Jeux

Nier

Action/Aventure | Edité par Square Enix

4/5
5.0/5
360 : 23 avril 2010
02.06 à 19h44 par |Source : http://xbox-mag.net/

Test : Nier sur Xbox 360

Cavia, développeur japonais atypique, réputé pour ses jeux aux choix de design radicaux, est récemment revenu sur le devant de la scène avec Nier, un des jeux de rôles nouvelle génération de Square Enix censés séduire aussi bien les joueurs japonais qu’occidentaux. L’objectif n’a pas exactement été rempli : le titre s’est beaucoup mieux vendu au pays du soleil levant que sur n’importe quel autre marché et n’a, mis à part quelques exceptions, pas du tout enflammé la presse spécialisée. Et si on vous disait qu’il s’agit d’un des jeux les plus marquants de l’année ?

Débuts difficiles

Il y a des jeux qui vous prennent par la main. Il y a des jeux si savamment conçus (Valve, Nintendo) qu’y progresser devient quelque chose de naturel, presque inconscient. Il y a des jeux tellement maîtrisés sur le plan technique (Uncharted, Call of Duty) que l’immersion y est puissamment immédiate. Et puis il y a Nier.

Tenter de dresser une liste exhaustive de tout ce qui ne va pas dans le nouveau jeu de Cavia équivaudrait sans doute à rallonger cet article d’une ou deux pages. Commandes approximatives, niveau technique presque indécent par rapport aux standards d’aujourd’hui, quêtes annexes dignes des plus pénibles RPG japonais, NPCs robotiques : Nier aurait incontestablement pu être un soft beaucoup plus soigné, même s’il faut garder à l’esprit qu’il a été développé par des effectifs ne dépassant pas une quarantaine de personnes.

Ce qui démarque le jeu de Cavia de beaucoup d’autres jeux de rôles nippons, c’est d’abord sa construction, qui pourrait être rapprochée des Fable de Lionhead : un monde ouvert divisé en plusieurs zones, et rythmé par un système de combat en temps réel pas si mauvais, mais manquant juste un peu de variété.

La principale particularité de Nier est en fait sa capacité à utiliser son système de jeu de base dans des situations très différentes les unes des autres. Cela passe par de fantastiques boss, souvent dignes des meilleurs Zelda, aux attaques influencées par les psychédéliques schmups japonais. Les développeurs se sont également amusés à varier les angles de caméras, passant de la 3D à la 2D quand on entre dans un bâtiment, tentant des angles à la verticale de l’action ou en vue isométrique. Le résultat est surprenant, mais ces choix semblent souvent logiques et adaptés aux situations dans lesquelles ils sont employés. Au service d’une histoire qui est au cœur de l’expérience de jeu.



Nier the end

On est au 34ème siècle. L’Humanité, déjà ravagée par une catastrophe d’envergure mondiale, semble condamnée à l’extinction, menacée par les maladies et des hordes de monstres à l’origine inconnue. Lorsque Yonah, sa fille unique, contracte la terrible Black Scrawl, une maladie incurable, Nier décide de tout tenter pour la sauver. Un synopsis simplissime, qui a d’ores et déjà le mérite de s’écarter de certaines conventions. Qui plus est, l’intrigue va bien plus loin que le combat d’un père pour sauver sa fille. Le jeu, au fur et à mesure de ses quêtes, accède à un statut supérieur en abordant intelligemment et sans prétention des thèmes compliqués. Les révélations successives à la fin du jeu ne font pas que surprendre, elles aident à mettre en perspective les motivations du héros et sa place dans l’univers créé par Cavia.

Le plus fascinant aspect de Nier est sans doute sa structure narrative globale. Il s’agit à première vue, on l’a dit, d’un Action-RPG tout ce qu’il y a de plus classique dans la progression, et ce du début à la fin. L’histoire est engageante, le dénouement plutôt bien amené : on est satisfait quand on termine Nier. Seulement voilà : celui qui éteint sa console après le générique de fin passe à côté d’une bonne moitié de l’intérêt du soft. Nier est un jeu qui se rejoue. Obligatoirement.

Et pourtant, aucune quête supplémentaire n’est proposée, on ne débloque pas de nouvelles armes ou de tenue encore plus minimaliste pour Kainé. Il n’y a pas non plus de choix cruciaux à la Mass Effect dont on peut voir les effets alternatifs (enfin presque). On assiste juste aux mêmes événements, mais sous un autre angle, souvent cruellement révélateur. Les choses qu’on sait, puisqu’on a fini le jeu, et les choses qu’on découvre, puisqu’on rejoue, s’entremêlent et invitent à la réflexion. « Pourquoi l’ai-je fait ? », « Aurais-je dû y penser plus tôt ? », « Yonah en valait-elle le prix ? ». Dès lors, Nier atteint une virtuosité et une maîtrise uniques, que seul un jeu peut proposer (c’est parce que l’on a joué une première fois qu’on est frappé par les scènes de la seconde partie), et qui le placent parmi les grandes réussites du genre. Alors que les statistiques disent que la plupart des joueurs ne terminent pas leurs jeux, Cavia livre une œuvre dont la complète compréhension passe par deux, voire trois ou quatre parties successives. C’est un choix de design fou, illogique vis-à-vis du marché, mais c’est précisément cela qui le rend tellement original.



