Jeux

Jet Set Radio Future

Action | Edité par Sega | Développé par Smilebit

4/5
360 : 13 mars 2002
30.03 à 03h09 par

Test : Jet Set Radio Future sur Xbox

Parmis les jeux les plus funs et les plus révolutionnaires de la regrettée Dreamcast figure l’ultra cool Jet Set Radiooooo ! du studio Sega Smilebit. Ce jeu était le tout premier à utiliser la technique du « Cell Shading » qui consiste à rendre un aspect 2D à des objets en 3D donnant ainsi l’impression de se trouver devant un vrai dessin animé ! Le jeu est sorti fin 2000 et a malheureusement souffert de l’annonce de l’arrêt de la production de Dreamcast. Pour notre plus grande joie Sega est devenu éditeur multiplateformes et a choisi la XBOX pour nous livrer la suite de ce merveilleux jeu au concept simple mais terriblement accrocheur. Cette suite s’intitule donc Jet Set Radio Future et les habitués de la version Dreamcast retrouveront avec joie le DJ Professor K ainsi que la bande des GG.

Une tuerie !!

Premier constat lorsqu’on entre dans le jeu : ça tue la tronche

!! Les quelques joueurs réticents à la technique du Cell Shading vont être

convertis immédiatement par la beauté de ce jeu. Les petits gars de chez

Smilebit nous prouvent encore une fois que les japonais sont les meilleurs : ce

JSRF n’est pas une simple suite, c’est une révolution ! Tout d’abord parlons de

l’ambiance, et quelle ambiance mes amis ! Les personnages sont très nombreux et

tous plus stylisés et charismatiques les uns que les autres, le design général

est magnifique et les musiques merveilleuses . Les persos disposent tous de

leurs propres animations, pour la plupart très rigolotes, et ils ont tous le

rythme dans la peau (ndlr : yeaaah man !). Du côté des graphismes si vous

croyiez que Halo était le plus beau jeu de la XBOX vous aviez tout faux. JSRF

nous prouve qu’un jeu n’a pas besoin d’être réaliste pour être beau :

l’immensité des niveaux, les reflets sur la peau des persos, les effets de

lumière, les dizaines de passants qui sautent par terre et qui crient lorsque

vous les bousculez et les oiseaux qui s’envolent à votre arrivée, sans compter

les véhicules sur la route (la circulation est d’une densité incroyable) et

l’architecture démentielle de la ville de Tôkyô (ndShann : hé hé hé, tu fais du

jap’ toi non ?), la richesse graphique de ce jeu est tout bonnement incroyable.

A cela il faut ajouter le magnifique effet de « blur » lorsqu’on active le «

DashBoost », une des nouveautés de ce JSRF. La musique quand à elle est de SUPER

bonne qualité et son rythme toujours soutenu accompagne une action toujours plus

speed .
Pour ce qui de la jouabilité il y a deux nouveautés majeures, à

savoir le « DashBoost » qui permet d’accélérer durant quelques secondes en

échange de 10 bombes de peinture et surtout la nouvelle façon de faire des

graffs. En effet, maintenant il n’est plus nécessaire de réaliser un combo avec

le joystick analogique gauche mais tout simplement d’appuyer sur la touche L,

que ce soit pour des petits ou des grands graffs. J’entends déjà les joueurs

dire « ah, c’est nul ,c’est trop facile maintenant ! » et ben pas du tout et au

contraire même puisque JSRF est beaucoup plus dur que son prédécesseur car

l’accent et d’avantage mis sur la recherche des graffs que sur les graffs en

eux-mêmes, et je peux vous dire qu’avec des niveaux aussi immenses que ceux-là

il va falloir en faire des Grinds et trouver des passages secrets … et le pire

c’est que cela ne devient jamais lassant car on prend toujours plaisir à se

promener dans ces niveaux à l’architecture si bien pensée car ils procurent un

sentiment de liberté incroyable… Bon maintenant que je vous ai tout dit passons

aux différents modes de jeu.

Le mode aventure

Dans un Tôkyô plus futuriste que jamais, aidé par le DJ

Professor K et sa radio underground… Jet Set Radiooo ! une bande de jeunes

skateurs les GG résistent au joug du Groupe Rokkaku , une méga-corporation

dirigée par Rokkaku Gouji qui vient de racheter le département de la police de

Tôkyô pour assurer sa protection personnelle . Ce Gouji n’est intéressé que par

une chose : le profit, et il se fiche des droits des jeunes skateurs. Des bandes

se forment et se mettent en tête de recouvrir Tôkyô de graffitis et ainsi

refuser la politique de Gouji. Et maintenant ces jeunes se livrent leur propre

guerre des gangs pour le contrôle du territoire. Rokkaku a organisé une

exposition qui aura lieu très prochainement et les mesures de sécurité se

renforcent… Le jeu commence donc à ce moment là, vous incarnez un des membres

des GG et vous vous trouvez dans leur garage qui, si il était seulement un menu

dans le premier Jet Set, est dorénavant devenu un skatepark géant dans lequel

vous allez apprendre à maîtriser toutes les subtilités de la jouabilité du jeu.

