Jeux

Gigantosaurus Le Jeu

Aventure | Edité par Bandai Namco | Développé par Wildsphere

3/5
One : 27 mars 2020
12.04 à 18h27 par - Rédacteur en Chef

Test : Gigantosaurus Le Jeu sur Xbox One

Mon ami et bien plus encore ?

Si vous avez des enfants encore petits, vous connaissez certainement le dessin-animé Gigantosaurus. Diffusé sur France 4 depuis l’année dernière, il met en scène quatre petit dinos curieux et ingénieux qui n’ont de cesse de vouloir comprendre et approcher Giganto, le plus grand et fort des dinosaures. Gigantosaurus a visiblement suffisamment plu à son jeune public pour motiver Wildsphere et l’éditeur Outright Games, déjà passé par là avec la Pat’Patrouille, à l’adapter en jeu vidéo.

Le plus souvent, se retrouver à devoir tester un jeu répond à trois motifs principaux : on adore le genre et on est donc très à l’aise pour en parler. Ou alors, un test doit être fait et c’est la conscience professionnelle qui s’impose. Mais il y a aussi les fois où l’on profite de cette opportunité pour faire parler notre âme de parent, soucieux de trouver pour sa progéniture le jeu qui va la passionner et l’amener peut-être un jour à perpétuer le savoir-faire paternel. C’est donc avec beaucoup d’intérêt et d’attention qu’a été réalisé ce test de Gigantosaurus. S’il résonne moins à la maison que les satanés génériques de Pat’Patrouille, Super Wings et du maudit Ane Trotro, Gigantosaurus fait partie de l’environnement connu du père de famille lambda. Aussi ne sommes-nous pas perdus en découvrant que l’on a l’opportunité ici d’incarner Mazu, Rocky, Tiny et Bill, tous les quatre prêts à se lancer à la poursuite de Giganto. Sur un ton très clair et didactique, le narrateur nous présente les raisons de l’aventure que l’on s’apprête à vivre, en même temps que l’on comprend à sa façon de parler qu’il s’adresse à des enfants de six ou sept ans au plus.

Gigantosaurus Le Jeu est une production clairement taillée pour le plus jeune public qui soit. Non seulement par le choix du dessin-animé mis en lumière bien sûr, mais aussi par son accessibilité à toute épreuve. Pour résumer avant de détailler, sachez que votre bambin va se lancer à la découverte de huit environnements différents, sur fond de plateforme à la manière d’un Mario 64 (c’est vieux oui mais on n’a pas trouvé plus évocateur comme référence) ; entre chaque monde, il a l’occasion de participer à une course, semblable à du Mario Kart, sans les power up. Pour passer d’un environnement à l’autre, il faut au préalable mettre la main sur au moins quatre des dix œufs disséminés sur la petite map. On ne dirait pas comme ça, mais la structure proposée par Gigantosaurus Le Jeu est surprenante et finalement très bien pensée pour son public.

gigantosaurus 1

En lieu et place de l’habituelle succession de niveaux à thème des jeux de plateformes « traditionnels », le joueur dispose d’une certaine liberté pour mener à bien ses objectifs. A l’aide de la carte et des nombreuses indications visibles à l’écran, le jeune joueur s’attaque à des phases de plateformes très accessibles au départ, puis progressivement compliquées, sans jamais se montrer trop difficiles. On est amené à utiliser des objets tels que des ressorts pour sauter plus haut, des feuilles pour s’élancer plus loin dans les airs ; il est également nécessaire de faire appel aux compétences de chacun des dinosaures, que l’on sélectionne d’une simple pression sur une touche. L’un va faire tomber des troncs d’arbre pour créer un pont, l’autre peut activer des mécanismes qui permettent en cas d’échec de pouvoir revenir facilement jusqu’à un point avancé de l’épreuve en cours.

