Jeux

Mortal Kombat 11: Aftermath

Combat | Edité par Warner Bros Interactive Entertainment | Développé par NetherRealms Studios

3/5
One : 26 mai 2020
28.05 à 07h39 par

Test : Mortal Kombat 11: Aftermath sur Xbox One

Le jour d'après

Après avoir fait très bonne impression l’année dernière et après avoir comblé les fans via un Kombat Pack introduisant rien de moins que le Joker, le T-800 et Spawn à son roster déjà ultra complet, Mortal Kombat 11 refait parler de lui en cette triste année 2020 via une extension de sa campagne solo, agrémentée de quelques bonus. Une première pour la série de NetheRealm en plus de 25 ans de carrière.

L’histoire d’Aftermath prend place immédiatement à la suite de la dernière séquence de Mortal Kombat 11. Après leur victoire sur Kronika, responsable d’un énorme bordel temporel, Raiden et Liu Kang -devenu dieu du feu- reçoivent la visite du sorcier maléfique Shang Tsung, accompagné des héros Fujin et Nightwolf. L’éternel Némésis des défenseurs du Royaume Terre (désormais représenté sous les traits de l’acteur Cary-Hiroyuki Tagawa, comme dans l’adaptation ciné de 1995) leur présente son plan infaillible pour remettre le flux temporel en ordre, via un énième retour vers le passé façon Avengers Endgame, à la recherche de la couronne de Kronika, qui conduit à la modification de plusieurs scènes déjà vues dans Mortal Kombat 11.

aftermath test 1

Donnant la part belle aux personnages ajoutés via le Kombat Pack et Aftermath, cette partie 2 nous permet de prendre tour à tour le contrôle de Fujin, Sindel, Nightwolf, Sang-Tsung ou encore Shao-Kahn, personnage offert à l’origine comme bonus de précommande. Bien que toujours aussi bien mis en scène et profitant d’une réalisation technique impressionnante, les 5 chapitres supplémentaires -pour une durée à peine inférieure à 3 heures- peinent toutefois à réellement captiver. La faute à une intrigue brouillonne et trop rapidement développée, semblant vouloir déjà corriger certains des arcs scénaristiques de la première partie. Tout cela en singeant le blockbuster de Marvel, sans toutefois en approcher l’impact visuel et émotionnel. Reste quelques scènes toujours aussi généreusement gores et une galerie de personnages qu’on a plaisir à revoir, même si les stars habituelles comme Johnny Cage ou Scorpion n’y font qu’une apparition très brève. Seul véritable petit brin de nouveauté : la dernière scène reprend le concept du final d’Injustice 2 et vous demande de choisir votre camp, ce qui amènera à l’une des deux fins différentes. Quel que soit votre choix, la fin sera de toute façon expéditive et plutôt décevante, en forme de teaser pour un futur épisode, à priori encore une fois sous forme d’éternel recommencement.

Autre grosse nouveauté de ce DLC protéiné, l’ajout de 3 nouvelles têtes au panel déjà bien rempli de kombattants. Honneurs aux dames -surtout lorsqu’elles sont pourvues de 4 bras- avec la souveraine des Shokan : Sheeva fait son retour après avoir esquivé l’opus X avec ici un nouveau visage la faisant étrangement ressembler à la princesse Fiona de Shrek. Toujours aussi brutale et efficace, on regrette toutefois son faible panel de coups spéciaux, contrebalancé par la puissance de ses enchainements. L’autre revenant, qui n’était plus jouable depuis Mortal Kombat : Armageddon en 2006, n’est autre que Fujin, frère de Raiden et Dieu des vents. C’est un personnage équilibré, se servant autant de ses pouvoirs sur l’air pour créer une distanciation sociale entre lui et son adversaire, que pour l’écraser entre deux vents ascendants. Il a également à disposition un sabre et une arbalète lui permettant de maitriser son rival à distance. Enfin, le petit nouveau dans la série fait office de clin d’œil cinéphilique, comme nous l’a désormais habitué le papa de la série Ed Boon, depuis Mortal Kombat X. Robocop, le flic cybernétique de Detroit propose un style de combat évidemment ultra rigide, mais appuyé de tout l’arsenal connu par les cinéphiles, ainsi que de l’aide du robot bipède ED-209 pour les fatalités. Graphiquement sublime, Alex Murphy fait office de clin d’œil luxueux et ravivera des souvenirs aux nostalgiques de Robocop vs Terminator, lors des un contre un avec tonton Arnold. Reste que comme pour Freddy Krueger, Leatherface ou encore Le Predator avant lui, on peut regretter de voir des personnages anachroniques s’affronter dans le monde de Mortal Kombat, plutôt que dans un jeu totalement dédié.

aftermath test 2

Techniquement et ludiquement, Aftermath reste strictement identique à ce qu’on a pu voir l’année dernière. NetherRealms Studios a toutefois pris la peine d’ajouter quelques petits bonus supplémentaires. On apprécie déjà l’ajout de 4 nouveaux stages, dont 3 servent directement aux nouveaux chapitres de l’histoire. Le quatrième, plus conceptuel, voit les personnages s’affronter dans une salle projetant les stages mythiques des premiers épisodes sous leurs formes rétro originelles. L’autre ajout que réclamaient les fans depuis des années est le retour des Friendships. C’est toujours aussi délicieusement stupide, mais permet de contrebalancer l’horreur visuelle des fatalités toujours plus violentes et gores à souhait. Le plaisir de voir Robocop se lancer dans une danse du robot, Jax de jouer du saxophone ou encore Erron Black faire une démonstration de tir aux pigeons, fait malheureusement un peu trop rapidement place à une certaine répétitivité dans les gags et les thématiques. Le thème musical les accompagnant est quant à lui une vraie réussite et vous restera longtemps en tête. On aurait toutefois apprécié l’ajout de nouveaux succès, ne serait-ce que pour ajouter quelques défis sur les nouveaux personnages ainsi que sur ceux du Kombat Pack.

Acheter Mortal Kombat 11: Aftermath sur le Store Xbox (téléchargement)

3/5
Difficile de cacher la semi-déception qui ressort de cette extension Aftermath. Les nouveaux chapitres sont là mais constituent un complément d’à peine une poignée d’heures à l’histoire principale et peinent à réellement captiver. Le petit nombre de nouveaux personnages -bien que de qualité- couplé à l’absence totale de nouveaux succès, ne vous occupera pas beaucoup plus longtemps si vous êtes un joueur tourné vers le solo/multijoueur à petites doses.

+

  • 5 chapitres supplémentaires à l’histoire
  • 3 nouveaux personnages de qualité
  • 4 nouveau décors
  • Les friendships et leurs thème musical

-

    • Scénaristiquement paresseux
    • Robocop toujours un peu hors-sujet
    • Les friendships qui ont tendance à se répéter

Sur le même thème