Jeux

Sega Mega Drive Classics

Compilation | Edité par Sega | Développé par D3T

4/5
One : 29 mai 2018
29.05 à 19h25 par - Rédacteur en Chef

Test : Sega Mega Drive Classics sur Xbox One

Mega plaisir coupable

Entre deux apparitions de consoles « mini », le rétrogaming profite d’un calendrier des sorties relativement léger pour faire du pied à ses adeptes. Comme sur Xbox 360 il y a quelques années, c’est la firme au hérisson bleu qui s’y colle et nous propose son SEGA Mega Drive Classics, ou une compilation regroupant certains des plus grands titres de l’une des plus grandes de consoles. Oui, on s’en doute, il manquera forcément un titre qui vous tient à cœur. Mais avec un peu plus de cinquante jeux sur une galette, il doit forcément y avoir la place pour s’amuser non ?

Parce qu’une compilation du genre s’adresse forcément en priorité aux trentenaires et plus qui ont connu la douce époque faite de multiprises pour des consoles branchées sur un 36cm dans un coin de la chambre, SEGA joue le jeu. Le menu de SEGA Mega Drive Classics reproduit une chambre d’adolescent des années 1990, avec ses posters, sa petite télévision et son étagère dédiée au rangement consciencieux des boîtes de jeu. Parce que nous ne jouions pas tous au même moment de la journée, il est possible de régler l’heure et de profiter de points de vue différents sur cette même chambre. Tout est écrit un peu petit mais tant pis, on navigue ainsi d’un point à l’autre pour jeter un œil aux succès et défis, lancer une partie multijoueur, effectuer des réglages et bien sûr sélectionner lequel des 53 jeux disponibles va passer au banc d’essai. Du A d’Alex Kid au W de Wonder Boy in Monster World, cette compilation reprend dans les grandes lignes la sélection de son aînée sur Xbox 360. Avec tout de même des changements, certes peu nombreux mais de taille. Si les trilogies Golden Axe et Streets of Rage répondent présent, Sonic troisième du nom manque à l’appel ! Pas de Sonic & Knuckles non plus, mais le très contestable Sonic 3D Blast pour combler le vide. Bref, le hérisson le plus rapide de l’univers n’est pas à son avantage.

SEGA-Mega-Drive-Classics-1

En revanche, on accueille avec joie le mythique Landstalker de Climax, en français s’il vous plait, tout comme La Légende de Thor. SEGA Mega Drive Classics, c’est aussi une bonne dose de RPG tels que Shining Force I, II et Shining in the Darkness, complétés par Sword of Vermillon ou encore les Phantasy Star II à IV. On a même droit à Lightning Crusader et dans un autre genre Alien Soldier, deux titres signés Treasure (développeur qui marquera plus tard l’univers du shoot’em up avec Radiant Silvergun et Ikaruga). Sortis en 1995, ces deux jeux permettent d’apprécier la qualité graphique offerte par la Mega Drive dans ses derniers moments. La liste complète des titres peut se trouver par ici mais si l’on regrette évidemment l’absence de bien des titres mythiques de la console de SEGA (Ecco, Aladin et autres Out Run en tête), on apprécie tout de même l’éclectisme de la sélection dans son ensemble, avec Shinobi 2 et 3, les deux volets de Vectorman et de Toejam & Earl, ou encore Comix Zone et Shadow Dancer. En gardant à l’esprit qu’elle regroupe uniquement des jeux développés et/ou édités par SEGA. Dommage cela dit que l’on ne trouve aucun jeu de sport ou de course ; il y avait pourtant de quoi faire.

