Jeux

GRID 2

Course | Edité par Codemasters

4/5
360 : 31 mai 2013
07.06 à 19h24 par |Source : www.xbox-mag.net

Test : GRID 2 sur Xbox 360

Après un premier épisode plutôt convainquant, Codemasters Birmingham, studio connu pour avoir réalisé de nombreuses simulations automobiles comme la série des F1 ou des DiRT) réitère l’expérience Race Driver : GRID, un titre très orienté vers les sensations arcade, en nous proposant ici un deuxième opus. Amélioration ? Constance ? Détérioration ? Qu’en est-il du deuxième opus de cette série ? La réponse dans ce test !
Une esthétique soignée

La première chose qui nous apparaît lorsqu’on lance ce GRID2, c’est un menu ultra sobre. Simplement un fond noir, avec le logo blanc du jeu, et le choix des menus en bas a gauche. Ultra simpliste, mais également ultra efficace. Les menus sont clairs, et se prêtent facilement à la navigation. Pas vraiment de grosse latence sur les chargements, et toujours ces fameux menu « à la Codemasters », avec possibilité de zoomer/dé-zoomer sur un fond, sur lequel défile des informations que l’on pourrait considérer comme inutiles mais qui importent tellement ! Le nombre de kilomètres parcourus, le nombre de voitures que l’on possède, tant de détails qui donnent un peu d’attrait à ces chargements. Mais en dehors de la classe des menus et des écrans de chargement, cet opus brille également par un moteur graphique vraiment réussi. Les circuits sont admirablement bien réalisés, et sont réellement variés. Vous passez ainsi à Paris, à Barcelone, à Chicago, à Miami, et moult autres destinations de rêve. Les effets de lumières liés au soleil ou aux lampadaires est extrêmement réussi, et n’est en rien un obstacle a la lecture des trajectoires à adopter.



Mais bien sûr, il parait difficile d’imaginer un jeu de voiture sans des voitures très bien réalisées. C’est bel et bien ici que s’illustre ce GRID 2. Les premières impressions sont visuelles, et le jeu l’a bien compris. Outre des décors à couper le souffle, Codemasters continue dans sa lignée et nous propose des véhicules au réalisme outrageant. Des différents types de peintures aux reflets sur la carrosserie, tout est passé au peigne fin pour rendre les voitures aussi réelles que possible. Qui plus est, le jeu propose une gestion des dégâts vraiment intéressante qui impacte directement sur votre style de jeu. Si on ajoute à cela des bruits de moteurs absolument bluffants, on obtient ce savant mélange qu’est GRID 2. Le seul point noir que l’on peut relever se situe au niveau des caméras. En effet, le jeu propose 4 caméras, qui sont la vue pare-choc, la vue capot, la « vue arrière proche », et la « vue arrière éloignée ». Certains habitués du genre ont bien remarqué qu’il manque une des caméras qui est pourtant très utilisée et toujours présents dans les jeux estampillés « Codemasters » : la vue cockpit. En effet, ici, la vue arrière pose des difficultés a voir l’avant du véhicules, et demande ainsi un temps d’adaptation propre a chaque véhicule. La vue pare-choc elle procure de bonnes impressions de vitesse, mais rend la lisibilité des tracés très complexes car on se retrouve souvent collés aux opposants, et la caméra cockpit proposait ce bon équilibre entre vitesse et lisibilité, mais renforçait également énormément l’immersion. Ce problème de caméra reste néanmoins corrigé par la facilité au niveau de la jouabilité, car GRID2 suit bien les traces de son prédécesseur et propose un jeu vraiment arcade.


Du contenu, du contenu et du contenu !


Outre l’aspect esthétique, le jeu de Codemasters propose un contenu vraiment riche. Autant en solo qu’en multijoueur, le nombre d’heures que vous passerez sur le jeu est vraiment énorme. Tout d’abord, le jeu comporte différents types de courses. On a ainsi la possibilité de concourir sur des tracés urbains, qui nous font passer dans les grandes villes du monde, de brûler la gomme sur des longues routes, en bord de mer, et au bord des falaises, et même d’user l’asphalte des plus grands circuits comme celui d’Indianapolis. Et si déjà ces trois types de courses peuvent mettre l’eau à la bouche à certains, alors je vous invite à regarder le nombre de mode de jeux disponibles. Dans la partie solo, on ne compte pas moins de neuf modes de jeux différents (il y’en a dix mais deux sont relativement semblables). Ainsi, on retrouve le mode Contre-la-montre qui vous demande de réaliser le meilleur temps possible, le mode Course standard qui réclame de terminer à la meilleur position possible sur un tracé et un autre mode de jeu qui lui est semblable, intitulé « Global Challenge ». La seule différence entre ces deux modes de jeu est l’indication de votre temps par secteur dans le deuxième, ce qui ne figure pas dans le mode Course. On retrouve également le classique mode Drift, si chère au premier opus. Ce mode de jeu consiste à réaliser le plus grand nombre de dérapages contrôlés afin de marquer le plus de points possible. Le mode élimination, qui lui aussi est un classique, est également présent. Dans celui-ci, nous devons survivre le plus longtemps possible. A chaque intervalle régulier de temps, le dernier joueur de la course est éliminé. On note la présence d’un mode Face-à-face qui vous oppose à un seul adversaire à la fois, ou tous les coups sont permis pour gagner, et notamment de foncer dans l’adversaire, mais également sa variante le mode « Touge » ou les collisions avec le véhicule adverse sont sévèrement punis par une disqualification.



