Jeux

Splatterhouse

Action/Aventure | Edité par Namco Bandai Games Inc.

3/5
360 : 29 octobre 2010
23.12 à 09h07 par |Source : xbox-mag.net

Test : Splatterhouse sur Xbox 360

Si le développement de Splatterhouse a pris des tournures de mauvais scénario de série Z, le titre est finalement retombé dans les mains de Namco-Bandai qui a tenté de remettre sur pied ce convalescent anémique. Presque 20 ans après l’épisode mythique sur PC engine, le titre nous plonge-t-il dans un simple bain de sang ou bien a-t-il bénéficié d’une véritable cure de jouvence ?

Donneur universel


Splatterhouse ne s’embarrasse pas d’une introduction romancée. Vous êtes Rick, un ado qui baigne dans ses tripes et son sang, et qui va sûrement y passer. Heureusement pour lui, un masque magique lui propose un marché et le remet sur ses pieds, avec en bonus le corps d’un colosse bourré aux amphétamines. Hop, quelques instants plus tard et c’est un combat brutal où les têtes se décollent et les membres volent. Si les plus grands scénaristes s’étaient penchés sur le cas de ce jeu, ils se seraient sûrement fait un tour de rein. Vous voilà donc parti pour parcourir douze niveaux, à la poursuite d’un savant fou qui a enlevé votre fiancée. L’histoire vous réserve bien quelques twists plus ou moins attendus mais ils n’affecteront en rien votre mission : défoncer du monstre à la chaîne, de tronçonneuse si possible. Pour égratigner un peu ce premier coup d’œil, et malgré une touche cell shading toujours aussi efficace (cache misère diront les mauvaises langues), Splatterhouse affiche une réalisation paresseuse (décors vides, ennemis redondants) et un framerate parfois tremblotant.



Le jeu propose, outre ce mode scenario que vous terminerez en sept heures à tout casser, un mode survie composé de six arènes. Dans celui-ci, vous serez opposé à 20 vagues de monstres plus ou moins agressifs avec l’objectif de terminer le massacre le plus rapidement possible. Basique de chez basique donc. Enfin, et surtout pour toi, fan de retro-gaming qui fait semblant d’écouter depuis le départ, les trois épisodes originaux de l’ère 16 bits se débloquent en parcourant le mode scenario. Un voyage vers le passé qui a le mérite d’être offert aux fans (là où d’autres moins généreux nous auraient servi les trois épisodes via le XBLA) car, pour le coup, c’est le gameplay de ces jeux qui a pris une raclée avec le temps. Splatterhouse propose d’ailleurs des séquences hommage en 2D très réussies qui se révèlent, contre toute attente, les plus variées du jeu (par ailleurs bien paresseux dans son level-design), avec des pièges à éviter ou quelques sauts à réaliser.

Un gameplay sous perfusion


Soyons honnête, dans un beat them all, le scénario, on s’en tape ! Après tout, qui sait encore précisément pourquoi Bayonetta explose ces trucs en plume ? L’important, c’est la baston, la variété des coups à votre disposition. L’agressivité et la sournoiserie de vos adversaires, qui éprouveront vos réflexes et martyriseront vos tendons, tout crispé que vous êtes sur la manette. On se détend, Splatterhouse ne propose aucun de ces aspects. Malgré l’achat de coups spéciaux supplémentaires via un menu où vous dépensez les litres de sang qui ont pu jaillir lors de vos combats, vous finirez le jeu avec l’impression désagréable d’avoir répété à l’infini les mêmes coups. Certes les combos les plus variées vous récompensent avec plus de sang versé, mais rien ne vous impose vraiment de varier vos techniques.



Malgré une durée de vie correcte pour ce genre de titre, là où Splatterhouse déçoit, c’est dans la facilité déconcertante du challenge proposé. Le bon côté des choses c’est le sentiment de toute puissance qui en ressort. Vous écharpez du démon comme d’autres font un mini-golf, le stress de rater le trou en moins (vu que vous serez amené régulièrement à plonger votre bras dans le rectum d’un démon géant pour l’achever). Les ennemis ne sont ni très variés ni très agressifs, et attaquent quasiment tous de la même manière, histoire de ne pas vous mettre en difficulté. Il y a bien certains démons qui énervent les autres ou encore les égides qui rendent invincibles leurs serviteurs, mais rien qui ne bouleverse l’enchaînement de votre distribution de torgnole à coup de barre cloutée. D’ailleurs, ne cherchez pas d’énigme pour vous faire du mauvais sang, dans le monde de Rick et son pote le masque magique, pour ouvrir une porte il suffit d’empaler la bonne personne.

Brut de décoffrage, sanglant, Splatterhouse est un Beat Them All sans concession. Bizarrement, malgré tous les défauts énumérés, l’ensemble se révèle jouissif pad en main, pour peu que l’on adhère à ce trip exutoire quasi cathartique : démembrer du méchant et les achever dans des mini QTE grand-guignolesque. Ici pas de défi technique, pas de "pattern" ennemi complexe à mémoriser, juste une armée de démons à éclater. Splatterhouse n’est pas un nanar, juste une série B qui ne se prend pas au sérieux. Dommage qu’elle n'assure que le service minimum. Avec une réalisation plus soignée et surtout un gameplay plus ambitieux, le jeu aurait pu arracher une meilleure note !

+

  • tellement gore, presque drôle
  • Les phases 2D
  • Rick tout puissant

-

    • Réalisation datée
    • Gameplay ultra basique
    • Trop facile
  • 21.02 à 07:08

    [quote="The Goon":2teo9wwo]Je viens seulement de l’attaquer et pour l’instant (j’en suis quand même à l’avant dernier chapitre) c’est très très chiant. J’aime bien le côté nostalgique, la patte graphique, les photos de Jen à poil et la BO mais niveau gameplay c’est juste insipide. Je pensais que Dante Inferno était un sous GoW mais il atomise clairement Splatterhouse… Les combos sont pas variés, c’est basique à en crever, la construction des niveaux est toujours la même… Putain j’sais bien que le genre n’évolue pas mais un peu d’audace bordel. Là on s’emmerde ![/quote:2teo9wwo]

    ça s’arrange quand tu débloques les améliorations, le jeu devient plus spectaculaire, mais c’est clairement du gameplay ultra basique. Dommage :)

  • 20.02 à 03:36

    Je viens seulement de l’attaquer et pour l’instant (j’en suis quand même à l’avant dernier chapitre) c’est très très chiant. J’aime bien le côté nostalgique, la patte graphique, les photos de Jen à poil et la BO mais niveau gameplay c’est juste insipide. Je pensais que Dante Inferno était un sous GoW mais il atomise clairement Splatterhouse… Les combos sont pas variés, c’est basique à en crever, la construction des niveaux est toujours la même… Putain j’sais bien que le genre n’évolue pas mais un peu d’audace bordel. Là on s’emmerde !