Chaque titre est présenté par la tranche de son boitier respectif, sans qu’il soit possible malheureusement de zieuter la pochette ou doux rêve, la notice d’origine. Pour chaque jeu, on dispose d’un classement en ligne et l’on est informé de la présence d’un défi disponible, d’un succès à débloquer et plus intéressant, de la possibilité dans une poignée de cas de sélectionner la version du titre. Streets of Rage 3 en profite naturellement, la version japonaise ayant le bon goût d’afficher les couleurs d’origine des personnages et surtout de tourner en 60 hertz. A l’inverse, il faut clairement faire un choix pour Landstalker ou La Légende de Thor : en français en 50 hertz ou en anglais, mais en 60 hertz cette fois. Si vous maitrisez un peu la langue de Shakespeare, la seconde option est de loin la meilleure. Plus embêtant avec le choix des versions, c’est que les éventuels succès et défis d’un jeu sont liés à une seule version. Dans le cas de Streets of Rage 3, il est alors bêtement impossible d’obtenir le succès lié à l’achèvement du jeu en normal ou difficile si l’on opte pour la version japonaise. Dommage pour le défi, d’autant que l’on peur regretter qu’ils soient assez peu nombreux (40 en tout) et ne concernent pas tous les jeux. Même chose pour les succès.

SEGA-Mega-Drive-Classics-2

Reste que sans forcément révolutionner le concept de compilation, SEGA fait les choses bien. Ou plutôt D3T, qui s’est chargé de nous livrer une émulation correcte, un peu brut de décoffrage, assez fidèle malgré un son parfois agressif, saturé. L’affichage est possible en 4/3 d’origine ou étiré, customisable avec quatre filtres, un effet incurvé (donnant l’impression de jouer sur un moniteur de borne d’arcade) et la possibilité de simuler les scanlines de l’écran. Dans ce dernier cas, l’effet est malheureusement bien léger. Dans le jeu, on apprécie particulièrement la sauvegarde à la volée en tirant simplement le stick droit vers le bas (notez que les systèmes de sauvegarde d’origine ne fonctionnent pas) et aussi les fonctions de retour arrière et d’avance rapide. De quoi se faciliter un peu la tâche face à des jeux dont on a parfois oublié la difficulté bien relevée. Dernière fonctionnalité non négligeable : une vingtaine de titres est ouverte au multijoueur en ligne. On sélectionne le ou les titres favoris et on peut tranquillement continuer de jouer seul en attendant que le jeu nous propose un partenaire. Parmi les titres proposés, on retrouve les trilogies Streets of Rage et Golden Axe, Gain Ground, Columns 1&2, Virtua Fighter 2 ou encore Gunstar Heroes.

4/5
Difficile de nier le plaisir de retrouver une énième fois ces titres qui ont marqué notre passé, même lorsqu’ils sont présentés sans révolution aucune. SEGA Mega Drive Classics est le parfait exemple de compilation qui fait le travail, avec une belle sélection de jeux, même si l’on déplore fatalement des absences. C’est qu’il faut dire que la console de SEGA a marqué son époque et a enfilé pas mal de perles. Certaines ont bien vieilli, d’autres moins mais avec 53 jeux, il y a forcément de quoi passer un bon moment. Dommage que tout cela manque un peu de défis pour raviver encore un peu plus la flamme chez ceux qui ont déjà écumé certains de ces jeux des dizaines de fois.

+

  • 53 jeux pour une bonne sélection
  • Belle part laissée à l’aventure et aux RPG
  • Sauvegarde à la volée
  • Landstalker et Thor en français
  • Interface bien trouvée

-

    • Emulation brute
    • Son parfois "agressif"
    • Pas assez de défis
    • Aucun jeu de sport ou de courses
  • 31.05 à 12:03

    Bonjour Jackbauer, Phantasy Star 2 est effectivement en anglais intégral. On reste dans de l’émulation pure et dure et SEGA et la traduction, ce n’est malheureusement pas une grande histoire d’amour…

  • 30.05 à 06:37

    Bonsoir, vous avez dit que Landstalker et Thor était en Français, donc cette compilation est un énième portage que nous avons tous sur PS2, PS3, XBOX 360, etc…Pas d’effort de fait je suppose sur PHANTASY STAR 2? Il est toujours en Anglais? car c’est la seule chose qui m’interesse!!! PHANTASY STAR 2 en Anglais? Si oui, juste un énième portage!!! Dire que l’on est en 2018 et que ce jeu doit avoir 20 ans et le nombre de fois qu’il a été remis sur une énième console Next Gen, et toujours aucun effort de traduction!!!

Sur le même thème