Jeux

Astérix & Obélix XXL 3 : Le Menhir de Cristal

Plate-formes | Edité par Microids | Développé par OSome Studio

4/5
One : 21 novembre 2019
25.11 à 09h45 par - Rédacteur

Test : Astérix & Obélix XXL 3 : Le Menhir de Cristal sur Xbox One

La coop et le glaive

Microïds se fait plaisir en cette fin de génération de consoles. Avec l'arrivée d'Astérix & Obélix XXL 3 : Le Menhir de Cristal, l'éditeur français fait renaître les versions pixelisées du duo de gaulois imaginé par Goscinny et Uderzo. Après s'être maladroitement attaqué au remaster de l'épisode précédent l'an dernier, et plus de dix ans après le dernier jeu inédit tiré de l'univers Astérix sur une console Xbox, les aventures du célèbre village d'Armorique sont un peu sous pression. Heureusement, pour un retour, c'est un retour plutôt réussi.

Ils ne sont pas légion les titres Astérix inédits à débarquer sur nos consoles ces dernières années, alors même que certains d’entre eux étaient hautement appréciés dans les années 90 et 2000. Il faut dire que la franchise née en 1967 sous les coups de crayons d’André Uderzo ne parle pas forcément aux acteurs de l’industrie qui se situent en dehors de l’hexagone. Et comme la société Atari – à qui l’on doit Astérix aux Jeux Olympiques sorti en 2008 sur Xbox 360 – n’est plus que l’ombre d’elle-même, il aura fallu attendre que ce soit les parisiens de Microïds qui se décident à remettre du sanglier au menu. Dès l’an dernier avec le remaster partiellement raté de XXL 2, et puis à nouveau en cette fin d’année avec de l’inédit en la personne de XXL 3.

Asterix-and-Obelix-XXL-3-The-Crystal-Menhir_2019_08-12-19_008

Confié aux Français d’OSome Studios, ce projet reprend donc les bases de ses prédécesseurs avec un univers chatoyant très fidèle à l’oeuvre d’origine, et des mondes semi-ouverts qui invitent à explorer chaque recoin de map. Nos deux héros sont chargés de retrouver Hella, et se déplacent en 3D pour cela ,avec une caméra qui permet de vivre l’action avec une vue de trois-quart plongeant, là où le deuxième épisode rendait fou avec sa caméra dynamique jamais placée au bon endroit. Mis à part quelques soucis de perspectives lorsque certaines plateformes sont en hauteur, il devient donc aisé de déplacer Astérix ou Obélix et parcourir le monde se fait avec beaucoup de facilité, et sans aucune frustration. La qualité des environnements (forêt des Carnutes, village gaulois, île de glace, Rome, ville arabique et temple de Crête) contribue au plaisir de diriger nos deux héros tout au long d’une aventure qui demande entre 8 heures et 15 heures selon votre mode de difficulté (facile, normal et difficile), votre volonté à chopper tous les collectibles et selon que vous jouiez seul ou en coopération.

Et ce dernier point constitue réellement un élément essentiel sur la capacité du jeu à se démarquer. Là où XXL 2 s’obstinait à n’avoir que du solo dans sa manche, Astérix & Obélix XXL 3 nous propose enfin un mode coopération. Sans rien inventer, les grandes différences de gameplay entre nos deux personnages jouables sont un véritable atout en jouant à deux. Astérix de son côté peut utiliser de la potion magique pour gagner en puissance durant quelques secondes, et franchir des précipices assez larges avec une roulade. Sûrement pour éviter de gagner en précision sur son gameplay, aucun des deux héros ne peut sauter. Obélix quant à lui transporte le Menhir de Cristal et peut ainsi réaliser divers effets en frappant celui-ci au sol. Etourdir les ennemis et casser certains éléments du décors avec la forme de pierre, geler ou ralentir les romains avec la forme de glace, brûler certaines choses avec la forme de feu et attirer les ennemis ou se protéger des projectiles avec la forme magnétique. En jouant à deux, il n’est donc plus possible de switcher entre les deux personnages, mais les atouts de chacun demandent aux joueurs un minimum d’organisation. L’avantage de ce jeu en duo réside également dans le fait de ne pas mourir dès que la barre de vie (sous forme de cœurs) arrive à zéro, puisque le personnage qui reste en vie doit le rester durant 10 secondes en attendant que son compagnon puisse reprendre le combat. On regrette toutefois l’absence d’écran splitté et le fait que l’action soit par conséquent centrée sur le joueur 1.

Asterix-Obelix-XXL3-new-screens-011

Le gameplay se divise essentiellement en deux phases avec d’un côté les traditionnels combats, parfois face à des hordes bien garnies de légionnaires romains, et des phases d’énigmes jamais très compliquées, couplées à quelques phases de plateformes ou le but est généralement d’éviter des pics, ou des précipices mortels. Les combats rapprochent le titre d’un véritable beat’em all, avec le désavantage de présenter une certaine répétitivité. La présence de nombreux coups spéciaux, dont la fameuse baffe verticale gauloise est un régal, et permet de se défaire d’un nombre parfois impressionnant d’ennemis. La variété du bestiaire oblige également à adopter un peu de stratégie. Ainsi il est judicieux d’esquiver les javelistes capables d’étourdir nos héros, et d’utiliser un type d’attaque particulier pour faire sauter le bouclier de certains légionnaires. La finesse et la réflexion sont donc parfois de mise, surtout si vous choisissez d’opter pour le mode difficile, vraiment adapté aux joueurs rodés au genre. En récupérant des casques auprès de vos ennemis et dans certaines caisses en bois, il est toutefois possible (et conseillé) d’augmenter la puissance de vos attaques, mais aussi le nombre de cœurs et de nombre d’utilisation de la potion magique par exemple.

Concernant l’ambiance générale, les développeurs se sont réellement inspirés de l’esprit de la licence avec des références à certains albums, et la présence de quelques têtes connues comme Epidemaïs, Sacapus et bien évidemment César. L’obligation mettre à sac des camps romains entiers est également plutôt bien venue et impose là aussi une petite dose de subtilité et d’organisation tout en apportant un vrai sentiment d’immersion à l’ensemble. Les dialogues, sans être particulièrement géniaux, prêtent également à sourire à plusieurs reprises. L’absence de voix officielles n’est pas gênant dans la mesure où les doublages sont de qualité, avec une réelle volonté d’adopter la tonalité des voix de Roger Carel et Jacques Morel pour faire passer le tout. En revanche, et sans parler de bugs, de grosses chutes de framerate viennent un peu chatouiller la rétine dans de rares moments.

4/5
Astérix & Obélix XXL 3 : Le Menhir de Cristal est une petite surprise. Idéal pour les plus jeunes qui retrouveront l'univers singulier de la licence grâce à une réalisation et à des animations plutôt bien maîtrisées, le titre s'adresse également aux adultes avec ses dialogues souvent bien sentis et son ambiance générale qui ramène régulièrement aux albums du duo. Un peu tristoune à jouer seul, c'est évidemment en coopération que le jeu prend toute sa dimension et promet quelques moments magiques de coordination, que ce soit dans les batailles, ou durant les énigmes à résoudre.

+

  • Très plaisant à jouer, surtout en coop
  • Grosse diversité des attaques
  • Trois modes de difficultés, pour tous
  • Esprit de la licence respecté
  • Scénario agréable à suivre
  • Pas trop de soucis de caméra
  • De bons doublages en français

-

    • Parfois un peu trop répétitif
    • Pas d'écran splitté en coop
    • Peu d'environnements différents
    • De grosses chutes de framerates