Jeux

Saw II : Flesh and Blood

Survival Horror | Edité par Konami

2/5
360 : 21 octobre 2010

Test : Saw II : Flesh and Blood sur Xbox 360

Après le gros succès de la série cinématographique Saw, ce n’était pas vraiment une surprise qu’un jeu vidéo finisse par être mis en chantier. Ce qui l’était plus était de voir Konami (célèbre pour ses Silent Hill) sur le projet. Le jeu n’était pas vraiment bon, et se contentait du strict minimum pour plaire aux fans. Malgré tout les ventes ont du suivre, puisqu’un nouvel épisode sort pour accompagner la sortie ciné de Saw 3D. Saura-t-il se montrer plus convainquant que son ainé ?

A la Saw !!!

Si le premier jeu mettait le joueur dans la peau de l’inspecteur David Tapp (incarné par Danny Glover dans les films), ce nouvel opus prend le parti d’innover. Ainsi, après un premier chapitre d’introduction dans la peau d’un parfait inconnu (mais qui aura son importance plus tard), vous incarnerez rapidement Michael Tapp, le fils de David. Sans trop spoiler, en gros, votre père s’est suicidé et il semblerait que vous êtes lié à cet incident. Jigsaw aurait donc mis en oeuvre un énorme jeu rien que pour vous permettre de faire la lumière sur les événements. Clairement plus inspiré que celui de Saw 1, le scénario est relativement bien construit, et montre qu’une recherche assez importante a été faite sur le background de la licence. Bien sur, on rencontrera un certain nombre d’incohérences durant l’aventure, mais tout de même moins que par le passé. Comme son papa, Michael se baladera pieds nus dans des bâtiments où les bris de verres sont légions. Pourquoi, alors qu’il est possible de fouiller les dépouilles de ses ennemis, ne pas leur emprunter leurs chaussures ? Les développeurs ont au moins pris des gants là dessus, car être pieds nus est une des règles du jeu, et Michael accepte de son plein gré de les suivre.



Durant ses pérégrinations, votre héros devra donc se sauver lui-même, mais également sauver d’autres personnes liées au passé de son père, et accessoirement les seuls à détenir les clefs de la vérité. Cette soif de vérité sera d’ailleurs autant celle du héros que la vôtre, qui n’aurez de cesse de guider votre avatar dans le piège géant que lorsque vous connaîtrez enfin le fin mot de l’histoire. Malgré des défauts détaillés plus loin, le jeu reste étrangement addictif. Pourtant les lieux ne sont guère variés et vous aurez rapidement l’impression de tourner un peu en rond. Mais les divers objets ramassés ici et là, l’ambiance travaillée proche des films et l’histoire prenante vous tiendront en haleine durant la dizaine d’heures nécessaire pour compléter le jeu.

Ne pas finir en Saw si son.

Ceux ayant survécu au premier jeu (dans tous les sens du terme) se souviendront avec horreur de l’abominable système de combat du titre. Les développeurs de Zombie Studio ont heureusement décidé de revoir la copie. Le nouveau système ne plaira pas à tous, vu qu’il est désormais intégralement basé sur divers QTE. Cette nouvelle orientation va de paire avec un nombre moins élevée de combats pour réorienter le jeu vers ce qu’il sait faire le mieux : les puzzles. Au final, les combats restants sont plus là pour renforcer la trame scénaristique que pour le gameplay. Il y aura par contre d’autres types de situations qui risquent de vous rendre fous tant la jouabilité du titre est catastrophique. Que ce soit la caméra mal placée, la lourdeur du personnage ou encore des explications incomplètes sur ce que vous devez faire, tout semble fait dans ce jeu pour vous mettre à l’épreuve, et surtout vos nerfs. Ainsi, vous vous souviendrez probablement longtemps de votre première poutre à traverser, ou de votre première rencontre avec un des « costauds ». Tous ces échecs dus au manque d’information ou à l’interface seront d’autant plus pénibles que les points de passages sont diaboliquement mal placés et que les temps de chargement sont particulièrement éprouvants.

D’autres changements sont apparus, comme une refonte des mini jeux, plus variés et intéressants qu’autrefois, et la disparition de la gestion des pièges. Si dans le premier il était possible de se servir des pièges à son avantage contre les ennemis, le système a été simplifié. Désormais vous ne ferez que les éviter à coup de QTE. Il est toujours possible de « visser » les portes, mais ceci n’a strictement plus aucun intérêt. Une fois encore, cette simplification va dans le bon sens en réorientant le jeu vers la réflexion. Les énigmes, puisque c’est donc le cœur du jeu, sont plus intelligentes et risquent d’user quelques neurones. Trouver les combinaisons des serrures nécessitera souvent de trouver le bon angle de vue et d’utiliser la lampe torche, mais aussi de faire appel à votre matière grise. Petite dédicace à la salle du jeu d’échec plutôt bien trouvée. Que les moins malins se rassurent, au pire des cas, il suffira d’essayer toutes les combinaisons possibles pour réussir (ceci dit ça peux prendre un moment, et c’est moins glorieux).

Saw what ?

Techniquement, le jeu a toujours autant de retard pour la simple et bonne raison que le moteur est identique. Par contre les environnements plus sombres serviront un peu de cache misère et vous sauveront de l’aveuglement (oui les textures moches ça pique). La réalisation est toutefois un peu sauvée par une ambiance sonore de qualité. Les doublages anglais sont de qualité (le jeu est sous-titré en français) et la musique reprend celle des films. Nous avons déjà passé en revue la jouabilité catastrophique et la durée de vie honnête, qui ne sera malheureusement que peu prolongée vu que les différents objets de collecte seront assez facilement trouvés. Fort heureusement, le jeu dispose de deux fins différentes (il existe une astuce pour voir les deux sans refaire le jeu entier pour les moins vaillants) qui viennent étoffer un peu tout cela.



Pour les joueurs qui arriveront à passer outre les multiples défauts du jeu, ce dernier leur proposera tout de même une mise en scène un minimum soignée, avec des mises à morts respectant bien l’univers des films. De plus vu qu’il sera possible à tout moment de mourir à cause d’un des nombreux QTE ratés, les passages dans le noirs procureront une petite montée d’adrénaline. Dommage que malgré une plus grande variété, ce nouvel opus n’hésite pas à resservir plusieurs fois les mêmes recettes, procurant une vilaine impression de déjà-vu sur certains passages. Toutefois, cela reste à relativiser avec une approche légèrement différente de la même situation de base, et une difficulté allant crescendo.

Pas très bon, Saw II : Flesh and blood se montre tout de même un poil meilleur que son aîné. Sous une maniabilité catastrophique, une réalisation datée et des séquences de jeu souvent répétées se cachent tout de même un certain nombre de bonnes idées et d’énigmes sympathiques. Suffisamment en tout cas pour que le fan s’y retrouve ou que le néophyte ait envie de découvrir la série. Ce n’est déjà pas si mal.

+

  • Pas mal de mini jeux
  • Des énigmes très bien trouvées
  • Un background relativement travaillé
  • Une ambiance plutôt sympa

-

    • Des séquences répétitives
    • Une réalisation datée
    • Des check-points très mal placés
    • Une maniabilité atroce
    • Des temps de chargements interminables
  • 03.12 à 08:06

    dis kelan, vous vosu repartissez comment les tests de jeux, parce que je te trouve particulierement malheureux dans les choix ^^ (et encore tu as échappé aux jeux kinect ^^ )

Fiche succès

Sur le même thème