Jeux

Scribblenauts Showdown

Party Game | Edité par Warner Bros Interactive Entertainment

3/5
One : 07 mars 2018
12.03 à 12h03 par

Test : Scribblenauts Showdown sur Xbox One

Il avait les mots

Habitués des consoles Nintendo où ils ont montré à plusieurs reprises leur maitrise des belles lettres, la bande des Scribblenautes fait enfin un détour par la maison Xbox One. Mais ce n’est pas exactement comme on les connaît qu’ils se présentent à nous : Scribblenauts Showdown prend ainsi la forme d’un party game mettant un petit peu de côté la formule habituelle pour laisser la place à des batailles diverses et variées, à vivre de préférence en famille. Un pari en mal de mots ?

Scribblenauts Showdown reprend la touche artistique et graphique mignonne et colorée de ses prédécesseurs. Les personnages customisables à souhait à mesure que l’on débloque des éléments de personnalisation prennent alors part à une série de mini-jeux, jouables jusqu’à quatre dans le confort et la chaleur du salon. Ne cherchez pas à tester votre adresse contre quelques joueurs du bout du monde : Scribblenauts Showdown se joue uniquement en local. Au total, on retrouve 27 épreuves pour autant d’environnements différents et plutôt réussis. Sur la plage, dans des cuisines, en haut d’un immeuble ou dans le désert avec des personnages déguisés en cowboys et indiens, Scribblenauts Showdown à un petit quelque chose qui attire le regard. Les musiques collent bien à l’ambiance décontractée et familiale du titre : en bref, Scribblenauts Showdown n’a pas lésiné sur l’habillage pour nous charmer.

Les mini-jeux évoqués un peu plus hauts sont jouables sur deux modes. Le premier permet simplement de choisir un nombre de manches (de 5 à 25), une difficulté et le type d’épreuves souhaitées : créatives, à base de vitesse, ou les deux. Dans le second mode, l’ensemble vient s’imbriquer dans un jeu de plateau, jouable à quatre. Il est question d’arriver en premier au bout du chemin alors que chaque joueur dispose de cartes aux effets divers, pour l’aider à avancer ou empêcher les adversaires de le faire. L’utilisation d’une carte de mouvement ouvre alors sur un mini-jeu parmi le 27 proposés ; en cas de réussite le joueur avance d’autant de cases spécifiées sur la carte. Dans le cas contraire, c’est l’adversaire qui en profite. Dans un mode de jeu comme dans l’autre, seul le mode de progression change et les mini-jeux sont les mêmes ; du coup, on se dit que vingt-sept, c’est un peu juste.

Scribblenauts-Showdown-test-1

Dans l’ensemble, les épreuves se révèlent amusantes. Du reste plus pour les épreuves créatives que celles de vitesse. Ces dernières s’appuient la plupart de temps sur le matraquage de bouton avec plus ou moins de réussite : si la course aux obstacles est amusante, frapper une pinata ou se lancer un réveil sous forme de « patate chaude » l’est moins, la faute au côté très aléatoire du résultat. En somme les épreuves de vitesse ne proposent rien que l’on n’ait pas expérimenté ailleurs et assurent simplement leur office. C’est en revanche plus intéressant du côté des épreuves créatives. Il faut par exemple contrôler un drone pour déposer des objets sur des plateformes difficilement accessibles, faire preuve d’adresse en empilant des objets sur un tapis volant ou encore faire la course dans une grotte jonchée d’obstacle à dos de… Ce que l’on veut. C’est là la particularité et l’intérêt des épreuves créatives : avant de débuter, on peut définir à l’écrit quel sera l’objet à récupérer avec le tapis volant ou celui avec lequel on participe à la course.

«Libre au joueur d’entamer une course en chevauchant une fusée, un cochon ou une armoire. Mais attention car le choix du mot a son importance !»

Il faut un petit temps d’adaptation pour se faire au système d’écriture. Les lettre sont groupées par quatre et tandis que l’on sélectionne le groupe avec le stick gauche, les quatre boutons en façade de la manette permettent de choisir une lettre. Heureusement, la saisie prédictive se met rapidement en marche et l’on constate que le répertoire de mots est on ne peut plus complet (35 000) et surtout très permissif. Libre au joueur d’entamer une course en chevauchant une fusée, un cochon ou une armoire. Mais attention car le choix du mot a son importance ! Le bon objet peut donner un avantage non négligeable : cela peut-être une monture rapide, un aliment facile à manger dans l’épreuve associée ou quelque chose de très lourd quand il est question de faire grimper le score dans l’épreuve de livraison d’objets. Le principe est très plaisant et laisse libre court à l’imagination du joueur. On pense peut-être à un «gigantosaure» quand tombe la lettre G, pensant s’assurer la victoire, jusqu’à se rendre compte que l’on pouvait carrément transporter une galaxie.

scribblenauts_showdown_test-2

L’expérience est plaisante, les jeux s’enchainent rapidement mais malheureusement, tout cela se termine bien trop vite. On constate au bout de deux heures de jeu que l’on a déjà fait le tour de ce que Scribblenauts Showdown a à offrir de ce côté des modes de jeux. Tout cela s’adresse aux joueurs ayant quelqu’un avec qui partager un moment, plus particulièrement les enfants qui devraient trouver ici quelque chose d’amusant et d’accessible à ressortir de temps en temps pour animer un weekend casanier. Le joueur solo peut néanmoins se rabattre sur le troisième mode de jeu, dit bac à sable (jouable à deux également). Plus proche de l’expérience Scribblenauts d’origine, ce mode propose huit environnements dans lesquels il faut faire preuve de déduction pour répondre aux besoins des PNJ présents. Il s’agit de récupérer des objets et le plus souvent de les créer à l’aide des milliers de mots disponibles. De quoi occuper une poignée d’heures et bien plus si l’on espère récolter de quoi débloquer tous les objets disponibles. Scribblenauts Showdown reste malgré tout principalement axé sur les batailles en multijoueur pour lesquelles on regrette une sélection un petit peu trop juste.

3/5
Scribblenauts Showdown fait la part belle à l’adresse et à l’imagination des joueurs dans une série de mini-jeux globalement plaisants. Joli, coloré, accessible au jeune public, Scribblenauts Showdown utilise de façon intelligente et amusante un très large lexique qui vient pimenter les jeux créatifs. On regrette alors d’autant plus la relative légèreté des épreuves, même si la variante prenant la forme d’un jeu de plateau est une façon intéressante d’implanter ces épreuves dans quelque chose de plus grand, plus intéressant sur le long terme. En dépit de la présence d’un troisième mode, libre et pouvant occuper un moment les joueurs tentés d’atteindre les 100% de complétion, Scribblenauts Showdown n’occupe guère plus d’une poignée d’heure le joueur solitaire. Mais il est en revanche un bon prétexte pour passer de temps à autres un bon moment en famille.

+

  • Agréable à regarder
  • Fait appel à l’imagination
  • Des milliers de mots pour tout créer
  • Jouable à quatre en local
  • Globalement amusant…

-

    • … Mais le contenu est léger !
    • Certains jeux sans grand intérêt
    • Intérêt très limité en solo

Fiche succès

Sur le même thème