Jeux

Sacred 2 : Fallen Angel

RPG | Edité par DeepSilver | Développé par Ascaron

4/5
360 : 22 mai 2009

Test : Sacred 2 : Fallen Angel sur Xbox 360

Très populaire sur nos ordinateurs, le genre du hack’n slash reste très marginal sur nos consoles. La faute à une jouabilité rarement optimisée. Après un premier volet à succès, les développeurs d’Ascaron ont décidé que la série Sacred méritait bien sa place sur Xbox 360, avec une maniabilité entièrement repensée pour le contrôle à la manette. Cette nouvelle tentative est-elle payante ?


Ad vitam eternam


Depuis la nuit des temps, l’énergie T imprégnait le monde d’Ancaria. Les séraphins, gardiens de cette énergie, décidèrent de confier son secret aux hauts elfes. Monumentale erreur, car de multiples guerres furent engendrées par ce choix imprudent. Petit à petit, le chaos s’installa et l’énergie T devint incontrôlable. Elle se mit à imprégner des animaux qui se transformèrent en monstres. Et le monde sombra. L’histoire de se place dans ce contexte, où les héros que vous incarnez devront reprendre le contrôle de l’énergie T, où tout au contraire plonger le monde dans le malheur selon la campagne que vous aurez choisie.

Si le scénario de la trame principale reste un vulgaire prétexte pour se frayer un passage parmi des hordes de monstres, nombres de quêtes optionnelles sont présentes pour approfondir le background du monde créé par Ascaron. Attention, il n’est pas ici question de quelques bêtes quêtes par-ci par-là. Sacred 2 propose pas moins de 600 missions, excusez du peu. Si dans l’absolu elles se résument généralement au découpage de monstres, à la recherche d’un objet ou à l’escorte de PNJ, elles sont accompagnées de nombre de pages de dialogues permettant de s’immerger au mieux dans l’univers du jeu. Et de ce point de vue-là, les développeurs ont parfois su imaginer des situations assez rocambolesques. Cela va d’une attaque de rats à des enlèvements par des extraterrestres, en passant par la recherche des programmeurs du jeu. Le spectre des objectifs est donc particulièrement large.

Et comme si deux campagnes distinctes et un nombre impressionnant de quêtes ne suffisaient pas, Sacred 2 propose six classes de personnages totalement différentes (Séraphins, Hauts elfes, Guerriers noirs, Inquisiteurs, Gardiens du temple et Dryades), autant d’excuses pour recommencer une partie. Sachant que chaque type de personnage peut progresser jusqu’au niveau 200 et que, pour cela, il faut passer par cinq niveaux de difficulté distincts, et que la carte du monde est la plus grosse jamais vue dans une jeu depuis… Sacred premier du nom (pour donner une petite approximation, au bout de 35 heures de jeu, vous devriez avoir découvert environ 20% de son étendue), il faut admettre que le titre dispose d’une durée de vie absolument phénoménale, faisant passer Oblivion pour un jeu pop-corn. Et le miracle de Sacred 2, c’est que le jeu est aussi prenant qu’il est long.

Faut que j’y retourne

Parlons bien, parlons gameplay. On le disait en prélude, la plupart des hack’n slash sortis à ce jour sur console ont été ternis par une mauvaise adaptation de leur jouabilité native, celle du PC. Loin du combo clavier/souris, ils essayaient tant bien que mal de s’adapter à la manette, proposant beaucoup moins de boutons. Un écueil de taille pour un genre gourmand en raccourcis divers. Excellente surprise, Sacred 2 réussi parfaitement la transition. Il y a encore quelques ratés, comme la partie gestion de l’inventaire qui reste peu pratique, mais clairement, le soft est sans doute ce qui se fait de mieux dans le genre. Les touches sont utilisées intelligemment et nombre de capacités peuvent être utilisées simplement en combat par le biais de divers combinaisons. C’est intuitif, et le jeu n’est que rarement pris en défaut.


Pour compenser l’absence de curseur à l’écran, Sacred 2 utilise un système de visée automatique, et un dispositif de changement de cible alloué au stick. A ce niveau-là, c’est perfectible, avec un personnage s’acharnant parfois à tirer sur un ennemi lointain alors qu’on aimerait bien qu’il attaque celui se trouvant devant nous. Rien de bien grave heureusement, et cela n’est généralement pas source de game over subit. De toute manière, au pire des cas, le soft est assez permissif, et la mort peu pénalisante. Le personnage réapparaît simplement au dernier portail de résurrection activé, et enregistre une baisse de son taux de survie. Taux de survie ? Derrière ce terme étrange se cache une ingénieuse trouvaille. En effet, au fur et à mesure que le joueur avance dans le jeu et tue des monstres, ce taux de survie augmente. Plus il devient élevé, plus les monstres sont forts et laissent échapper des objets intéressants. Une baisse du taux entraîne donc à la fois des ennemis moins coriaces et une pénalité des loots.

