Jeux

Assassin’s Creed

Action/Aventure | Edité par Ubisoft | Développé par Ubi Montreal

4/5
360 : 15 novembre 2007

Test : Assassin's Creed sur Xbox 360

On est enfin entrés de plain-pied dans la période dorée, celle qui voit sortir tous les jeux qu’on a attendus comme des chiens pendant des mois et des mois. Celle-ci apporte quelques chef- d’œuvres, mais aussi, fatalement, son lot de déceptions, étant donné la quantité de concurrents qui étaient sur la ligne de départ. Bizarrement, Assassin’s Creed, le blockbuster numéro un d’Ubisoft cette année, est difficile à classer, que ce soit dans la première ou la seconde catégorie. Ce titre événement, qu’on croyait susceptible de faire l’unanimité, va sans doute, en définitive, plus que jamais diviser l’opinion. Explications.

Altaïr dans les étoiles

Pour remettre les choses dans leur contexte, Assassin’s Creed, ce sont quatre années de développement intenses, un travail de longue haleine abattu par l’équipe de développeurs à l’origine de l’excellent Prince of Persia : Sands of Time. En première ligne, Patrice Desilets – directeur créatif sur les deux projets – sans doute l’un des talents les plus méconnus de l’industrie. Doté une personnalité savoureuse, entre goûts éclectiques et naturel baba-cool à la québécoise, le Montréalais offre aujourd’hui, avec Assassin’s Creed, ce qui constitue sans doute son projet le plus ambitieux. Et ça se voit.

Ca se voit parce qu’Assassin’s Creed est une vraie perle visuelle et sensorielle. Esthétiquement, on se trouve face à l’un des tout meilleurs titres sur console, et même tout court. L’image, traitée par un filtre gris-blanc et un grain sublimant la luminosité, a rarement été de cette qualité, de souvenir de joueur. Les décors sont eux aussi magnifiques, imposants et superbement conçus. Pas de technique tapageuse, de textures ultra détaillées, juste du goût. Situé en Terre Sainte, durant la sombre époque des Croisades, Assassin’s Creed permet de visiter trois immenses cités légendaires : Jérusalem et Saint Jean d’Acre en Israël et Damas, la capitale Syrienne. Trois villes, trois architectures, trois ambiances démentes. Depuis les rues surpeuplées et vivantesjusqu’aux gravures d’or fin sur les toits des bâtiments sacrés, on s’en prend véritablement plein la figure.

Et ce n’est pas avec Altaïr, le personnage principal de l’histoire, qu’on va se calmer. Pour faire simple, le press-kit d’Ubisoft nous parle de plusieurs milliers d’animations pour générer les mouvements de l’olibrius, et très honnêtement, on est prêts à gober ces infos tout rond. Altaïr est en effet un des héros de jeu vidéo les mieux animés depuis la Création, capable de grimper, de courir, de se battre, de chuter, de galoper à cheval, toujours avec des dizaines de nuances possibles et, surtout, une classe et un look démentiels. Le personnage, qui en plus fait partie du clan des ténébreux charismatiques, est bien parti pour devenir une star du medium, et ce serait largement mérité.

Ce paradis pour mirettes est soutenu par une bande sonore impeccable. Jesper Kyd réalise avec Assassin’s Creed une œuvre très stylisée, discrète et intense à la fois, tandis que les doubleurs français se déchirent pour offrir de très bonnes interprétations.

Une immense puissance, c’est ce qu’évoque, tout du long, la réalisation d’Assassin’s Creed. Une vieille terre, déchirée par les guerres de religion, exposant au soleil filtrant au travers des nuages ses trésors et ses murailles. De la pure poésie de pixels.

Retour sur Terre (Sainte)

Le scénario d’Assassin’s Creed cède (volontairement ou non) à la mode actuelle du thriller religieux, avec en toile de fond l’affrontement de grands ordres millénaires. Altaïr, membre d’une guilde d’assassins, va devoir se reforger un honneur perdu à la suite d’un événement tragique, mais, se faisant, en découvrira plus sur lui-même et ira de révélation en révélation. Comme ceux qui l’acquerront le constateront très vite, Assassin’s Creed va au-delà de la simple querelle féodale, et tente, avec cet épisode, de bâtir les fondations d’une saga en devenir. Il paraît évident que de futurs opus suivront, tant certaines questions demeurent floues à la fin de l’aventure. Le jeu dispose d’un mode de narration assez efficace, s’appuyant sur des scènes en temps réel qui ne ralentissent pas ou peu l’action, à la Half-Life, et s’appuyant sur un intéressant dispositif de caméras dynamiques. Néanmoins, il arrive un peu trop souvent que l’on se perde dans l’intrigue, complexe et parfois maladroitement menée, notamment vers le milieu du jeu.