On retrouve également divers modes un peu plus originaux comme le mode Endurance, durant lequel nous devons réaliser le plus de kilomètres dans un temps donné ou encore le mode de jeu Dépassement qui nous demande de dépasser des véhicules sans réaliser de collisions. Comme vous pouvez le voir, le contenu paraît déjà bien riche, et ce n’est pas tout ! Le nombre de circuits est lui aussi impressionnant, notamment grâce a son système « LiveRoute ». Durant certaines courses, le jeu adopte un tracé dynamique, qui change à chaque tour, de façon aléatoire, ce qui rend les courses beaucoup plus dynamiques, intenses, et par conséquent intéressantes. En dehors des courses, le jeu propose également de la customisation de véhicules (assez sommaire, mais suffisamment intéressante). Il faut également indiquer que ces modes de jeux sont disponibles pour tout types de parties. Le jeu propose effectivement différents « types de partie ». On retrouve le mode carrière qui vous propose de partir de rien pour évoluer vers la célébrité, avec une notion très orientée vers les réseaux sociaux (présence de YouTube dans les cinématiques, système de fans), et un mode « Partie Rapide » qui vous permet de sélectionner un mode de jeu, et nombre de tours, un tracé et de partir en virée rapidement si vous n’avez pas spécialement beaucoup de temps devant vous !

Jouer tout seul c’est bien mais a plusieurs c’est mieux !

Si GRID2 propose du contenu solo impressionnant, les habitués du multijoueur vont se retrouver eux aussi aux anges. En effet, Codemasters a fait en sorte de contenter tout le monde et le contenu est tout aussi important. Tout d’abord, il faut noter l’ajout du mode de jeu en écran partagé (deux joueurs seulement), qui était absent du premier opus, et qui permet a quiconque ne possédant pas le Xbox Live de pouvoir jouir des diverses fonctionnalités du jeu. Celui-ci reste néanmoins un mode « Partie Rapide » à deux. Là ou le multijoueur prend toute sont ampleur est vraiment via le Xbox Live. Mais c’est aussi de là que vient l’un des plus gros point noir du jeu. Afin d’accéder au contenu Xbox Live, un pass VIP vous sera demandé. Vous avez néanmoins la possibilité d’effectuer une période d’essai de 48h pour savoir si l’aspect communautaire du jeu vous satisfait.

Mais outre ce petit problème, on retrouve un contenu encore une fois capable de vous faire passer de nombreuses heures devant l’écran. Le jeu dispose tout d’abord d’un système de niveaux, auxquels sont liés différentes récompenses, comme des voitures à débloquer. Directement lié a ce système de récompenses, le jeu dispose d’une monnaie virtuelle qui vous sera octroyé a chaque course réalisée dans de bonnes conditions. Cet argent a plusieurs utilités : acheter les voitures débloquer pour pouvoir rouler avec et améliorer les performances des véhicules déjà achetés. La notion de personnalisation des véhicules est, elle, toujours présente. Au niveau des modes de jeu multi-joueurs, on retrouve les mêmes qu’en solo, dans divers mode de jeu. Un mode Matchmaking usuel, et un mode de jeu qui vous demande de réaliser un meilleur temps que les joueurs présents dans votre liste d’amis sur plusieurs circuits. Ces circuits changent à intervalles réguliers et le système de classement est directement géré par la plateforme multijoueur du jeu : RaceNet (une création de compte est d’ailleurs nécessaire pour pouvoir accéder au contenu Xbox-Live). On voit alors ici toute l’ampleur du jeu, qui propose un contenu de qualité, qui pourra vous occuper pendant de nombreuses heures.

http://www.dailymotion.com/video/x10hnxj

En conclusion, GRID 2 reprend les grandes lignes du précédent volet et en tire des leçons, comme le prouve le mode écran partagé. Cet épisode garde néanmoins l’identité de la série et ses points forts, illustrés ici par les tracés en ville, et le mode de jeu « Drift ». Codemasters réalise alors une fort belle opération, et produit un jeu de qualité qui saura ravir tout fan d’automobile, mais aussi tout néophyte car il est également très facile d’accès.

+

  • Véhicules très bien réalisés
  • Visuellement impressionnant
  • Prise en main facile
  • Contenu très riche en solo et en multi
  • Procure beaucoup de fun

-

    • Pas de vue cockpit
    • Nécessité de débloquer les voitures pour le Jeu rapide
  • 10.06 à 12:19

    Bon test… cependant le jeu a les défauts de ses qualités, à savoir qu’une prise en main et un gameplay un peu trop facile ne garantira pas une longévité dans le plaisir de jouer. D’autre part il faut signaler qu’il ne tourne qu’en 30 Fps voire moins, et qu’il y a de l’aliasing ( à noter qu’il tourne nickel sur une cong PC moyen de gamme)

  • 08.06 à 05:21

    très bon test j’ai pris le jeux et je suis pas déçue :wink: