Jeux

MorroWind: The Elder Scrolls III

RPG | Edité par Ubisoft | Développé par Bethesda Softworks

4/5
360 : 21 novembre 2002
25.11 à 04h24 par

Test : MorroWind: The Elder Scrolls III sur Xbox

C’est pas trop tôt…C’est bien la première chose que je me suis dite en insérant le DVD de Morrowind dans ma Xbox. Sorti depuis 6 mois aux USA et sur PC, voilà que Bethesda Softworks se décide enfin à nous livrer « ze » galette. Emerveillé par la version américaine, j’avais véritablement hâte de voir ce qu’allait donner notre petit joyau en version française. Force est de constater qu’au final, mon attente est récompensée et l’on se trouve ici en face de l’un des RPG les plus vastes du paysage vidéo-ludique « consoleux ». Le dépaysement commence, saisissez votre épée, et en avant pour une aventure unique…

Il était une fois…

…l’histoire d’un prisonnier qui, par la grâce d’on ne

sait qui, va être libéré et débarqué à terre. Ce prisonnier, c’est vous. Après

avoir choisi votre race de personnage (chacune ayant ses caractéristiques

propres), votre signe de naissance (qui va définir certains attributs de votre

héros), votre nom, vous voilà lancé dans le grand bain. Les premières heures du

jeu sont un peu difficiles, mêlant à la fois la découverte du monde immense

qu’est Morrowind et l’apprentissage très lent de vos premières aptitudes.

N’essayez pas de faire le guerrier valeureux à vos débuts car la moindre

chenille pourrait vous achever !!! C’est injuste mais c’est comme ça. Bien sûr,

le fait de voir son héros promu au rang de bête sanguinaire par la suite n’en

est que plus jouissif mais cela passera par des dizaines et des dizaines

d’heures de galère. Pour arriver à progresser, il vous faudra remplir, comme bon

vous semble, les nombreuses quêtes annexes qui jouxtent la quête principale, et

qui vous permettront d’engranger de l’expérience et de devenir plus fort. Par

exemple, en rejoignant la guilde des guerriers, vous aurez différentes missions

à accomplir qui vous permettront de récolter de l’or (tout est histoire

d’argent) vous permettant d’acheter des armes, de la magie, des potions ou même

de nouveaux entraînements plus poussés qui développeront vos capacités de

guerrier. Même chose avec la guilde des magiciens, etc….Terriblement immersif,

Morrowind pousse le joueur à toujours vouloir gagner un niveau supplémentaire,

encore un, encore jusqu’à ce qu’il se rende compte qu’il fait jour dehors et

qu’il serait peut-être temps d’aller se coucher. C’est là la principale qualité

du soft, mais il en possède beaucoup d’autres, rassurez-vous…

C’est beau, c’est long, c’est bon….