Pour regagner ses galons de maître assassin, Altaïr doit abattre neuf personnalités importantes des deux camps se faisant face en Terre Sainte – les croisés et les musulmans – dans le but de mettre fin au conflit les opposant. Neuf personnes, neuf vies, neuf contrats, un postulat s’apparentant à celui des Hitman. Pour arriver à ses fins, l’assassin doit d’abord recueillir des informations en ville grâce à diverses sous-missions (reconnaissance, espionnage, tabassage, assassinats secondaires, courses, vol de documents), puis éliminer sa cible.

Constituant logiquement l’essentiel du jeu, ces assassinats paraissent au premier abord bien structurés. Cependant, plus on avance et plus on se rend compte que cette structure représente plus un poids qu’un réel atout. Le problème est qu’on se retrouve toujours, du point de vue du gameplay pur, à faire encore et encore les mêmes choses. Bien sûr, le contexte, les lieux où l’on doit remplir les objectifs et le scénario évoluent, tout comme les aptitudes d’Altaïr au demeurant, qui regagne petit à petit ses capacités perdues au tout début du jeu. Mais on reste un peu surpris par le manque de diversité des buts de mission et par leur déroulement, qui ne s’écarte quasiment pas d’un schéma prédéfini et restrictif. Ubisoft a modélisé trois villes immenses, plus un gigantesque terrain faisant le lien entre elles, le royaume. Eh bien on a la sensation que tout cet espace est un peu laissé en friches : il y a très peu de missions secondaires à accomplir, et celles-ci manquent cruellement d’intérêt (collecter des drapeaux, tuer certains adversaires spécifiques, sauver des villageois qui aideront Altaïr en retour). Cela rappelle inévitablement un titre qui finalement ressemble beaucoup plus au titre d’Ubi Montréal qu’on aurait pu le penser au premier abord : Crackdown. Deux softs donnant beaucoup de liberté au joueur, mais une liberté semblant parfois un peu vaine.

Fort heureusement pour l’intérêt du soft, on peut choisir soi-même les sous-missions menant à la cible de l’assassinat. Là encore, il aurait peut-être été judicieux d’injecter un peu de challenge, en faisant en sorte que les échecs obligent à passer à l’objectif secondaire suivant, mais, que ce soit en checkpoints ou en sauvegardes, Assassin’s Creed est du genre très permissif, choisissant de laisser avant tout le loisir au joueur de procéder comme il l’entend.

Permissives, les commandes ne le sont pas trop, du moins d’entrée de jeu. Ubi Montréal a choisi de mettre sur pied un panel de contrôles assez complexe, qui demande un réel temps d’adaptation avant d’être maîtrisé correctement. Les commandes nécessitent souvent d’appuyer sur deux, voire trois boutons à la fois, ce qui n’est pas évident à faire au début. Altaïr a notamment le choix entre deux façons de se comporter différentes : une aggressive et une plus en douceur, que ce soit au beau milieu d’une foule ou au moment de porter le coup fatal. Mais là encore, le système aurait sans doute gagné à être exploité plus en profondeur, ou bien à sanctionner un peu plus durement le joueur découvert, qui bien souvent se sauvera rapidement, du fait du grand nombre de « points d’extraction » dispersés sur la carte et d’une IA pas forcément très rugueuse.

Au delà de ces impairs, il faut bien avouer qu’une des grandes forces d’Assassin’s Creed et de proposer un des systèmes de déplacement les plus aboutis à ce jour. A mi-chemin entre varappe et free-running, le gameplay « plateforme » du jeu est une petite merveille d’ergonomie et procure un plaisir unique, soutenu en cela par toute la force graphique qu’on détaillait au début de l’article. Altaïr peut grimper n’importe où, sauter du haut des tours, prendre la pose sur un rebord de balcon, etc. Difficile de ne pas être conquis devant tant de fluidité.

Une fluidité qu’on retrouve dans les combats, dont la parenté avec Prince of Persia se ressent immédiatement dans le feeling des commandes, basées sur une alternance d’attaques/contres plutôt bien fichue dont il est agréable d’apprendre les subtilités. Cependant, on trouvera là encore de quoi râler, avec un système de visée pas très pratique. Celui-ci sert surtout pour les couteaux de lancer et les assassinats, là où il faut viser la bonne cible. C’est en général dans ce type de situation que le dispositif montre ses limites : on a beau se placer avec minutie à proximité de la cible, il est difficile d’accomplir le geste décisif sans déchet, avec à la clé, souvent, un combat qu’on aurait aimé éviter, ne serait-ce que pour le style.

Dans l’idée et les premières heures de jeu, Assassin’s Creed a tout d’un (très) grand. Son impact visuel extraordinaire joue pour beaucoup là-dedans, mais il ne faut pas non plus oublier un gameplay de qualité, qui a dû demander un travail de conception assez titanesque. Le gros regret, c’est que le jeu n’exploite pas du tout son potentiel. Sa structure trop redondante et ses gigantesques espaces vides d’activités intéressantes dénotent un certain manque de lucidité des développeurs, ou bien une trop grande confiance en des mécanismes qui auraient pu servir à faire bien davantage. Les phases de gameplay, notamment en infiltration, ne vont pas non plus au bout de leurs ambitions, et il n’y a guère que les folles escalades d’Altaïr qui donnent un réel sentiment d’accomplissement. C’est rageant, au fond, quand on voit que même avec ces tares, Assassin’s Creed n’est pas un mauvais jeu. Rageant, car il aurait pu être bien plus.

+

  • Design, réalisation artistique de haute volée
  • Belle BO signée Kyd, et doublages de qualité
  • Le travail sur les animations
  • Un terrain de jeu énorme
  • Le système de déplacements, grisant

-

    • Pas top niveau infiltration
    • Beaucoup d’espace gâché (le royaume, pour quoi faire ?)
    • Le scénario aurait pu être mieux mené
    • S’enferme inutilement dans un schéma de mission unique et redondant
  • 02.01 à 04:22

    Je comprend pas vraiment le probleme avec la note.

    Quoiqu’il arrive le test est ce qui compte mais même sans ça, j’ai fini AC en trois jours (mais en plein d’heure :D ) en faisant toutes les missions annexe (merci les congés et la copine chez ses parents.) sauf les drapeaux bien sur qui sont là pour creer un semblant de recherche afin d’examiner les superbes décors en détails mais qui au fond ne serve à rien.

    Bref, je me suis éclaté même si les quêtes sauvetage commencaient réellement à me saouler vers la fin mais le jeu ne mérite pas beaucoup mieux qu’un 15.

    Le gros probleme, c’est que comparer à d’autre jeux qui ont 15, AC est une bombe ( à l’instar de sa productrice à ce qu’en dise certain :P ), et la note parait injuste.

    Mais vu le battage médiatique qu’il y a eu autours, les promesse pas forcement tenu et le jeu du siècle transformé en un simple bon jeu ca vaut bien un point en moins.

    Donc pour moi, grand maximum, il mérite un 16 car sdon plus grand défaut n’est pas la répétitivité des quêtes annexes mais surtout le fait qu’une fois finie….

    J’ai aucune envie de m’y remettre. (par contre j’attends le 2 avec impatience)

  • 26.12 à 11:33

    A part se balader de toit en toit, la liberté offerte ne sert strictement à rien, effectivement. Ils auraient dû proposer un déroulement plus linéaire, les quêtes annexes ne sont pas vraiment utiles, on peut très bien s’en passer.
    A part ça, j’ai bien aimé l’histoire d’Altaïr. Au début, ça a vraiment l’air d’être un con fini mais heureusement, ça s’améliore par la suite.

  • 26.11 à 12:45

    pour ceux que ça interesse, 6 musiques de Jesper Kyd d’Assassin C. en Wav sur le site officiel. :D

    http://assassinscreed.us.ubi.com/soundtrack/index.php

    Password: Target

    en attendant la BO en CD 8)

  • 26.11 à 06:00

    j’en suis au 8ème assassinat et je dois dire que je suis d’accord avec le côté répétitif et linéaire, je sature quelquefois pour faire les points d’observations, les sauvetages qui comme dit précédemment se ressemblent tous
    Mais la modélisation des villes est tellement énorme et la fluidité de mouvement d’Altair tellement diabolique que cela atténue (avis perso) un peu le gros défaut du jeu : la répétitivité des missions.

