Jeux

Amped : Freestyle Snowboarding

Sport | Edité par Microsoft Studios | Développé par Indie Built

4/5
360 : 14 mars 2002
05.04 à 10h49 par

Test : Amped : Freestyle Snowboarding sur Xbox

Amped est un mot très étrange. En effet , on ne trouve le verbe « amp » dans aucun dictionnaire, que ce soit un dictionnaire classique ou argot. Cependant le nom « amp » signifie ampli et le nom « amps » signifie amphétamines. On pourrait donc en conclure que Amped signifie défoncé. Mais attention cependant, nous ne parlons en aucun cas ici de produits illicites (c’est mauvais pour la santé) car la seule drogue que vous trouverez dans ce jeu sera l’adrénaline de ce merveilleux sport qu’est le snowboard …Bon trêve de plaisanteries et de cours d’étymologie à deux balles et faisons place au test de Amped : freestyle snowboarding qui vous l’aurez tous compris est un jeu de snowboard. En plus, il tourne sur la BILOUBOX, alors raison de plus pour en parler.

Comme en vrai…

La première chose que l’on remarque lorsque l’on voit tourner Amped pour la première fois, ce sont les graphismes. En effet, c’est la première fois dans l’histoire des jeux de snowboard que le rendu de la neige est si spectaculaire, que ce soit la poudreuse, le verglas ou la piste fraîchement damée (merci le bump-maping). Toutes les surfaces sont d’un réalisme saisissant. Et le constat ne s’arrête pas là car notre œil est également happé par les magnifiques effets de lumières (lens-flare), les textures des vêtements et le nombre incroyable de petits détails comme les fixations, le masque, le bonnet ou encore le petit strap qui pendouille au pantalon et qui donne à votre snowboarder cette attitude si stylée. Il faut vraiment voir le jeux tourner (en RGB hein !) pour se rendre compte de cette qualité, car sur de simples photos on ne voit pas les petits scintillements du soleil sur la poudreuse ainsi que les flocons qui tombent lentement lorsqu’il fait mauvais. Vous l’aurez compris ce jeux est donc magnifique et place la barre très haut en matière de snowboard. Cependant les graphismes ne font pas tout et si la jouabilité est bien pensée (nous reviendrons dessus plus tard dans le test) il faut avouer que ce jeu comporte quelques défauts, du plus anecdotique au plus impardonnable. Tout d’abord il faut signaler les (trop) fréquentes fautes de carre, les collisions avec les arbres (qui sont légions) et la difficulté à rider dans les pipes ; ça c’était pour les petits défauts …Pour ce qui est des autres défauts on notera les postures parfois trop rigides des riders (surtout lors de certains grabs), les chutes pas très réalistes et le système de points assez énervant qui vous donne 10000 points pour un saut assez technique et qui vous en donne 30000 pour un autre deux fois moins gros (même si ça n’arrive pas très souvent ça a le don d’énerver). Mais même si ces défauts paraissent gros sur le papier il ne gâchent en rien le plaisir de jeu et la liberté que procure ce soft. La liberté, oui oui, vous avez bien lu, car pour en revenir aux points forts il faut signaler le must de ce soft qui n’est autre que la liberté d’action, puisque vous ne courrez pas sur des pistes fermées mais sur des vraies montagnes et dans de vraies stations (pour la plupart), tout en pouvant passer d’une piste à l’autre quand vous le voulez (comme en vrai en fait…) et il n’y a pas non plus de limite de temps, ce qui rend le tout encore plus sympa. Maintenant que nous avons mis les points sur les i, passons aux différents modes de jeu.

Burried alive by love!

Le mode de jeu principal de Amped n’est autre que le mode carrière dans lequel vous allez suivre le parcours d’un jeune snowboarder affrontant la dure loi du showbizz en essayant d’impressionner les sponsors, et ainsi se faire une place dans le gratin mondial des riders les plus connus et devenir à son tour l’idole de toute une jeunesse (et en profiter pour séduire des bombes venues d’une autre planète, mais bon là ça ne fait plus partie du jeu !)… aaaahh !! Alors vous commencer avec un rider lambda que vous allez devoir nommer, habiller, équiper et à qui il va falloir attribuer un âge, une couleur de peau et enfin des caractéristiques qui se répartissent en cinq catégories, rotation, aplomb, saut, vitesse et enfin switch (mais si ! Vous savez ! C’est quand on ride en goofy au lieu de rider en regular, ou l’inverse si vous êtes goofy). Une fois tous les réglages terminés il ne vous reste plus qu’à faire le grand saut … au départ une seule station est ouverte, mais vous en débloquerez de nombreuses autres au fur et à mesure que vous remplirez les différents objectifs. Sachez enfin que chaque station est divisée en plusieurs pistes. Les différents objectifs sont assez classiques, mais ils correspondent tout à fait à l’esprit « starsystem » du soft. Il vous faudra donc battre 3 « premiers cores » par niveau, battre 3 « scoremedia » (photographes), réussir à impressionner 3 sponsors, et enfin battre 3 pros. Réussir ces objectifs vous donnera droit à de nouveaux niveaux, à des points de stats pour améliorer les performances de votre snowboardeur et vous obtiendrez également de nouveaux vêtements, des nouvelles planches, des bottes, des fixations… et vous deviendrez de plus en plus reconnu dans le monde du snowboard, car vous commencez 99ème mondial et vous devrez donc gravir les échelons de la réussite (votre but étant la première place). Le dernier objectif à remplir dans chaque niveaux est de retrouver 8 bonhommes de neige cachés sur la piste, et si cela paraît un peu ridicule comme ça, je peux vous garantir que vous ferez moins les fiers quand ce sera votre tour. En effet , trouver ces snowmen n’est pas chose aisée, mais vous pourrez toujours vous aider de leurs petits bruits (promprompromprom) pour les trouver plus facilement ou encore tendre l’oreille à la recherche d’un « eh, amigo ».

