Jeux

Two Point Hospital

Gestion | Edité par Sega | Développé par Two Point Studios

5/5
One : 25 février 2020
02.03 à 11h14 par

Test : Two Point Hospital sur Xbox One

Il est temps d'enfiler votre blouse

Traiter de la maladie dans un jeu vidéo n'est pas forcément un exercice aisé. Mais lorsque en 1997 les développeurs de Bullfrog, sous la houlette de Peter Molyneux, sortent Theme Hospital, c'est une petite pépite du jeu de gestion qui fût proposée aux amateurs du genre. Plus de 20 ans après nous retrouvons Two Point Hospital qui se veut en être la suite spirituelle. Et le moins que l'on puisse dire c'est que le pari est réussi.

Two Point Hospital vous propulse à la tête d’une organisation dirigeant plusieurs hôpitaux et votre objectif est simple : arriver à rendre heureux vos patients en leur soutirant le plus d’argent possible au passage. Les premiers hôpitaux font donc office de tutorial pour commencer à vous expliquer les bases du jeu. On y retrouve les classiques du jeu de gestion, à savoir la construction d’installations, la gestion financière comme humaine, le tout réuni dans un volet consultable simplement en pressant la touche X. La progression est très bien agencée, vous permettant de découvrir les différentes facettes du jeu de manière claire sans être noyé sous une tonne d’informations dès le départ comme dans certains autres jeux de gestion. Vous devez donc gérer l’arrivée du patient dans votre hôpital, le diagnostic de sa maladie, puis son traitement.

C’est là que le jeu propose son mode construction. Très intuitive à la manette, l’interface de construction vous permet de disposer l’espace de votre salle, puis de mettre en place les éléments de personnalisation que vous souhaitez. On ne peut qu’apprécier la multitude d’éléments mis à disposition du joueur, l’agencement du bureau, la mise en place de casiers, la gestion de la température des pièces ; vous avez même la possibilité de personnaliser la peinture ou la moquette. Tout cela afin d’augmenter le prestige de la salle, impactant directement le bonheur et la motivation de vos salariés. Afin de débloquer des nouveaux éléments de personnalisation, Two Point Hospital met en place une monnaie spécifique liée à votre progression dans le jeu : le Kudosh. Cette monnaie s’obtient soit en remplissant certains objectifs spécifiques lors de votre partie, ou simplement en complétant des objectifs plus généralistes en fonction de votre avancement global dans le jeu.

twopointperso3

Pour satisfaire tous ces malades, vous allez devoir également vous occuper du recrutement du personnel en choisissant via un volet de candidatures les médecins, les infirmiers, les agents de maintenance et le personnel administratif. Cette sélection nécessite une certaine réflexion puisqu’il faut prendre en compte non seulement le salaire, mais également les compétences spécifiques propres à chaque salarié en fonction de vos installations. Si la gestion du personnel est assez simple au début, cela se corse dès que vous allez faire face à des cas très différents dans un même hôpital. En effet, vous allez être amenés à gérer à la fois les compétences de vos médecins, ceux de vos infirmiers, de manière à ne pas faire mourir vos patients avec un mauvais diagnostic ou traitement. A l’instar de vos patients, vos salariés auront besoin aussi d’être chouchoutés pour ne pas claquer la porte de votre hôpital au bout de quelques mois. A vous donc de mettre en place des salles de repos, d’instaurer des formations pour améliorer les compétences du personnel, ou de renégocier les salaires pour avoir un taux de satisfaction élevé.