Mais ce n’est pas tout car vous pourrez également sauvegarder votre partie,

changer de musique, de personnage ou encore de graffitis et discuter avec les

autres personnages de la bande des GG. Une fois votre entraînement terminé vous

allez enfin pouvoir accéder au premier niveau. Les stages sont en fait composés

de plusieurs objectifs à remplir qui sont en général introduits par une

intervention du Bob Sinclar local le DJ Professor K. Le premier objectif est de

recouvrir tous les graffs du gang local, leur nombre variant de 20 à 30 en

fonction des niveaux, et il faut ensuite en découdre avec la police locale pour

enfin se mesurer au gang mécontentent d’avoir tous ses graffs à refaire. Ces

objectifs apparaissent dans un ordre aléatoire suivant les niveaux et si ils

suffisent à faire avancer le scénario, il vous faudra en remplir d’autres pour

finir le jeux à 100%. En effet, il y a également des Graffiti Souls (3 par

niveaux) et des Cassettes Mystérieuses (1 par niveau) qui débloqueront de

nouveaux Graffs et de nouvelles musiques .

Le mode multijoueurs

En multijoueurs, l’écran se découpe en plusieurs parties (on

peut jouer jusqu’à 4 simultanément) . De nombreuses épreuves sont proposées :

dans « Raid sur la ville » le but est de faire le plus rapidement 3 tours de

circuits, et à l’instar d’un Mario Kart différents items sont disponibles pour

ralentir vos adversaires. Dans « Ball Hog » il faut conserver la balle durant un

tour entier, dans «flag » c’est une course au drapeau (ah bon ?), le mode «

graffiti wars » vous propose de peindre le plus de murs en un temps limité et

enfin le mode « tag à mort », le plus marrant des cinq vous propose de repeindre

vos adversaires . Tout ces modes sont jouables entre amis mais si vous n’en avez

pas vous pouvez toujours vous mesurer au CPU …

L’éditeur de graffitis

JSRF tout comme son grand frère dispose d’un éditeur de graffs

dans lequel vous allez pouvoir réveiller l’artiste qui sommeille en vous… Cet

éditeur est très complet et une fois que vous aurez choisi la taille du graff à

réaliser, vous pourrez régler la couleur du fond, la taille et la police des

caractères, ajouter des petits dessins déjà inclus dans l’éditeur et enfin tout

gommer pour recommencer ou bien sauvegarder si le graff vous convient. On notera

également la présence de katakanas pour ceux qui voudraient s’exprimer en

japonais (n’est ce pas Shann ?)…

En résumé pour ceux qui ne l’auraient pas encore compris JSRF est ce que l’on pourrait appeler un Killer-App ou un Must Have, avec sa durée de vie plus que conséquente, sa réalisation hors normes, ses musiques et le plaisir de jeu immense procuré, il ne fait aucun doute que ce jeux se doit de faire parti de votre ludothèque que vous soyez un fan du premier opus ou tout simplement un gamer qui aime s’amuser. A mille lieues de la violence d’un Halo, disposant d’une ambiance définitivement unique et prônant la liberté d’expression, ce jeu est incontestablement une réussite, noue prouvant que Sega est en pleine forme. Et ça fait plaisir…

+

    -

      • Jamais le cell shading n'aura été aussi bien utilisé, et plus d'un an et demi après sa sortie il reste l'un des plus beaux jeux de la xbox avec un design hors du commun.
      • La prise en main est très rapide mais certains défauts du titre (comme les caméras ou le fait de ne pas pouvoir sortir facilement d'un grind) la rendent perfectible...
      • Le jeu est assez long et le mode multi vient ralonger un peu sa durée de vie...
      • Des musiques excellentes qui participent à l'ambiance funky du titre!
      • Un OVNI, une expérience unique, un exercice de design, un jeu qui sort enfin de l'ordinaire et qui offre un dépaysement total en nous faisant pourtant évoluer dans un milieu urbain des plus classique... c'est ça la vraie force de Jet Set Radio Future!!
      • Le tout bouge très très vite et quand on enclenche le boost...

    Sur le même thème