Cela permet au jeu de s’adapter automatiquement au joueur, empêchant les blocages énervants mais valorisant aussi les meilleurs héros. C’est en grande partie ce qui rend l’expérience si prenante. Car il faut le dire, Sacred 2 n’est pas un jeu, c’est une drogue. Les quêtes s’enchaînent, et à peine a-t-on le temps d’en résoudre une que plusieurs autres s’ouvrent. Le plaisir va au-delà de la redondance de l’action, ce qui démontre l’intérêt des mécanismes de jeu mis en place par Ascaron. Quelque chose de difficilement explicable mais qui se ressent très rapidement une fois la partie lancée. On avance, on défouraille, on amasse un magot, puis une fois au village on fait le tri, et ainsi de suite.

Et le jeu ne se résume pas simplement à appuyer sur les boutons d’attaque. Son point névralgique réside dans la gestion de l’inventaire, dans l’achat ou la création d’objets, mais aussi et surtout dans l’optimisation des compétences suivant le type de personnage qu’on veut forger. A ce niveau-là, Sacred 2 propose un certain nombre de « builds » (comprenez manières de faire évoluer un personnage) différents par classe de héros, et c’est aussi cela qui rend le jeu si riche.

Si le ramage se rapporte au plumage…

Techniquement parlant, Sacred 2 n’est pas le phénix des hôtes de ces bois. Il faut l’avouer, le jeu ne flatte pas la rétine. Sans être moche, il n’est juste pas au niveau des plus grosses productions actuelles. Le souci provient principalement des chutes de fluidité lorsque de nombreux ennemis sont présents à l’écran et que les sortilèges fusent de toute part. Dans le même ordre d’idée, les temps de chargement sont parfois longuets (rien de grave néanmoins) et cassent parfois la continuité de l’exploration. L’animation se contente pour sa part du minimum syndical. Heureusement le titre fait preuve d’un certain style, voire même d’une belle personnalité sur certains décors et sur la BO, satisfaisante, avec des morceaux écrits par le groupe de métal Blind Guardian (un mini-concert du groupe à d’ailleurs été inséré dans le jeu).


Certainement pas l’élément le plus décisif dans ce type de soft, l’I.A. est tout de même à la traîne et propose souvent des comportements étranges. Par exemple, il n’est pas forcément rare de cribler un ennemi de flèches pendant qu’il continue de marcher tranquillement à côté de vous.

Concernant le jeu en ligne enfin, qui permet tout de même de jouer à deux sur un même écran (si on possède un compte Live chacun), la qualité globale est bonne, avec des parties à quatre agréables. Il faut toutefois noter un gros point noir. En effet il n’est possible de jouer en ligne qu’avec d’autres personnages ayant un niveau sensiblement proche du sien. Ainsi, si un ami fait progresser son personnage depuis votre dernière partie avec lui, il vous sera certainement impossible de le rejoindre sur une partie tant que vous n’aurez pas rattrapé votre retard. Cette mesure a été prise tout particulièrement pour éviter des problèmes en mode joueur contre joueur, mais c’est tout de même dommage de ne pas toujours pouvoir inviter des amis, au moins en partie libre. De même, un personnage ayant entamé une campagne de lumière ne pourra pas rejoindre un personnage poursuivant la quête des ténèbres.

Sacred 2 pourrait à première vue ressembler à n'importe quel hack'n slash, un jeu à l'action répétitive et aux graphismes vieillissants. Pourtant, sous sa coquille se cache une vraie gemme, pouvant vite devenir un joyau finement ciselé, pour qui arrive à comprendre le spécimen. Il plaira autant aux amateurs de tabassage de monstres qu’aux férus d’exploration. Sa durée de vie exceptionnelle et son coté reviens-y en feront vite un compagnon idéal pour votre console, pour peu que vous soyez prêts à ne pas vous trouver en face d'un énième Gears of War. Sacred 2, c'est ça : un très bon jeu, sans grande prétention mais avec beaucoup de coeur et de matière. S’il n’égale pas le maître du genre (Diablo 2), Sacred 2 se permet le luxe de représenter sa référence absolue dans l’univers console, et c'est déjà pas si mal.

+

  • Durée de vie hors norme
  • Jouabilité bien pensée pour le pad
  • Nombreux builds possibles
  • Monde d’Ancaria extrêmement vaste
  • Impossible de lâcher la manette !

-

    • Réalisation moyenne
    • Le multijoueur bridé par une limitation de différence de niveaux
    • Temps de chargements parfois longs
  • Dou
    07.07 à 06:27

    Bon je confirme, Sacred 2 est trés addictif.

    Il manque de fluidité c’est clair, quelques bug IA également, mais le jeu reste trèèèès bon !

