Jeux

Portal Knights

Action/Aventure | Edité par 505 Games | Développé par 505 Games Ltd

3/5
One : 19 mai 2017
30.05 à 22h29 par

Test : Portal Knights sur Xbox One

Souvent copié, Minecraft n’a jamais été égalé. Alors pour tenter de se faire au moins une petite place à la droite du père des cubes, les équipes de Keen Games tentent avec Portal Knights de jouer la carte de l’originalité. Cela se résume en un mélange de construction et d’aventure jouable à plusieurs sur Xbox One. Reste à savoir si l’addition de deux bonnes choses accouche comme le veut la croyance de quelque chose de positif.

Puisque proposer aux joueurs de « seulement » construire et de crafter alors qu’il existe Minecraft reviendrait à vendre des sandwichs à la sortie d’un restaurant, Portal Knights va un peu plus loin et cela commence par une petite histoire. Celle d’un monde qui était autrefois uni et qui, au bout du chemin, fut frappé par un grand mal. Il y eut dès lors, dans ce pays, une fracture… Au sens propre du terme. Le monde de Portal Knights n’est maintenant plus qu’un archipel d’ilots suspendus dans les airs, peuplés de créatures féroces et où le seul moyen pour se déplacer d’une terre à l’autre repose sur les portails. C’est donc cela qui attend le joueur et ses trois compères sur le Xbox Live (le cas échéant à deux en écran scindé) : la réactivation successive de chaque portail pour traverser ce monde composé de 47 ilots. Au gré de ses pérégrinations, l’aventurier rencontre toutes sortes d’ennemis, parfois des « boss » mais heureusement aussi quelques PNJ amicaux. Tout cela étant bien sûr enrobé d’une large couverture faite de cubes à détruire, remodeler et assembler.

nxw5707b49c55c57

Portal Kinghts propose un univers procédural, découpé donc en plusieurs zones de tailles plus ou importantes selon le choix du joueur au départ. Chaque lieu dispose de ressources qui lui sont propres et permettent de créer une ribambelle de choses, des matériaux de construction aux consommables en passant par des objets utiles à l’exploration ou, au contraire, purement esthétiques. Sans surprise le catalogue de créations n’effleure jamais la richesse d’un Minecraft mais il participe néanmoins assez intelligemment à la progression. On est toujours curieux de voir ce que la zone suivante propose et quelles sont les choses qu’il est désormais possible de construire. Il faut pour cela réactiver le portail vers le prochain ilot en récoltant des éclats de cristaux : assemblés, ils forment des cubes qui une fois en nombre suffisant ouvrent la voie vers de nouvelles aventures. Sur le principe, ce système de construction/crafting proposé par Portal Knights n’est pas inintéressant, d’autant que l’on découvre avec un certain plaisir des zones aux inspirations vraiment différentes les unes des autres. Dans les faits, c’est assez déroutant. La taille relativement petite de chaque zone additionnée à leur structure très inégale rend vite fatigante toute volonté de s’investir dans des constructions complexes.

« Réunies, toutes les choses bonnes et parfois un peu moins du volet construction de Portal Knights en font un titre probablement plus agréable pour les novices du genre que pour les habitués du placement stratégique des cubes »

A cela s’ajoute quelque chose d’assez paradoxal. Portal Knights est pour son genre plutôt bien réalisé, coloré et chaleureux. On n’a pas lésiné sur les petits détails avec plusieurs sortes de végétations très fournies… Au point de nuire à la lisibilité. Avec ces cubes parfois surchargés, il n’est pas évident de se repérer afin de s’éviter plusieurs minutes de retouches ; on aurait presque préféré avoir quelque chose d’un peu moins détaillé. A noter tout de même la possibilité de basculer à tout moment entre une vue à la première personne et celle à la troisième, sans oublier l’option autorisant le joueur à régler profondeur du champ de vision dans un cas comme dans l’autre. Du côté de l’inventaire et des menus on s’y retrouve assez facilement et on dispose en permanence à l’écran d’une barre de raccourcis pour passer rapidement d’un objet à l’autre. Réunies, toutes les choses bonnes et parfois un peu moins du volet construction de Portal Knights en font un titre probablement plus agréable pour les novices du genre que pour les habitués du placement stratégique des cubes. Mais comme nous l’avons évoqué en préambule, Portal Knights intègre plusieurs éléments propres au jeu de rôle, invitant tout d’abord le jouer à choisir sa classe d’aventurier entre combattant au corps à corps, rôdeur pour la distance ou magicien.

portal-knights-1-3

Les ennemis sont nombreux, parfois coriaces (la nuit en particulier) et il nécessaire pour progresser de se plier à l’inoxydable règle de la montée de niveau. Il est ainsi possible d’augmenter ses statistiques de résistance et de puissance d’attaque ; c’est assez léger mais cela est compensé par le besoin de crafter toutes sortes d’éléments pour construire son propre équipement de la tête aux pieds. Une fois au combat, Portal Knights souffle le chaud et le froid. Les ennemis opposent une certaine résistance, forçant le joueur à bien gérer ses attaques et à esquiver ; l’ennui c’est qu’en dehors de cela, tout repose sur deux boutons et aucune subtilité notable. Tout cela se révèle assez ennuyeux en solo, mais heureusement beaucoup moins à plusieurs, chacun y allant des spécificités de sa classe pour mener à bien les batailles. C’est par ailleurs le cas pour à peu près tous les aspects du jeu. L’ennui pointe assez vite le bout de son nez en solo, la faute entre autre à un scénario finalement quasi inexistant, porté ici et là par des PNJ disposant de deux lignes de dialogue le plus souvent anecdotiques. A plusieurs en revanche, il y a de quoi s’amuser pour peu que l’on soit entouré par les bonnes personnes. Un peu d’organisation, de l’entente et c’est un univers sympathique (malgré une bande-son un peu répétitive elle aussi) qui s’ouvre.

3/5
Pas facile d’être une bonne alternative à Minecraft mais malgré des défauts évidents, Portal Knights peut se prévaloir d’en être une honnête. En mélangeant construction et action-RPG, le titre de Keen Games peine à vraiment s’imposer sur un aspect comme l’autre, notamment en solo où l’ennui arrive bien vite. Pourtant, même s’il n’a pas la profondeur d’un Minecraft ou de la plupart des A-RPG, Portal Knights mérite l’attention des joueurs prêts à coopérer pour bâtir et combattre dans la bonne humeur devant un jeu plutôt bien réalisé, plus adapté aux novices du crafting qu’aux vétérans. Mais pas inintéressant pour autant.

+

  • Principe du mélange des genres intéressant
  • Univers très variés
  • Jouable à deux en local et quatre en ligne
  • Agréable à l’œil…

-

    • … Au point de nuire à la lisibilité
    • Vite répétitif en solo
    • Il manque un petit quelque chose à la construction
    • Facette aventure très lisse

Sur le même thème