Au-delà de cela il faut également arriver à occuper vos patients dans l’hôpital en plaçant dans des endroits stratégiques les équipements pour pallier à l’ennui dans les salles d’attente. A vous donc de disposer les machines à café, les bornes d’arcade, les kiosques à revues et bien d’autres choses pour proposer un établissement à la fois efficace dans ses soins, mais divertissant pour engranger un maximum d’argent. Tout un programme donc…

Afin de vous aider dans cette gymnastique financière et humaine, Two Point Hospital offre des outils permettant de visionner de manière claire les différents aspects monétaires et humains du jeu. En ouvrant simplement le tableau de gestion, vous avez la possibilité de consulter en quelques coups d’œil la courbe de vos bénéfices, le montant de vos dépenses sur les derniers mois, ou simplement visualiser l’ensemble de votre personnel avec une fiche descriptive détaillant sur la même ligne le salaire, les compétences et le moral du salarié. Clair, net, et précis. Il est assez rare de devoir rentrer dans des sous-menus afin d’avoir l’information que l’on cherche. Un excellent point qui prouve encore une fois l’intelligence de Two Point Studios sur le jeu.

twopointperso

Bien entendu, comme tout bon de jeu de gestion, Two Point Hospital ne se contente pas de vous balancer des nouvelles maladies ad vitam aeternam. Non, cela serait trop simple. La complexité du jeu va réellement s’instaurer quand en plus de ces maladies, il vous faudra gérer des événements aléatoires comme des machines qui prennent feu faute de maintenance, des tremblements de terre qui vont détériorer certains éléments de votre hôpital, ou encore des patients morts qui vont hanter les lieux et semer la zizanie si vous n’avez pas les agents de maintenance compétents pour chasser les fantômes. A cela s’ajoutent des objectifs alternatifs durant votre mission qui rajouteront un peu de piquant pour bénéficier d’aides financières, améliorer la réputation de votre hôpital ou le bonheur général. On ne s’ennuie pas un seul instant sur Two Point Hospital, à tel point que la session qui devait durer une heure peut vite prendre 4 ou 5 heures par le côté très addictif du titre.

Pour débloquer toutes ces situations rocambolesques, Two Point Hospital propose un système de progression sur trois étoiles. Chaque étoile s’obtient en complétant divers objectifs qui vont permettre de déverrouiller les missions suivantes une fois que vous en cumulez un certain nombre. Autant vous le dire tout de suite : les dernières étoiles mettront vos nerfs à rude épreuve tant elle nécessitent un parcours quasi-sans-faute de votre part. On peut pester également sur l’aspect répétitif propre à ce style de jeu, mais qui s’accentue sur Two Point Hospital avec un schéma de départ souvent identique, beaucoup de salles généralistes, de diagnostics, et on avisera ensuite.

L’autre point fort de Two Point Hospital c’est bien entendu son humour. Toujours complètement décalé voire loufoque, le titre traite avec intelligence le thème de la maladie tout en pointant avec cynisme les pratiques du monde hospitalier. Il est amusant de voir des malades arborant le look de Freddy Mercury en rock star, ou encore de voir débarquer une armée de patients avec des têtes d’ampoule, prête à se faire soigner. On ne peut pas en dire autant en revanche de la bande-son qui tape vite sur le système à cause de ses musiques d’ascenseur ou des voix qui ne sont pas doublées en français. Le jeu n’ayant pas énormément de dialogues, l’effort aurait pu être fait de la part de Sega.

twopointperso2

Techniquement le jeu de Two Point Studio est très propre et malgré l’affluence de patients, la fluidité du titre ne bronche jamais. Le côté cartoon sied parfaitement à l’ambiance du titre, et il est agréable d’observer vos patients et leurs animations toujours bien trouvées et délirantes. . Un joli sans-faute là aussi. Pour compléter ce test, sachez également qu’un mode libre fera son apparition sur console à la fin du mois de mars pour ceux qui préfèrent jouer librement sans les contraintes d’objectifs.

5/5
Two Point Hospital réussit donc haut la main son passage sur nos consoles. Drôle, addictif, le titre de Two Point Studios propose une ergonomie à la manette très bien pensée. On pourra pester sur un jeu parfois trop répétitif ou une bande-son qui tape sur le système, mais c'est bien peu face au plaisir qui découle de ce titre. Un immanquable du genre pour tous les amateurs de jeux de gestion, ou les curieux.

+

  • Très bonne ergonomie à la manette
  • Techniquement irréprochable
  • Grande durée de vie
  • Humour omniprésent
  • Addictif

-

    • Bande-son vite barbante
    • Pas de doublages en français
    • Un sentiment de répétitivité à partir d'un certain temps de jeu