  • 23.11 à 02:30

    Tout a fait :bravo:

  • 23.11 à 01:47

    En fait, Jade Raymond, c’est Peter Molyneux, au féminin. :mrgreen:

  • 23.11 à 11:48

    le must c’est quand même les missions assassinat des informateurs, a partir du 3e tu peux plus les buter face a fesse (:mrgreen:), tu te places donc sur un toit avec tes couteaux, mais si le toit est haut, tu shoot tous ce que tu vois en bas en espérant atteindre la cible, magnifique infiltration !

  • 23.11 à 10:30

    C’est marrant, car le seul moment de répétitivité que j’ai trouvé se passait pendant le 1er assassinat, quand je maitrisais pas très très bien Altaïr. Dès lors, monter sur les tours et enchainer les bastons me saoulaient un peu car je n’étais pas à l’aise avec le perso.

    Maintenant que ça va beaucoup mieux et que je pense assez bien le contrôler, faire les enquêtes ne me dérangent pas du tout, bien au contraire.

    J’adore sauter de toit en toit tel un aigle royal majestueux, et enchainer de beaux combats dans des ballets sanglants où la beauté de tuer est magnifiée par de mortelles chorégraphies. (c’était la phrase poétique du jours. :D )

  • 23.11 à 01:08

    J’en suis à la moitié du jeu environ présentement, et je dois dire qu’en effet, le titre souffre sérieusement d’un problème de répétition. Oui bien sûr des jeux de course ou de combat son répétitif, une course est une course et une combat est un combat, mais c’est leur mandat!! C’est le but du jeu de recommencer et de battre son record de quelques secondes ou encore de paufiner sa technique de combat, comme tout les sport!! Sinon, si on commence dans cette logique, tout les match de hockey, football ou n’importe quoi d’autre est répétitif, or ce n’est pas vrai, personne critique qu’ils sont répétitif franchement!! C’est une abération d’utiliser ce raisonnement pour justifier la répétivité des jeux de courses ou de combat. C’est prendre un aspect et le sortir de son contexte, du nivellement par le fond, c’a marche pas!

    Pour en revenir à Assassin’s Creed, soyez franchement honnête, j’ai de la difficulté à croire que lorsque vous en êtes à vôtre 5-6 ième assasinats, vous en avez pas une peu marre des petites enquêtes.

    Je suis d’accord que le monde est vaste et incroyablement beau, même moi, j’en étais époustouflé et encore à chaque fois que je m’y remet, Mais sérieusement, imaginez vous le même jeu, exactement le même, mais avec des graphiques moyen et des mouvements moins bien léché, plus sacadé et je suis certain que plusieurs qui défendent ce titre avec acharnement trouverais même la note de 15 un peu forte. Soit dit en passant, je n’ai rien à faire de la note, mais d’autre semble lui accorder un peu trop d’importance.

    Toujours est-il que je dis chapeau bas pour le travail d’Ubisoft d’avoir pondu un titre aussi beau, c’est du jamais vu, mais personellement, j’aurais préfèreré qu’ils aient passé un peu moins de temps sur le côté esthétique de la chose et qu’ils se soient plus penché sur le déroulement. Le royaume, WOW, oui c’est immense, oui c’est agréable à parcourir quelques fois, mais on en fait quoi!!! On cherche des petits drapeau caché cà et là, qui ont été mis là, j’ai fortement l’impression, à la va-vite, à la dernière seconde pour que ceux qui ont travaillés dessus des années n’aient pas trop l’impression de l’avoir fait pour rien.

    Hônnetement, je n’ai pas payé pour le jeux, car dans mon bout, y’avais une offre, si on rapportais trois jeux, on nous le donnais en échange. Mais si j’avais payé pour, j’aurais été plutôt décu.

    Donc en gros, un enrobage du tonnerre, qui en mets plein les yeux et qui propose une tonne de promesses, mais à l’interieur je dois dire que je reste sur ma faim. C’est comme avoir une Ferrari dans son garage, elle est belle, elle rend tout le monde jaloux, jamais on se diras que c’est un mauvais achat, mais si on n’a pas d’essence dedans, on se dit au fond de soi-même:»Ouais, ben je fous quoi avec!!». Mais ça, on ne l’avouera jamais…. :wink:

    Edit: En passant, toutes mes félicitations à Diamond qui a sut faire un excellent test qui rend tout à fait justice à ce jeu. Il l’a fait au risque de s’attirer les foudres de centaines de gens qui en attendait un peu trop de toutes les promesses qu’a fait la belles Jade Raymond. :wink:
    Je dois dire que c’est un bel exemple de professionnalisme.

  • 22.11 à 08:58

    :mrgreen: Alors réjouis-toi pour moi,égoïste!