Jeux

A.O.T. 2: Final Battle

Action/Aventure | Edité par Koeï-Tecmo | Développé par Omega Force

3/5
One : 05 juillet 2019
15.07 à 17h14 par - Rédacteur

Test : A.O.T. 2: Final Battle sur Xbox One

Au pied du Mur

C'est au terme de la diffusion de la deuxième partie de la saison 3 de l'Attaque des Titans au Japon (et en France via Wakanim) que débarque ce nouvel épisode vidéoludique de la franchise imaginée par le mangaka Hajime Isayama. Nouveau ? Pas tout à fait en réalité puisque ce A.O.T. 2: Final Battle est en réalité une remise à jour de l'opus sorti au début de l'année 2018. Au milieu de quelques nouveautés, on vous explique en quoi cet ultime épisode est intéressant, mais surtout pourquoi il s'avère finalement décevant.

Pour comprendre A.O.T. 2: Final Battle il faut tout d’abord revenir sur le contenu d’A.O.T. 2 et le contexte de sa sortie. En sortant son titre juste avant la diffusion de la troisième saison, Koei-Tecmo a fait le pari de ne pas intégrer cette dernière, laissant ainsi les joueurs avec très peu de contenu scénaristique supplémentaire comparé au premier jeu sorti en 2016. L’éditeur et le studio Omega Force se devaient donc d’apporter un bon lot de nouveautés afin de palier au manque. C’est ainsi qu’est né le nouveau mode Histoire dans lequel le joueur incarne un membre inconnu de la 104ème brigade d’entrainement. Avec ses cinématiques en vue subjective, son outil de personnalisation poussé et ses missions fidèles au déroulement du manga, on peut clairement dire que le pari fût réussi avec un côté immersif particulièrement maîtrisé.

En proposant également une partie pour «souffler» avec l’intégration du joueur à la vie de la cité, le titre propose une bonne alternative à l’aspect hautement répétitif de l’ensemble. Il se transforme même en visual-novel par moment, avec la possibilité d’améliorer les relations avec de nombreux personnages, qu’il s’agisse de collègues de taillades, du révérend Nick du culte des Murs ou du patron de la compagnie commerçante Dimo Reeves. Des discussions nécessaires, qui font souvent ressortir le caractère de chacun et qui permettent surtout de débloquer des améliorations à ajouter sur une jauge de compétences. De quoi passer entre 12 et 15 heures, et ainsi terminer l’aventure sur un chapitre bonus, le dernier avec notre avatar.

focus-aot-attack-titans-focus

Car on espérait secrètement pouvoir repartir avec le chouchou du bataillon d’exploration, celui qui changeait de coupe de cheveux entre chaque bataille et prenait un malin plaisir à dire à Conny qu’il était idiot. Malheureusement les développeurs en ont décidé autrement pour adapter les deux parties de la troisième saison de l’Attaque des Titans. Adieu donc l’avatar et place à des personnages qui sont directement impliqués dans le scénario, avec une bonne moitié des missions menées par Livaï et ses attaques caractéristiques. Les cinématiques n’ont du coup plus vraiment la même saveur et placent le joueur en tant que simple spectateur durant celles-ci. Leur qualité est globalement revue à la baisse avec une majorité de saynètes et d’images fixes pas vraiment engageantes. Pire, on a l’impression que le scénario est tronqué à plusieurs reprises et ne permet pas aux néophytes d’en saisir toutes les subtilités, les forçant pour cela à se tourner vers le manga ou l’anime.

Au rayon des nouveautés on retrouve les très efficaces lances foudroyantes dont l’utilisation est plutôt simple. L’équipement anti-personnel, qui prend la forme de deux pistolets, et également présent et a même été ajouté au Mode Histoire avec la possibilité de l’équiper près d’une base. Un peu plus compliqué à maîtriser, il est néanmoins très efficace et retire un peu de monotonie dans l’élimination des Titans. Dernier ajout conséquent : le Mode Reconquête. Très intéressant sur le papier, ce mode qui se joue avec la nécessité de récupérer des terres conquises par les Titans avec des expéditions dont la durée se compte en nombre de tours se révèle incroyablement répétitif. Ce mode repose surtout sur la volonté du joueur à vouloir récupérer tous les personnages du jeu afin de les inclure dans son bataillon et en disposer. Rien de très passionnant, et ce ne sont pas les présences inédites de Sieg, Frock, Carven, Kenny et Nifa qui changent fondamentalement la donne.

3/5
Comme ses prédécesseurs, A.O.T. 2: Final Battle est essentiellement porté par son scénario épique imaginé par Hajime Isayama. Ceux qui n'ont jamais approché la franchise pourront la découvrir avec grand plaisir grâce au titre qui reprend donc l'intégralité des 3 saisons de l'anime, soit les 22 premiers tomes du manga. Malgré tout, on regrette d'être face à un jeu aux qualités inégales qui peine à offrir des ajouts convaincants, ou du moins suffisants pour conclure l'aventure avec passion. Si les deux premières saisons sont adaptées de manière brillante, la troisième en revanche ne bénéfice malheureusement pas du même soin, et invite surtout les joueurs à se tourner vers d'autres supports pour la découvrir de façon moins expéditive.

+

  • Narration à la hauteur
  • Mode Histoire aux cinématiques immersives
  • Durée de vie immersive
  • Nouvelles armes jouissives
  • Nombre de persos conséquent

-

    • Toujours très répétitif
    • La saison 3 vite expédiée
    • Des environnements peu variés
    • Un peu faiblard techniquement