  • 03.07 à 03:34

    euh diablo 3 sur wii c’est une blague, et seulement 41 signatures… c’est clair qu’on est pas là de l’avoir sur consoles :(

  • Dou
    03.07 à 09:34

    Si, ici :

    http://www.petitiononline.com/d3consol/petition.html

    Sinon je recois sacred 2 d’ici peu :)

  • 02.07 à 08:11

    [quote="Dou"]
    Si cette formule est aussi bonne que sur Diablo, alors ça doit être trés addictif oui.[/quote]

    oh il l’est ça c’est une certitude ^^
    sinon vous savez pas si y a une sorte de pétition lancé sur internet pour avoir diablo 3 sur consoles ?

  • Dou
    30.06 à 06:21

    Un Hack’n Slash est à la fois répétitif et pas du tout.

    Si l’on part du principe que Assassin’s screed est répétitif je suis d’accord, on monte des maisons, on espionne, on tue, et ainsi de suite.

    Le principe du hack’n Slash, c’est d’éléminer du mob en masse, mais la différence entre 1h de jeu et l’heure suivante, c’est que dans la première heure on va les éléminer avec boule de feu niveau 1 avec la baguette magique de merlin, et que l’heure suivante on va les éléminer avec boule de feu niveau 2 avec la baguette magique de gandalf.

    Si cette formule est aussi bonne que sur Diablo, alors ça doit être trés addictif oui.

  • 29.06 à 08:23

    Okay the goon,bien compris,c’est sûr que la passion fait passer bien des choses

  • 29.06 à 05:20

    the goon, concernan le coté répétitif, il n’y a AUCUN hack’n'slash qui n’est pas répétitif car c’est le concept même du genre.

  • 29.06 à 05:18

    [quote="brigou"]Assassin’s creed n’était pas pour moi un redondant plaisant mais un redondant chiant (tu le joues une fois et tu le vends car pas interressant à rejouer comme prince of persia d’ailleurs,ce qui prouve que beau veut pas dire hyper interressant)
    après il en faut pour tous les goûts,mais c’est pas parcequ’on aime pas qu’il faut en dégouter les autres et dire que les gens qui en disent du bien sont nuls parcequ’ils n’ont rien compris ou que parce que la note est trop haute qu’ils sont partis pris
    un jeu est une affaire de plaisir pas de critéres stéreotypés de beauté ou de je ne sais quoi,on aime ou on aime pas[/quote]

    Putain j’ai loupé un épisode ou quoi. Je dis juste que la note et le test sont clairement abusés, à aucun moment je ne cherche à vous en dégouter, chacun est libre de prendre en compte chaque avis non ? Et puis c’est quoi cette connerie de dire "que les gens qui en disent du bien sont nul", où est ce que j’ai dit ça. Faut arrêter. Je donne juste un avis, je ne prêche pas la vérité.

    [quote="brigou"]pour ma part au prix où sont les jeux,je fais gaffe à n’acheter que ce que j’aime et pas des trucs qui me plaisent pas juste pour le plaisir de critiquer[/quote]

    Mais bien sur moi je suis Crésus et j’ai acheté Sacred 2 juste pour le plaisir de le critiquer… N’importe quoi…

    Allez c’est bon de toute façon, je n’aime pas ce jeu donc ça ne sert à rien que je lui consacre plus de temps en justification…

  • 29.06 à 01:35

    bon ! à mon avis !
    Je suis en mode accro depuis sa sortie.

    Je trouve que ce test reflète bien ce que je pense de sacred 2.
    - J’aime le style des graphismes, (mieux que sur mon dual 6600 et 8600GT)
    - Immersif et permissif dans l’évolution de son gameplay .
    - Plein d’humour dans le bon sens, avec en solo et en multi une durée de vie excellente.
    - Un gameplay à la manette aux petits oignons. Vraiment le coup des gâchettes pour les sorts c’est vraiment innovant.

    Pour l’IA, je la trouve plutôt bien faite avec des animosités suivant les races, voir des guerres, bon parfois un mob ou deux mettent du temps à réagir mais souvent ils s’enfuient chercher du monde, se buffent en groupe et tentent de vous encercler.

    Il suffit de monter un personnage lvl 10 pour comprendre tout le charme de ce jeu et pourquoi il est excellent.
    à essayer d’urgence ! surtout avec un pote ! ou en live ! enfin bon …
    La note est justifiée, c’est le meilleur hack’n slash RPG sur la box.

  • 28.06 à 09:17

    [quote="The Goon"]Pour y avoir joué, 17/20 c’est clairement abusé. Il est sympa mais faut pas déconner non plus, c’est pas terrible graphiquement, c’est ultra répétitif, pas immersif pour deux ronds la faute à une interface austère comme pas permis. Après j’sais bien chacun ses goûts et je partais avec un avis plus que positif puisque Blind Guardian (mon groupe préféré) a signé la BO et est modélisé dans le jeu… Mais ça ne suffit clairement pas.[/quote]

    c’est le genre de jeu qui veut ça, ça plait ou ça plait pas ^^
    tu peut dire ce que tu veut ce jeu est énorme et je suis clairement pas le seul à le dire ;)

Fiche succès

Sur le même thème