Une chose est claire, Morrowind : The Elder Scrolls III

fait honneur à ses prédécesseurs en offrant des graphismes superbes avec une

profusion de détails. En progressant dans le jeu, on découvre le superbe rendu

de la pluie sur les flaques d’eau ou sur la surface d’une rivièreou encore des

cavernes remplies de monstres hostiles fourmillant de couleurs chatoyantes,

bref, des effets de toute beauté. Le jeu a été soigné et ça se voit. Sur une

grosse config PC, le jeu est légèrement plus joli mais cela ne représente pas

vraiment le même investissement. Morrowind ne se contente pas seulement d’être

beau, il possède également un gameplay d’une richesse incroyable (et

parfaitement bien adapté à la manette Xbox s’il vous plaît). Pour ce qui est des

combats, vous avez différentes manières d’agir durant vos affrontements, vous

pourrez éviter certains combats en discutant avec vos éventuels adversaires

avant la guéguerre…De même, vous pouvez choisir de les flatter, de les

intimider, de tenter de les persuader….Bien sûr, chaque action peut se retourner

contre vous et vous aurez vite fait de vous retrouver avec une lance plantée

entre les deux yeux. Pensez à toujours suivre le proverbe : « Quand les gars de

120kg parlent, ceux de 60 écoutent ». Et vous ne faites pas partie de la

première catégorie de personnes…. L’univers de Morrowind est gigantesque (la

quête principale a une durée de vie moyenne estimée à 350 heures de jeu) et vous

feriez ainsi mieux d’éviter de vous faire des ennemis. Vous aurez sûrement tôt

ou tard besoin de quelqu’un pour qu’il vous divulgue une information importante

pour votre périple et si il n’apprécie pas vos agissements, vous pourrez

toujours courir pour qu’il soit gentil avec vous… C’est ça Morrowind, un monde

qui s’adapte à vos moindres faits et gestes. Si vous commencez à brusquer tout

le monde dès le début, n’espérez même pas finir le jeu, parole de Roms. Autre

aspect original de Morrowind : vous pouvez effectuer les actions dans l’ordre

que vous souhaitez. Pour un RPG, c’est plutôt rare, mais c’est fort appréciable.

Vous pouvez effectuer les quêtes annexes à n’importe quel moment, reprendre la

quête principale puis retourne discuter avec 2 ou 3 pèlerins…La liberté d’action

est totale. Et afin de ne pas perdre le fil du jeu, votre personnage note toutes

les nouvelles informations récoltées dans un journal. Au final, la sauce

Morrowind est terriblement goûteuse et il est très difficile de lâcher le

paddle. Le jeu parfait ??

Elle est belle ta maison mais….

Non, Morrowind possède tout de même quelques défauts. Le

premier, et certainement le plus énervant : les temps de chargement très longs.

Enfin pas si longs que cela mais il vous faudra attendre 10 secondes à chaque

fois que vous allez pénétrer dans une maison (et il y en a un paquet), même si

celle-ci est de taille restreinte. Au bout du compte, cela devient relativement

c… Alors d’accord, les maisons regorgent de tapisseries, de différents bois,

d’armes sur les murs…mais on ne peut s’empêcher d’être un peu frustré. Deuxième

point noir : le jeu à tendance à saccader lorsque le personnage court pendant

trop longtemps. Rien de trop grave, mais de temps en temps, des petits à-coups

qui choquent. Certains joueurs risquent également de décrocher au milieu de leur

aventure car le jeu alternent des phases d’action avec des phases où il ne se

passe pas grand-chose pendant plusieurs heures d’affilée. Les autres savoureront

entièrement le fruit de 6 ans de travail de Bethesda, qui baigne dans une

ambiance sonore fantastique, tant au niveau des musiques diaboliquement bien

choisies que des bruitages ou encore des doublages tout en français,

d’excellente qualité, et qui sont partie prenante de l’immersion du joueur dans

le monde de Morrowind.


Premier RPG typé PC à réellement envahir le monde console, Morrowind a complètement réussi son pari avec cette somptueuse version Xbox. Les joueurs y découvriront un jeu beau, intéressant, au monde gargantuesque, avec une liberté d’action totale, au scénario bien ficelé, à la durée de vie quasi-illimitée et au gameplay bien fichu rendant le tout terriblement prenant. On a apprécié également les nombreuses quêtes annexes, le fait que les actions du joueur influencent les réactions des PNJ (personnages non jouables), et la bande-son, exempte de toute reproche. Quelques petits défauts sont bien là mais nous avons en face de nous un RPG sensationnel, qui DOIT faire partie de votre ludothèque pour peu que vous aimiez le genre, dépaysement garanti…

+

    -

      • On en prend plein les mirettes.
      • Beaucoup de possibilités, qui s'assimilent très vite cependant.
      • Plus de 350 heures rien que pour la quête principale, ça calme hein ?
      • Des musiques somptueuses et une ambiance comme on les aime.
      • Un RPG grandiose, proposant une aventure épique à tous points de vue. Un must-have tout simplement.
      • Quelques saccades et un leger manque de fluidité.

    Sur le même thème