Jeux

ABZÛ

| Edité par 505 Games | Développé par Giant Squid

3/5
One : 06 décembre 2016
19.12 à 23h30 par

Test : ABZÛ sur Xbox One

Tout le monde est heureux, sous l'océan !

Après le succès critique de Flower et Journey, Matt Nava arrive avec son nouveau studio, Giant Squid, pour confirmer une troisième fois avec tout son talent artistique avec Abzû. Il n'est pas rare de ne pas confirmer après un changement de studio et cela même si l'adage nous pousse à croire qu'il n'y a jamais de deuxième réussite sans une troisième et c'est ce que nous allons tenter de vérifier.

Dès les premiers instants, nous arrivons directement dans le grand bain, littéralement parlant, avec notre nageuse qui ne laisse entrevoir que ses yeux pour un rapide tutoriel qui ne devrait être compliqué pour personne. En effet, nous faisons face à un jeu aux mécaniques de gameplay très simplistes pour ne pas dire minimaliste avec seulement une gestion de la direction et de la caméra, via les deux joysticks, et quelques rares boutons d’interactions. Une manière comme une autre de pouvoir être joué par n’importe qui et dans n’importe quelle circonstance puisque Abzû se veut avant tout reposant. L’élément principal du jeu n’est pas notre personnage ou encore son histoire ou bien son gameplay, non, l’élément principal c’est tout ce que contient l’océan. De la faune à la flore, tout est impressionnant visuellement grâce à une direction artistique magistrale qui nous fait plonger dans la poésie sous-marine avec un océan qui n’a jamais été aussi vivant qu’accueillant.

En effet, sous l’océan vous ne serez jamais, au grand jamais, une proie et ce même face à nos amis les requins. Le plus grand prédateur aquatique n’est rien d’autre que notre ami, comme toute la faune ici présente, au point d’être aussi docile que votre animal de compagnie malgré une première apparition surprenante. Prends toi cela dans les dents, Steven Spielberg. Comme vous pouvez l’imaginer, Abzû ne propose aucune difficulté dans son aventure puisque les créatures aquatiques ne sont jamais un danger et que l’exploration n’est finalement réduite qu’à des petites zones assez restreintes. Et oui, malgré la sensation vertigineuse de l’immensité de l’océan, nous nous rendons très rapidement compte qu’il ne s’agit que d’un leurre et donc d’une fausse impression particulièrement réussie. Nous pourrions pester contre cette fausse sensation de liberté, mais nous préférons souligner la volonté de garder une maitrise sur le rythme du jeu puisque Abzû se découpe en deux points.

« Grâce au travail artistique de Matt Nava et sonore d’Austin Wintory, Abzû est un régal visuel et auditif »

Nous avons les passages d’explorations avec quelques éléments avec quoi interagir : Libérer des créatures sous-marine, regarder la faune sauvage ou encore trouver un moyen de se frayer un passage dans la suite du niveau. De l’autre côté nous avons des passages plus rythmés, moins libre en étant poussé par les courants. Le but premier étant d’interagir avec le plus de bancs de poissons afin d’amener tout un groupe à vos côtés dans ce passage plus action avant de retrouver une zone d’exploration. Cette variation de passages est à souligner puisque cela permet de casser la possible répétitivité du titre. Et pourtant, le titre ne bénéficie pas d’une durée de vie satisfaisante puisque même en jouant le jeu, en explorant et en admirant ce que nous avons devant nos yeux il ne faudra pas plus de deux petites heures pour finir le titre.

Heureusement pour nous, Abzû est un régal visuel et auditif. Matt Nava n’a rien perdu de sa superbe en changeant de studio puisqu’il nous propose une flore somptueuse, rempli de couleurs et le tout agrémenté d’une faune vivante et expressive pour des décors dignes d’une carte postale. Il n’est donc pas rare de s’arrêter quelques instants pour admirer l’important travail mis en place par l’artiste, d’autant plus quand Austin Wintory est à la composition. En effet, le compositeur de Journey, The Banner Saga et Assassin’s Creed Syndicate s’occupe de la bande originale d’Abzû pour le plus grand plaisir de nos tympans. C’est un véritable régal de se laisser porter par des musiques qui collent parfaitement à l’ambiance visuelle du titre, une véritable poésie reposante.

3/5
Quand le directeur artistique de Flower et Journey, Matt Nava, décide de quitter le navire thatgamecompany pour prendre le large en fondant son propre studio du nom de Giant Squid cela donne Abzû. Exit la terre et le désert pour les profondeurs aquatiques dans une aventure reposante basée sur une expérience poétique et contemplative via une direction artistique magnifique. C'est un véritable régal de voir la faune et la flore aussi vivante même si l'aventure reste assez pauvre en terme de longévité et que nous faisons encore face à un gameplay très minimaliste.

+

  • Direction artistique sublime
  • Bande originale somptueuse
  • L'océan est plus vivant que jamais
  • C'est reposant

-

    • Durée de vie faiblarde
    • Plaisir ludique absent ?
  • 20.12 à 09:03

    C’est effectivement une aventure avant tout visuelle & auditive, comme Journey, une expérience contemplative et putain, qu’est-ce que c’est beau!

Sur le même thème