Jeux

Max Payne

Action | Edité par Rockstar Games | Développé par Neo Software

3/5
360 : 15 mars 2002
17.04 à 01h21 par

Test : Max Payne sur Xbox

Max Payne ou l’histoire d’un flic, qui en l’espace de quelques secondes, va perdre sa femme, son gosse et sa tranquilité d’esprit. Ca fait beaucoup pour un seul homme non ?? En tout cas, bien décidé à comprendre qui a mené ce double meurtre et les raisons de celui-ci, il va s’inflitrer dans la DEA et finalement comprendre que ce sont des petits gangsters sous l’emprise d’une drogue ultra-puissante, la Valkyrie, qui ont commis le meurtre. Il décide alors de remonter la filière jusqu’à ceux qui tirent les ficelles et c’est là que vous intervenez. Malheureusement, le meilleur ami de Max à la DEA se fait buter et on l’accuse de ce meurtre, devenant ainsi l’ennemi public numéro un. Ca ne va pas lui arranger les affaires puisqu’il se retrouve ainsi dès le début de sa quête, seul contre tous...

Max Payne = Néo ??

Max Payne (Payne se rapproche de l’anglais « pain » qui

signifie douleur) n’est pourtant, basiquement, qu’un « vulgaire » shoot bourrin

ou se mêle violence extrême, cadavres, sang, manipulation, gangsters comme il en

existe déjà. Mais si il a connu un tel succès auprès des joueurs PC, c’est

principalement grâce à une innovation qui apporte toute l’originalité au titre.

Cette innovation sensationnelle appelée « Bullet Time » consiste en fait à se

prendre pour Néo dans un film de John Woo. Vous ne voyez toujours pas ce que je

veux dire ?? En fait, en appuyant deux fois très rapidement sur la gachette

gauche, vous allez ralentir le temps pendant que vous exécuterez un saut sur le

côté ou vers l’avant/arrière, ce qui vous permettra d’ajuster parfaitement vos

ennemis en pleine face tout en évitant leurs attaques. Ca donne surtout droit à

des scènes d’anthologie dont vous ne serez pas peu fiers. Hop un petit décalage,

bullet time, un petit coup de fusil à pompe bien placé, et pan 3 morts. A la fin

de chaque série de gangsters tués, vous aurez en plus droit à un replay du corps

du dernier survivant croulant sous vos impacts de balles dans une gerbe de sang,

c’est trop jouissif. L’impression de puissance et d’invincibilité qui s’en

dégage vous ravira à coup sur. Au début de l’aventure, j’ai eu tendance à m’en

servir très intensivement puis au fur et à mesure vous apprendrez à vous en

servir à bon escient et non plus comme d’un gadget. Si c’est probablement le

gros point fort de ce titre, on peut également souligner la mise en scène et

l’ambiance sonore qui permettent de taper des trips d’enfer. En effet,

l’interactivité avec le décor est très poussée, vous pourrez ouvrir bon nombre

de tiroirs, de placards, d’armoires, de commodes pour y trouver des munitions,

des antalgiques et des armes en tous genres , le jeu étant une véritable réserve

à pétoires avec une bonne quinzaine d’armes, l’arsenal du parfait petit

emmerdeur : Beretta, Desert eagle, fusil à pompe, carabine, cocktail molotov,

M79, uzi, double uzis, batte de base-ball….De quoi bien se fendre la poire. Tout

cela dans une ambiance digne des grands polars classiques américains qui vont

bien. Niveau sonore, il y a des petits détails sympas (et en 5.1). Si vous êtes

derrière un mur pas très solide, vous pourrez entendre la conversation des 2

malfrats de l’autre côté puis les prendre à revers héhéhéhé. Si une alarme fait

trop de bruit, et que vous l’arrêtez en tirant dessus, Max vous dira « merci »…

Que de petites choses disséminées tout au long du jeu pour vous faire rentrer de

plein pied dans l’histoire. On n’a ainsi pas seulement l’impression d’exécuter

un simple massacre de masse mais de participer à un film d’action ultra bien

foutu posé sur un scénario un peu plus consistant (certes, ce n’est pas

difficile) que les autres jeux du genre. J’ai aussi bien aimé le tir au fusil de

sniper. Explications : après avoir tiré, la caméra va suivre la balle jusqu’à

son objectif tout en accélérant jusqu’à la voir pénétrer dans le corps de votre

victime. J’ai d’ailleurs fait preuve d’une telle précision que mon nouveau

surnom c’est « Œil de Lynx » alors…

Disons que la prise en main des différentes armes se fait

vraiment sans aucun problème, la maniabilité étant réglée aux petits oignons, et

faire le « serial killer » est donc ainsi à la portée de tous. Techniquement,

Max Payne se débrouille bien. Les graphismes sont à la fois suffisamment

fouillés par endroits et suffisamment vides à d’autres pour créer l’ambiance si

spéciale au jeu. Il n’y a rien d’exceptionnel toutefois car il s’agit d’un bête

portage de la version PC à laquelle elle n’a d’ailleurs rien à envier, mais elle

s’en sort mieux que la version PS2 sortie il y’a quelques mois. Les personnages,

qu’il s’agisse de Max ou de ses «adversaires» sont parfaitement animés sauf dans

certaines cinématiques où on a l’impression qu’ils prennent des virages à 90°,

par exemple celle où l’on est à la poursuite de Vince Gognitti dans le premier

tiers du jeu. Aussi bien techniquement qu’au niveau du gameplay, Max Payne s’en

sort donc. Toutefois, et comme on pourrait s’en douter, la durée de vie n’est

pas énorme. MP reste un shoot et les premiers niveaux de difficultés ne vous

demanderont pas plus de 10 heures pour voir la fin du jeu (le jeu comporte 22

niveaux répartis en 3 chapitres et articulés comme si on était à l’intérieur

d’une bande dessinée). On passera rapidement sur le mode entraînement qui ne

sert pas à grand-chose si ce n’est apprendre les touches importantes avant de

vous lancer dans l’aventure. Bien sûr, les acharnés rechercheront à finir le jeu

dans les modes ultimes mais personnellement, recommencer le jeu une fois terminé

ne m’enthousiasmait pas vraiment même si j’avais apprécié l’aventure.

On pourrait résumer Max Payne par « excellent mais trop court ». Le « bullet time », l’ambiance sonore, le déluge d’armes en tous genres, un scénario intéressant pour un shoot où l’on se retrouve seul contre tous, des scènes d’action d’anthologie sont les avantages de ce shoot qui atteint ses objectifs : divertir et surtout être un shoot original. Car oui, au final, on se dit que Max Payne est un shoot à part. Et malgré sa faible durée de vie et quelques rares problèmes techniques, vous ressortirez du jeu en vous disant probablement "c’était court mais c’était bien bon..."

+

    -

      • Pas vraiment optimisé pour la Xbox...
      • Un petit temps d'adaptation est nécessaire, ensuite on s'éclate.
      • Une petite dizaine d'heures pour finir le jeu...
      • Ca péte dans tous les sens pour le plus grand bonheur de nos oreilles.
      • Max Payne reste un bon jeu sur Xbox, mais sachez que le 2 a su gommé les défauts de celui-ci tout en améliorant encore les qualités de son ancêtre. Ne le ratez pas...
      • Beaucoup d'actions d'anthologie...

    Sur le même thème