. Dans certaines situations, cette mise en scène fait d’ailleurs tout le boulot.

Ce remaster reste donc un excellent jeu pour ceux qui n’ont pas connus la version d’origine. On regrettera cependant l’absence d’un mode coop voire tout simplement du multi qui faisait le charme à l’époque de nos longues soirées entre potes. Goldeneye Reloaded n’en reste pas moins un bon fps pour les amateurs du genre.

Dossier - Jurassic World Evolution

On termine ce top 5 avec une adaptation radicalement différente mais vraiment fidèle à savoir Jurassic World Evolution. On reprend donc ici la franchise tirée des romans de Michael Crichton et adaptée initialement au cinéma par Steven Spielberg.

Jurassic World : Evolution est un jeu de gestion qui permet de créer son propre parc d’attractions sur la légendaire île d’Isla Nublar et les îles environnantes de l’archipel de la Muerte. Il est notamment possible de créer de nouvelles races de dinosaures, des attractions ainsi que des installations de confinement et de recherche. Ce qui est surtout remarquable, c’est la perspective de prendre les commandes d’un parc d’attractions de dinosaures. L’idée est plutôt alléchante.

Basé sur le film Jurassic World de 2015, Jurassic World Evolution vous place donc aux commandes d’un entrepreneur désireux de bâtir et de faire fructifier des parcs d’attractions répartis sur 5 îles différentes, la sixième étant celle du film et constituant le mode bac à sable du jeu. Guidé par une poignée de personnages, dont Ian Malcom lui-même (doublé par Jeff Goldblum en VO et par le comédien de doublage original en VF), vous devrez remplir différents objectifs et faire face à de nombreuses situations de crise pour faire de votre parc l’attraction la plus prisée des touristes du monde entier.

L’une des grandes forces de Jurassic World Evolution est le challenge adapté au profil du joueur qu’il parvient à déployer. Le novice du jeu de gestion, que l’on pensait être la cible principale du jeu, devra certes faire attention à la manière dont il gère son parc, mais ne devrait pas avoir trop de difficulté à déverrouiller l’ensemble des cartes du jeu. Le joueur plus expérimenté, lui, devra faire face à des défis plus poussés s’il désire obtenir la note maximale sur chacune des îles. Grâce à la présence d’un système d’objectifs se débloquant par paliers, se fixer pour but une notation de 5/5 n’est pas qu’une question de temps passé sur le jeu et de finesse de gestion.

La construction du jeu sera la même sur chaque île, même si bien sûr, chacune d’entre elles dispose de ses propres contraintes et de ses propres objectifs. La solidité de vos parcs réside sur trois piliers : science, divertissement et sécurité. C’est aussi pour cette raison que Jurassic World Evolution est à même de fonctionner très bien sur des profils de joueurs très différents.

Outre cet équilibre précaire qu’il faudra conserver au sein même de vos enclos, il faudra aussi garantir aux visiteurs un minimum de diversité d’espèces sous peine qu’ils trouvent votre parc un rien ennuyeux. Cet élément, pas nécessairement facile à atteindre en raison de l’espace des îles, peut être compensé par le prestige des dinosaures incubés. Effectivement, à mesure que vous avancerez dans vos recherches et après avoir rempli certains objectifs, vous étofferez le panel de mutations disponibles.  En plus des exigences concernant les dinosaures, les clients tiennent aussi à leur petit confort et vous devrez leur proposer une diversité de services (restauration, souvenirs, divertissement) à la hauteur de leurs attentes.

Cerise sur le gâteau, vous pouvez piloter vous-même les différents véhicules du jeu, et administrer manuellement médicaments et anesthésiants. Bien évidemment, cette fonctionnalité a ses limites, notamment concernant la réactivité en cas d’urgence, et le jeu permet de déclencher ces actions à distance, et ce d’une manière très intuitive.

En bref, Jurassic World Evolution est beau, très beau même. Les dinosaures sont criants de vérité, les effets de lumières sont très réussis, les bâtiments détaillés et la gestion de la foule est réaliste. Bref, c’est un régal pour les yeux, mais aussi pour les oreilles, les musiques de la saga Jurassic Park répondant présent. Si l’envie vous tente de vous lancer dans un jeu de gestion qui change de l’ordinaire, Jurassic World Evolution est excellent et particulièrement divertissant pour les quelques 25/30 heures qu’il vous demandera pour débloquer tout le contenu et finir toutes les missions.

Ainsi se termine ce voyage à travers le septième art et ses adaptations en jeu vidéo sur les consoles Xbox. Bien des adaptations auraient mérité leur place ici mais le choix est toujours difficile. N’hésitez pas à nous faire part de votre top 5 en commentaire, le pop corn vous sera offert.

Actu 24/24

+

Planning

+