Jeux

Moons of Madness

Horreur/Narratif | Edité par Funcom | Développé par Rock Pocket Games

3/5
One : 24 mars 2020
01.04 à 07h26 par

Test : Moons of Madness sur Xbox One

From Mars with Love(craft)

Les adaptations liées aux œuvres de H.P Lovecraft dans le jeu vidéo sont nombreuses avec des résultats plus ou moins convaincants. Avec Moons of Madness, les développeurs de Rocket Pocket Games essaient à leur tour de se faire une place dans cet univers qui ne cesse d’inspirer les artistes. Sorti initialement sur PC en octobre 2019, ce walking simulator est désormais disponible sur Xbox One au prix de 29,99€. Le voyage vaut-il le coup ? Réponse dans ce test.

Vous incarnez Shane Newehart, un ingénieur effectuant un job de routine sur Mars pour l’organisme de recherche Orochi. Très vite vous allez vous rendre compte que quelque chose ne tourne pas rond dans cette station. En effet votre personnage fait des cauchemars étranges, assiste à des éléments perturbants, et une étrange cicatrice sur sa main refait parler d’elle. Pour couronner le tout des signes inquiétants dans la station laissent à penser que quelque chose se trame. Notre simple ingénieur va peu à peu, malgré lui, devenir enquêteur et tenter de résoudre le mystère qui se trame sur cette planète.

C’est d’ailleurs une belle qualité de ce Moons of Madness qui arrive à poser patiemment les bases de son univers avant de nous plonger dans l’horreur. On y effectue donc pendant quelque temps des tâches routinières rappelant par moments le film « Seul sur Mars » qui sont plutôt bien faites. Il faudra en revanche s’habituer au gameplay assez lourd de notre personnage qui aurait gagné à être un peu plus vif. Heureusement une touche de sprint est disponible pour éviter de sombrer dans le sommeil en voulant marcher jusqu’aux objectifs.

MOM3

Même si Moons of Madness se décrit comme un jeu d’horreur, n’espérez pas bondir de votre chaise ou retrouver l’ambiance d’un Alien : Isolation. Le sentiment de peur n’est jamais réellement présent. Les développeurs ont bien tenté quelques jump-scares, ou des ombres qui passent sans prévenir, mais même si cela peut surprendre c’est finalement assez faiblard en matière de flippe. Pour faire péter le trouillomètre, on repassera.

Malgré tout critiquer le titre de Rocket Pocket Games sur son ambiance serait assez dur tant celle-ci est de bonne facture. On y ressent bien l’inspiration des œuvres de H.P Lovecraft par les nombreuses hallucinations, les rêves qui n’en sont pas vraiment, les créatures très tentaculaires propres à l’univers de l’écrivain. Bref les multiples références aux œuvres de l’écrivain sont bien retranscrites et devraient faire plaisir aux amateurs de Lovecraft.

En bon walking simulator qu’il est, Moons of Madness propose un gameplay assez dirigiste et linéaire. Si visiter l’étendue de Mars est tentante, laissez au placard vos envies d’explorateur spatial car le titre est finalement très linéaire. Et si par mégarde vous sortez du chemin prévu par les développeurs, le jeu vous le rappellera de manière souvent grossière soit en vous tuant sans sommation, soit en étant téléporté sur le bon chemin par magie. Le gameplay en lui-même s’appuie principalement sur des interactions avec des éléments du décor afin de pouvoir trouver le code de la porte qui vous bloque l’accès ou pour vous aider à résoudre une énigme avec diverses indications plus ou moins compréhensibles. Votre personnage est également équipé d’un scanner qui permet en pressant une simple touche de pouvoir interagir avec des appareils à distance, ou encore de retrouver son chemin avec un petit point lumineux vous indiquant les objectifs et la route à suivre pour y parvenir. Vous aurez bien quelques séquences en véhicule, mais n’espérez pas le conduire car là encore vous serez seulement spectateur de ce qu’il se passe à l’écran.

Moons of Madness comporte de nombreuses énigmes qui bloqueront votre progression et nécessiteront de se creuser les méninges pendant de longues minutes. Si elles sont assez réussies il faut bien avouer qu’il est souvent assez difficile de comprendre réellement la logique voulue par les développeurs pour certaines d’entre elles, et un guide ne sera pas de refus pour vous aider à démêler la solution attendue par les développeurs tant elle est parfois tirée par les cheveux.

MOM2

Le point commun aux walking simulator de manière générale,  c’est cette habitude de proposer des premières heures intéressantes avant de retomber comme un soufflé ensuite. Malheureusement Moons of Madness n’échappe pas à cette règle. Si la première partie du jeu est extrêmement intéressante en posant une ambiance étrange et mystique qui nous colle à la manette, on ne peut pas en dire autant de la suite. La deuxième partie du jeu se perd vite dans un scénario brouillon et multipliant les scènes incohérentes. Le dernier tiers est lui totalement raté. Se terminant très vite, le jeu nous expédie rapidement vers une fin très simpliste et parsemée d’énigmes pour enfant de 8 ans malgré les conséquences qui en résultent.  Le sentiment que les développeurs ont littéralement rushé le jeu se fait clairement ressentir et c’est assez dommageable pour un titre qui n’est en plus de ça pas très long à boucler.

Graphiquement le jeu de Rocket Pocket Games s’en tire de manière honorable, le jeu est joli et nous offre des panoramas souvent très sympathiques à observer. On peut regretter en revanche que certaines textures soient par moments assez grossières et font tache avec le rendu global du titre. Aucun ralentissement n’est également à noter sur Xbox One X, même si quelques bugs obligeant à relancer des checkpoints sont à noter, souvent la faute à un décor qui vous bloque, ou une animation scriptée qui ne se lance pas. Mais en soit rien de bien méchant.

Concernant la durée de vie, il faudra compter environ 5 à 6 heures selon votre capacité à résoudre les énigmes pour boucler l’histoire. La rejouabilité n’ayant que peu d’intérêt dans ce genre de jeu, n’espérez pas relancer une partie dans la foulée sauf coup de cœur absolu.

 

3/5
En conclusion Moons of Madness est finalement un titre assez bancal. Alors que les débuts s’annonçaient prometteurs, le jeu perd peu à peu son intérêt dans un scénario alambiqué et une dernière partie complètement bâclée. On pestera également sur des énigmes parfois tordues et un gameplay qui aurait gagné à être un peu plus vif, mais heureusement l'excellente ambiance qui se dégage du titre sauve le jeu du naufrage. Un jeu moyen en somme à réserver aux fans absolus de Lovecraft.

+

  • Excellente ambiance lovcraftienne
  • Première partie de très bonne qualité
  • Graphiquement très joli
  • Des énigmes bien ficelées...
 

-

    • ...mais qui sont parfois tirées par les cheveux
    • Un scénario qui perd de son intérêt au fil de l'aventure
    • Dernier tiers du jeu complètement raté
    • Gameplay un peu mollasson
    • Quelques textures grossières
    • Un sentiment de peur totalement absent