Cavia…r

En dehors de cette architecture il faut le dire assez inoubliable, et qui culmine lors d’une dernière fin très spéciale, Nier, ce sont aussi de brefs instants de brillance, comme les missions impliquant un déroulement entièrement textuel, rappelant ce qu’avait tenté Lost Odyssey il y a quelque temps, mais en plus interactif. Certaines quêtes annexes ressortent également par leurs récits plein de finesse, en dépit du fait qu’elles soient parfois extrêmement ennuyeuses à compléter d’un point de vue purement ludique. La magie de Nier, c’est que même la plus ingrate des taches peut dissimuler une scène touchante ou amener à réfléchir sur ce qu’on vient d’accomplir.

Nier, c’est aussi un casting enflammé, avec Kainé, équipière la plus grossière du jeu vidéo depuis Augustus Cole, et Weiss, le grimoire parlant so british. La qualité générale des dialogues et les très bons doublages (mention spéciale à Liam O’Brian dans le rôle de Weiss) donnent vie aux protagonistes et aident à s’identifier, aspect d’autant plus important que, comme on l’a expliqué, en termes de jeu pur, Nier manque parfois de répondant.

Pour achever de compenser ses faiblesses, le jeu dispose d’un atout imparable : une bande-son exceptionnelle qui souligne la réalisation artistique particulière du soft. Magnifiée par les échos mécaniques des mines, les chœurs résonnant sous la neige ou encore le piano irréel de la forêt des rêves, la grande mélancolie des étendues délavées de Nier, arpentées par des cohortes d’esprits perdus, devient palpable.

Nier est un jeu qu’il est facile de ne pas aimer. Mais il faut au moins saluer ses expérimentations narratives, soutenues par de vraies qualités d’écriture, ce qui n’est malheureusement pas si fréquent chez les RPG japonais de la génération actuelle. Si on est capable de digérer les visuels datés, les commandes brouillonnes et les quêtes poussiéreuses du jeu, on est susceptible de vivre une des aventures les plus passionnantes de l’année. Qui l’eût cru ?

+

  • Un jeu qui ose beaucoup de choses
  • Intelligence des dialogues et textes
  • Personnages marquants
  • Structure narrative fascinante
  • Bande-son exceptionnelle

-

    • Petit budget très visible
    • Commandes parfois imprécises
    • Quêtes lassantes
    • Il faut être persévérant pour voir la vraie fin
  • 08.06 à 04:30

    Très bon test, sinon perso finit la première partie en 25 heures (dépend si on s’attarde ou non à faire les différentes quêtes annexes au nombre de 63… Pour ma part, j’ai du en faire la moitié la première fois)

  • 03.06 à 06:58

    Compte une 12e d’heures pour la première partie.

  • 03.06 à 03:02

    Il est long sinon ce Nier ? Parce que s’il faut le faire 3/4 fois et qu’une partie dure 50 heures, ça peut faire un peu beaucoup :P

  • 03.06 à 02:50

    [quote="Diamond":17pqzmvj]Entre Seb et moi c’est l’entente totale en ce moment avec Alan Wake et Nier. :mrgreen:[/quote:17pqzmvj]
    Surtout qu en plus seb a beaucoup aime le Solo de lost planet 2

  • 03.06 à 09:40

    [quote="Zur-en-arrh"]J’ai également adoré Nier, une très bonne surprise sortie en même temps qu’une autre bonne surprise d’ailleurs : Dead To Rights.

    [/quote]

    oui tout a fait , passé bien inaperçu mais néanmoins très sympa ce Dead to Rights retribution :)

  • 03.06 à 09:16

    J’ai également adoré Nier, une très bonne surprise sortie en même temps qu’une autre bonne surprise d’ailleurs : Dead To Rights.

    Par contre, autant j’étais vraiment conquis par la première partie autant ATTENTION SPOILER ça ma un peu soulé de refaire les mêmes niveau une deuxième fois. Qu’ils réutilisent l’environnement ne me dérange pas plus que ça, mais la on devait carrément se retapé les mêmes niveau ! Heureusement que les boss étaient différents sinon je ne sais pas si j’aurais été jusqu’au bout.

    Ce point mis de côté (bon y’a le niveau en hack-n-slash qui est moisi aussi) le jeux est réellement passionant et certains passages sont juste cultissime (la phase de jeux d’aventure textuel est superbe).

  • 03.06 à 07:01

    tiens en parlant d’Alan wake (ca va vraiment devenir mon running gag lol ), j’ai largement préférai Nier, que je trouve tellement plus intéressant avec une histoire tellement plus passionnante…
    dommage que le jeu soit desservie par une réalisation aussi datée (mais qu’on oublie vite …) ,avec une technique a la hauteur des canons du moment, Nier aurai fait très mal je pense…

  • 02.06 à 09:50

    Entre Seb et moi c’est l’entente totale en ce moment avec Alan Wake et Nier. :mrgreen:

  • Seb
    02.06 à 09:38

    [quote="Manu":1iq8jtw3]Diamond est le seul de l’équipe (et du forum ? :mrgreen: ) à avoir joué au jeu, effectivement. Pas comme RDR où là pour le coup c’était animé comme débat. :mrgreen: [/quote:1iq8jtw3]

    Nan, j’y ai joué quelques heures, et je l’ai trouvé médiocre, tout au plus. :)

  • 02.06 à 09:32

    Bonsoir à tous !

    Je ne viens pas pour défendre le jeu, si ce n’est que pour une fois qu’un scénar "potablement potable" pour personne de plus de dix ans d’âge mental est d’actu et bien ca apporte une petite dose d’air frais bien sympathique!

    Sans m’attarder plus longtemps dans mon flood déguisé (si si …) je viens juste saluer ceci, un simple quote :

    "Nier the end"

    Et bien oui mesdames et messieurs! Ca m’a tué ! xD

    Xta.

    P.S : "il écrit juste pour dire ca?" "bah oui mais ca l’a tué apparemment" :)