Jeux

Shantae and the Seven Sirens

Action/Plate-formes | Edité par WayForward | Développé par WayForward

5/5
One : 28 mai 2020
27.05 à 18h19 par - Rédacteur

Test : Shantae and the Seven Sirens sur Xbox One

Nouveau genre pour une nouvelle vie

Près de vingt ans après sa création Shantae semble enfin assumer sa place de mascotte grandissante au sein du studio californien de WayForward. La demi-génie imaginée par Matt Bozon revient dans une cinquième aventure et compte bien s'affirmer une bonne fois pour toute après un quatrième épisode jugé en dessous des attentes par les critiques. Et pour cela le studio américain a décidé d'effectuer un petit virage à 90 degrés pour un résultat aussi surprenant que convaincant.

Quatre ans après les dernières aventures en demi-teinte de la plus célèbre des demi-génies, la voici de retour dans Shantae and the Seven Sirens. Tout débute par l’envie de prendre quelques jours de vacances sur une île paradisiaque en compagnie de ses fidèles amis Bolo et Sky. Des congés qui prennent rapidement la forme d’une nouvelle quête avec pour objectif principal de retrouver cinq demi-génies capturées durant un festival qui leur était destiné. Un scénario basique qui prend toutefois un peu d’épaisseur à mesure que l’on avance, et offre même quelques rebondissements appréciables en plus de remettre sur le devant de la scène quelques visages bien connus de la franchise. L’univers est bien respecté et on retrouve rapidement nos marques que ce soit grâce au gameplay toujours aussi précis, et à l’aspect graphique toujours très bien réalisé. Globalement la musique se veut rétro et bien ancrée dans l’esprit, avec des morceaux de qualité et d’autres plus anecdotiques.

IMG_9f10f091-35cf-43ab-9cca-48baedfbb466

Des éléments qui forment désormais une base bien solide sur lesquels s’appuient en partie la franchise. Shantae est capable de sauter, de frapper ses ennemis avec ses cheveux et d’acquérir de nouvelles capacités en avançant dans l’histoire. Et c’est là que le plus gros changement joue un rôle important. Finie la sélection de niveaux de l’épisode Half-Genie Hero, ici le titre adopte clairement le style du Metroidvania avec une grande carte unique divisée en différentes zones, et la présence de quelques donjons. Un changement de cap qui donne un peu plus de liberté au joueur et lui permet d’explorer différents lieux connectés entre eux sans avoir l’impression de suivre une ligne droite. Dans les faits il faut évidemment remplir des objectifs dans un ordre précis défini par les développeurs pour récupérer les capacités qui débloquent l’accès à de nouvelles zones. Le joueur n’est que rarement laissé à lui-même, et le premier tiers du jeu se veut d’ailleurs très facile au point de sentir la volonté du studio de ne pas perdre sa fanbase sur un genre réputé généralement comme exigent.

Et pourtant, à mesure que l’on avance, on sent bien que ce choix de transposer les aventures de Shantae dans un genre aux codes bien définis est une véritable réussite. Grâce à un level-design très maîtrisé d’un côté, mais aussi avec l’aide de donjons empruntés à la franchise The Legend of Zelda avec quelques énigmes simples à résoudre pour obtenir des clés et ouvrir des salles qui étaient bloquées jusque-là. Ce mélange des genres permet d’alterner les séquences et permet de souffler face aux petites lourdeurs liées aux très nombreux allers/retours demandés. Les donjons sont agréables à parcourir et se concluent par la présence d’un boss. Introduits par une petite séquence animée, ces boss s’inscrivent tout à fait dans l’esprit de la franchise en livrant des combats qui poussent à l’apprentissage de leurs différentes patterns. La nécessité d’utiliser des compétences fraîchement acquises poussent également à la diversité du gameplay, et rend le tout très agréable à jouer, même si on regrettera là encore un petit manque de difficulté.

IMG_f725d03d-440f-492e-a35c-9bc9aa57f86b

Avec quatre magies bien différentes à apprendre au fil de l’aventure, c’est une fois de plus les transformations qui jouent un rôle prépondérant en terme de gameplay. Sans en révéler la nature pour ne pas gâcher le plaisir de la découverte, celles-ci sont très faciles d’utilisation et n’obligent pas à passer par un sous-menu rattaché au BMD ou à une combinaison de touches pour s’activer, contrairement aux précédents épisodes. L’utilisation d’une transformation devient alors très intuitive, et permet d’introduire des capacités propres au genre comme le dash, mais en y apportant une bonne dose d’originalité également. On ajoute à cela le système de loot qui permet parfois de récupérer des cartes «ennemis» après les avoir éliminés. En atteignant un certain nombre de cartes on débloque de nouvelles compétences, avec la possibilité d’en équiper jusqu’à trois. Les collectionneurs y verront surtout l’opportunité de se fixer un objectif capable d’augmenter sensiblement la durée de vie du jeu, déjà très correcte de base pour un jeu Shantae (environ 8 heures).

5/5
Shantae and the Seven Sirens c'est avant tout une petite prise de risque qui voit la franchise adopter le genre du Metroidvania, dans la pure veine des productions de Koji Igarashi, les démons et le château en moins. Mais le résultat est là, et si le premier tiers offre quelques doutes, ceux-ci s'évaporent au fil d'une aventure qui vous donnera bien du mal lorsqu'il s'agira de lâcher la manette. Bénéficiant de la force de son univers désormais bien planté, le titre se permet même le luxe de proposer un scénario cohérent, agréable à suivre et offrant quelques rebondissements. Les développeurs de WayForward nous offrent une nouvelle production de qualité qui peut largement prétendre au statut de must-have pour les fans de la franchise et à celui de très bon jeu du genre pour les adeptes des Igavania.

+

  • Du Metroidvania très accessible
  • Level-design absolument impeccable
  • Enfin des transformations agréables
  • Durée de vie très correcte
  • Univers toujours aussi puissant
  • Système du loot intéressant

-

    • Un peu trop facile au début
    • Enormément d'allers/retours
    • Bande-son inégale