La neige, le soleil, les oiseaux…

Le mode « partez ! » est un mode plus rapide d’accès dans lequel vous choisissez un snowboardeur, soit le votre, soit un des vrais pros présents dans le jeu (dont Jeremy Jones, de loin le meilleur en vrai, en plus j’ai sa board et elle est trop bien -ndShann : c’est ça fais le malin va!-). Ensuite vous choisissez une piste (attention cependant, seules les pistes préalablement débloquées dans le mode carrière seront disponibles). Dans ce mode il y a également des scores à battre, mais l’attrait principal est de pouvoir rider librement sans la pression des medias que vous subissez dans le mode carrière (et j’exagère à peine). Il existe également un mode rediffusions dans lequel vous pouvez revoir vos plus beau runs si vous les avez enregistrés.

Mais maintenant que les modes solos sont présentés, il me faut vous parler de la jouabilité (instinctive pour certains et difficile pour d’autres). Vous diriger votre perso avec le stick gauche, vous sautez avec le bouton A, vous grindez avec le bouton B, vous faites les rotations avec le stick droit, les grabs avec le stick gauche et vous tweakez vos grabs avec les gâchettes… c’est quand même pas compliqué. Il est vrai qu’il faut s’y habituer au début, mais cela devient très facile ensuite.

Ouai, vivement Amped 2!!

Aaaah le mode multijoueurs parlons en de ce mode qui empêche (presque) le soft de devenir une référence. En effet, les différents modes multis se jouent au tour par tour ce qui s’avère être une grossière erreur de la part des développeurs (dûe à un manque de temps ?), car si dans Tony Hawk le horse s’avère marrant à plusieurs, ici le fait d’attendre son tour pour jouer est assez frustrant. Mais ça a néanmoins le mérite de permettre de jouer à 4 avec une seule manette. Pour commencer, vous choisissez le nombre de joueurs, le nombre de parties, la place la plus convoitée, le premier à descendre et ensuite vous choisissez le type de partie : vous avez le choix entre 1er score, meilleure manœuvre, points médias et roi de la colline et vous pouvez ensuite commencer la partie… Cela n’est pas très passionnant, mais on sent que les développeurs ont été obligés d’abréger le développement du soft et on leur fait confiance pour arranger ça dans une future suite…

Toi aussi régale tes cages à miel!

Venons en au troisième point fort du jeu après ses graphismes et son réalisme, la musique. En effet, la bande son du jeu est composée de plus de 150 morceaux répartis en différents genre musicaux, electronic, emo(?), hip hop, punk, rock et enfin skareggaesurfrock(?????). Si l’initiative de proposer autant de titres est louable, il faut quand même signaler que la quantité prime sur la qualité… Mais ça n’est pas bien grave car LE Must, c’est que vous pouvez ripper vos musiques sur le disque dur et les incorporer au jeu (aaahh, quel bonheur…) à vous les joies du rodeoback720 sur un fond StarAcademy ou encore des L5…

Dernière petite choses à signaler si vous disposez d’un ensemble 5.1 de la mort qui tue, vous pourrez apprécier vos musiques préférées en 5.1 et lorsque vous vous prendrez une grosse gamelle devant un photographe vous l’entendrez au loin dire « eh, remets toi au ski !»…

En résumé, même si le soft aurait mérité quelques mois de cuissons supplémentaires, vous avez devant vous le digne successeur (ou presque) du splendide et inoubliable 1080° Snowboarding de la N64. Ses graphismes splendides, sa jouabilité instinctive, et sa durée de vie honnête pour un jeu de snow en font l’un des jeux les plus intéressants de la XBOX et égalament la nouvelle référence des jeux de snowboard toutes plateformes confondues (attention cependant les fans de jeux très arcades à la SSX risquent d’être assez désorientés car Amped est beaucoup plus axé simulation…) .

+

    -

      • Le jeu est toujours aussi beau même 2 ans après sa sortie, mais son petit frère est arrivé récemment avec quelques améliorations graphiques...
      • Le jeu n'est pas facile à prendre en main... loin de là!
      • Le jeu est d'une difficulté surhumaine et vous demandera de très nombreuses heures de jeu...
      • De la très bonne musique et la bande son est personnalisable!
      • Sans contest l'un des meilleurs jeux de snowboard de tous les temps... mais Amped 2 est sorti depuis et il corrige tous les défauts de ce premier opus, et se permet le luxe de proposer le Live! En bref, si vous pouvez acheter le 2 n'hésitez pas!
      • On pourra regretter l'attitude un peu trop raide des riders...

    Sur le même thème

    On en parle aussi ici