Jeux

Rise of Insanity

Exploration | Edité par Red Limb Studio | Développé par Red Limb Studio

3/5
One : 15 juin 2018
21.06 à 21h28 par - Rédacteur en Chef

Test : Rise of Insanity sur Xbox One

Mer il et fou !

Apprécié par les joueurs lors de son passage en accès anticipé sur Steam, le jeu d'horreur Rise of Insanity arrive sur Xbox One. Un titre à la croisée des chemins entre walking simulator et jeu d'exploration teintée d'horreur psychologique et d'un soupçon d'énigmes, concocté avec soin par les polonais de Red Limb Studio. Etes-vous prêt à embrasser la folie ?

Contre à peine plus du prix d’un paquet de cigarettes, Rise of Insanity transporte le joueur dans les années 1970, aux Etats-Unis, pour suivre l’histoire tragique de Stephen Dowell. Plongé dans cette aventure à la première personne, le joueur comprend rapidement, après avoir fouillé le bureau du Docteur et récupéré journaux audios et autres notes écrites, que Dowell travaille sur le cas d’un patient très particulier. Edward. Qui est Edward ? Comment se manifeste sa pathologie et aurait-il un lien avec le double homicide perpétré récemment dans la demeure des Dowell ? Autant de questions qui en emmènent de nouvelles à mesure que l’on progresse dans l’aventure.

Rise of Insanity (3)

Inspiré par Silent Hill ou encore Shining selon les mots des développeurs, Rise of Insanity n’est pas un survival horror au sens strict. Il peut arriver que les imprudents trépassent, mais on ne croise pas d’ennemi, il n’y a pas vraiment de piège ; juste une plongée toujours plus profonde dans l’esprit tourmenté de Stephen Dowell. La peur, si on peut qualifier ainsi le sentiment majeur qu’inspire Rise of Insanity, est d’ordre psychologique. Il y a bien quelques petits passages pensés pour faire bondir le joueur de sa chaise mais pour l’essentiel, le ressenti passe par l’ambiance, la lecture des nombreux articles de journaux, les voix qui résonnent parfois dans la tête de l’homme de sciences. La bande-son fait par ailleurs un très bon travail, portée par des compositions qui ajoutent ce qu’il faut de tension à l’environnement déjà bien pesant.

Rise of Insanity s’apparente pour l’essentiel à un walking simulator. On pourrait le comparer, dans ses mécaniques de jeu basées sur l’ouverture régulière de portes et tiroirs, sur la lecture prépondérante et sur les dialogues resurgissant du passé, à l’excellent Gone Home. En plus terrifiant, évidemment, même si l’on ne peut pas dire que nous ayons ressenti une véritable peur durant notre session ; plus une certaine angoisse vis-à-vis de la situation et de l’histoire du personnage. L’aventure est ponctuée des quelques énigmes, encore que le terme est ici galvaudé puisqu’il y a plus à chercher qu’à réfléchir. La solution vient généralement toute seule.

Rise of Insanity

En fouillant au maximum, il ne faut pas plus de deux heures pour boucler l’aventure et découvrir un twist final plutôt bien imaginé. Avant cela, on a visité de fond en comble la demeure Dowell, un hôpital, les jardins de la maison ou encore un lieu plus étrange, insolite. Plutôt propre d’un point de vue graphique, Rise of Insanity manque tout de même un peu de détails ; on aurait aimé des pièces plus chargées , des éléments visuels plus intrigants. Au terme de l’aventure, il n’y a aucune raison d’y revenir mais on garde tout de même une bonne appréciation de l’ensemble. En dépit de sa durée relativement courte et d’un petit manque de détails, Rise of Insanity devrait savoir se faire apprécier par les amateurs de walking simulators à l’ambiance parfois bien pesante.

Mise à jour (22/06/2018) : Pour compléter ce test avec une information importante : les voix du jeu sont en anglais mais les sous-titres ne sont pas disponibles en français. Toutes les langues ou presque sont représentées (du portugais au coréen en passant par l’italien), mais celle de Molière n’a pas eu droit à cet honneur.

3/5
En deux petites heures qu'il faut pour aller au bout de l'aventure en prenant soin de bien fouiller pour ne rien manquer, Rise of Insanity se révèle être une expérience intéressante. Presque exclusivement axé sur l'exploration, l'écoute, la lecture, le jeu de Red Limb Sutdio délivre une histoire prenante, intrigante et clôturée de belle façon. Même si l'on aurait aimé un peu plus d'environnements à explorer, un peu plus de détails visuels, on conseille Rise of Insanity à tout amateur de walking simulator, mâtiné pour le coup d'un brin d'interactions. Au joueur qui ne craint pas de plonger dans un univers pesant, à défaut d'être véritablement effrayant.

+

  • Scénario captivant
  • Révélation finale bien vue
  • Bande-son au poil
  • Ambiance correctement maintenue tout le long

-

    • Deux heures et guère une minute de plus
    • Manque d'environnements différents, de détails visuels
    • Enigmes qui n'en sont pas vraiment
    • En anglais, sous-titré dans un tas de langues… Mais pas en français
  • 23.06 à 08:26

    Met toi à l’anglais depuis le temps t’aurais un niveau convenable!
    Sous titré anglais c’est parfait pour mettre le texte en face du son, des intonations.

  • 23.06 à 07:35

    Dommage qu’il n’y a pas au moins des texte et sous titre fr…quand c’est un jeu indé et si c’est pas précisé dans le test je demande toujours ^^

  • 22.06 à 09:06

    Mon cher Batto, heureusement que tu poses la question parce que je me rends compte d’un gros oubli dans mon test… Non, le jeu n’est pas en français. Les voix sont en anglais et les sous-titres en allemand, italien, espagnol, portugais, polonais, chinois et même en COREEN. Mais pas en français.

    Mes excuses aux personnes qui ont lu le test et peut-être acheté le jeu sans savoir qu’il n’y a pas de français. Je vais mettre çà à jour.

  • 22.06 à 08:47

    Intéressant, le jeu est bien en français ?

Sur le même thème