En bref, la progression est très claire, bien balisée avec juste ce qu’il faut de défi pour des enfants, sans jamais provoquer de grande frustration en cas d’échec. Il n’y a pas vraiment de combats, simplement quelques pièges et ennemis que l’on assome en un coup. Et même lorsque l’on perd un vie, on peut la reprendre en échange de gemmes que l’on ramasse par centaine sur la map. Oui, on y va sereinement. En marge de la collecte d’œufs obligatoire, il y a beaucoup d’objets à trouver et de petits défis optionnels à réaliser. Mieux vaut d’ailleurs prendre son temps pour faire un maximum de choses sur chaque map car si l’on se contente du minimum, Gigantosaurus Le Jeu se plie en une poignée d’heures seulement. Il est possible de revenir où l’on veut et tout terminer une fois la séquence de fin obtenue mais vous savez comment c’est avec les enfants… Quand c’est fini, c’est fini. Reste également la possibilité de participer aux courses indépendamment de l’aventure, jusqu’à quatre en local. Ce n’est pas le plus passionnant des jeux de courses mais en famille, ça peut amuser un petit moment.

gigantosaurus 2

Si Gigantosaurus Le Jeu se montre assez soigné sur le fond, ce n’est pas tout à fait la même chose sur la forme. En dehors des personnages (jouables ou non) très fidèles au dessin-animé, le jeu semble tout droit sorti de la première salve de jeux Xbox 360. C’est globalement très pauvre visuellement, coloré mais tristounet. Si quelques environnements comme le lac ou la jungle sauvent les meubles, d’autres en revanche comme le désert frisent la richesse polygonale du jeu de plateformes lambda made in PS2. A côté de cela, il faut composer avec de vilains bugs de collision lors de la dernière course (la voiture frappe dans… Rien). Techniquement, ce n’est donc pas fou du tout et ça devient carrément horrible et presque injouable dès que l’on tente l’aventure à plusieurs. Jouable jusqu’à quatre sur un même écran, Gigantosaurus Le Jeu ne prévoit pas d’écran scindé. Il faut donc rester « groupir », sans possibilité de gérer la caméra qui se place un peu où elle a envie, ce qui occasionne de grandes difficultés sur les derniers niveaux, requérant naturellement une certaine application.

Cela étant, on a globalement bien aimé jouer à Gigantosaurus Le Jeu pour sa proposition semi-libre qui a le bon goût de ne pas prendre les enfants pour des sous-joueurs. Tout n’est pas parfait mais fait le boulot pour les plus petits, avec en prime des voix et des textes en français. Les cut-scenes sont peu nombreuses, ce qui pourra peut-être contrarier les enfants qui espéraient retrouver ici une vraie nouvelle histoire pour les héros de Gigantosaurus. Mais en échange, ils profitent d’un jeu qui est une très bonne première initiation au jeu de plateformes et d’aventures. Et c’est déjà pas mal.

3/5
S’adressant exclusivement aux plus jeunes des joueurs Xbox One, Gigantosaurus Le Jeu surprend. Dans le bon sens avec une proposition intéressante mêlant plateforme et aventure semi-libre. La difficulté est très bien dosée, le jeu accompagne le joueur sans trop l’assister ou au contraire le larguer en plein milieu du chemin. Le jeune joueur peut ainsi avoir le plaisir de retrouver les héros du dessin-animé qu’il apprécie dans un jeu qui est un vrai jeu. Gigantosaurus Le Jeu surprend cependant aussi dans le mauvais sens en affichant une plastique d’un autre âge, un multijoueur local malheureusement bordélique et une durée de vie un peu juste dès lors que l’on s’en tient aux seuls objectifs principaux. Il n’en demeure pas moins un « premier jeu » valable, capable d’initier sous l’angle juste les plus petits à des aventures plus complexes.

+

  • Un jeu Gigantosaurus, c’est cool
  • Vraiment adapté au très jeune public
  • Une vraie proposition derrière la licence
  • Ambiance sereine et agréable
  • En français
  • Jouable à 4 en local…

-

    • … Mais dès lors archi-bordélique
    • Techniquement préhistorique
    • Un peu court
  • 13.04 à 09:26

    C’est sympa de tester ce genre de jeu pour les plus jeunes ! Le mien est encore trop petit, mais c’est toujours bon à prendre !