Jeux

Virtua Tennis 2009

Sport | Edité par Sega

3/5
360 : 29 mai 2009

Test : Virtua Tennis 2009 sur Xbox 360

Depuis l’ère 8 bits, un jeu régnait en maître dans la catégorie des jeux de tennis : Final Match Tennis sur pc-engine. Mais un jour, SEGA donna un bon coup de pied dans la fourmilière en sortant en arcade et pour sa Dreamcast le jeuVirtua Tennis, qui réussit à devenir une nouvelle référence. Quatrième opus de la série, cette fois sur consoles next-gen, Virtua Tennis 2009 saura-il permettre à la série de demeurer une référence ?

Service Federer

Alors que le premier opus de la série créé par Hitmaker avait fait sensation, force est de constater que la série a du mal à se renouveler. Ce quatrième épisode (cette fois développé par Sumo Digital, déjà auteur de l’opus World Tour sur PSP) ne dérogera pas à la règle. Autant être clair : pour les possesseurs de Virtua Tennis 3, cette cuvée 2009 ne semblera être qu’une simple mise à jour ; et ce tant en bien qu’en mal. Principal changement : le casting de joueurs, qui a bien évidemment été actualisé. Il est dommage pour nous autres français de ne voir qu’une seule représentante de notre pays, et d’avoir en contrepartie, beaucoup de joueuses d’origine slave, mais que voulez-vous, le classement mondial parle. Nadal, Federer, Djokovic, Murray, Roddick, Nalbandian, Ancic, Ferrer, Haas, Blake, Ferrero pour les hommes ; et Ivanovic, Sharapova, Williams (Venus) Hantuchova, Mauresmo, Chakvetadze, Vaidisova, Kuznetsova, et Davenport pour les femmes. Il sera de plus possible de débloquer quelques légendes, en l’occurrence Boris Becker, Tim Henman et Stefan Edberg.



Si toutefois les personnalités présentées ne vous convenaient pas, il est possible (et même obligatoire pour le mode World Tour) de se créer un avatar de toute pièce, comme d’habitude. Même si la gestuelle peut être choisie avec diverses animations proposées, on sent tout de même que l’éditeur a été clairement bâclé. Ainsi, tout effort de réaliser un personnage à l’air normal – ce n’est pas trop demander quand même – sera voué à l’échec tant les avatars ressemblent invariablement à des zombies. Heureusement, les femmes sont un peu mieux loties même si tout cela manque clairement de charme.

Cette critique ne touche malheureusement pas que les personnages créés car même les pros présentés plus haut pâtissent pour la plupart d’une modélisation sommaire, et surtout honteuse pour un jeu sorti en 2009.

Si la modélisation des tennismen est ratée, le jeu nous propose en revanche des courts de tennis plutôt réussis et surtout un public enfin dignement représenté. Ce dernier sera d’ailleurs tout aussi convaincant lorsqu’il s’agira de retranscrire une ambiance sonore de qualité, vu qu’il réagira suivant les actions du jeu. En parlant de son, la musique est dans le ton avec du bon vieux rock made in Sega. Les fans apprécieront, les autres essayeront vite de le désactiver pour mieux apprécier les bruitages et les cris des joueurs. Enfin, pour faire le tour de l’aspect technique, Virtua Tennis 2009 a pour lui des animations de grande qualité, une tradition heureusement toujours d’actualité. Même si certains mouvements paraissent surréalistes, ils ont le mérite d’être parfaitement décomposés. En plus, chacun des joueurs possède sa propre manière de jouer.

15 – zéro

Véritable cœur du jeu (au point de rendre le mode arcade superflu), le mode carrière est plutôt complet. Contrairement à son prédécesseur, Virtua Tennis 2009 vous fera commencer dans la peau d’un joueur amateur qui devra tout d’abord se faire une place parmi les 99 autres joueurs avant de pouvoir passer pro et gravir les 150 places qui le séparent de la gloire. Bien entendu, en dehors des vingt joueurs « pros » présentés plus haut, tous les autres ne sont que des personnages créés de toute pièce par les développeurs. Dans tous les cas, le mode dispose d’une durée de vie confortable, mais le fait de devoir passer par le classement amateur est à double tranchant. Cela permettra en effet aux moins doués de pouvoir s’amuser, mais ennuiera ferme l’habitué de la série à cause d’une difficulté bien trop basse les premières heures. Il aurait été nettement préférable de pouvoir sélectionner un niveau de difficulté.



Néanmoins ces premières heures permettent surtout de se familiariser avec l’interface du mode carrière. Ici il est avant tout question de gérer son calendrier d’événements et son endurance. En effet, chaque action dans le mode carrière fera avancer le calendrier d’une semaine. Il sera donc malencontreux d’arriver en plein tournoi complètement fatigué par les entraînements. Parfois la même date sera le théâtre de plusieurs événements. Ce sera alors l’occasion d’un choix cornélien pour décider s’il vaut mieux faire un tournoi (qui peut rapporter de l’argent), ou s’entraîner pour augmenter ses statistiques, ou même simplement se reposer. L’entraînement pourra se faire sous trois formes différentes : des objectifs précis comme « faire trois revers de suite » ou « marquer le point en restant derrière la ligne de fond) auprès de votre entraîneur, un match d’entraînement avec un autre joueur du classement (que vous pourrez ensuite sélectionner comme partenaire pour les match en double), ou, plus ludique, une série de mini-jeux très variés comme l’attaque des galions, le bowling, ou l’esquive des balles géantes. Très intéressants sur le principe, ces mini-jeux sont malheureusement souvent très durs et dont plutôt rebutants.

Evidemment, tout l’argent gagné pourra être dépensé, soit dans des vacances réparatrices, soit dans des habits ou de nouvelles raquettes. Chacun des tournois de la carrière peuvent s’effectuer en simple ou en double. Les tournois en simple s’effectueront sur 3 matchs, ceux en double sur deux matchs seulement.

Jeu, set et Match

Outre le mode carrière, le jeu propose un mode sobrement intitulé « jouer » qui permet de faire un tournoi, un match exhibition, ou des mini-jeux ; et ce, seul ou à plusieurs. Cette fois, il est question de pouvoir choisir le nombre de jeux et de sets par match, et de régler nombre d’autres paramètres. L’intérêt de ce mode réside évidement sur son aspect multijoueur ; et une fois le mode carrière complété, nul doute qu’il deviendra vite votre meilleur amis pour des soirées Xbox/Pizza. Globalement, le soft est très convivial et pas vraiment prise de tête. Comme ses prédécesseurs, il assume totalement son orientation arcade, et il s’en dégage un fun évident. Par exemple les fautes au filet ou les fautes directes sont extrêmement rares, et le joueur aura surtout à se concentrer sur son placement.

Attention, arcade ne signifie pas que le jeu ne requiert aucune technique, bien au contraire. La différence de niveau sera flagrante entre un vétéran et un nouveau venu. Même si le gameplay est basé sur simplement trois boutons, il est bien plus riche qu’il n’y paraît. Ainsi, certains coups demandent un entraînement conséquent avant de pouvoir être sortis à volonté. C’est ainsi que les amortis demandent un timing rigoureux et surtout une réelle anticipation. Le service lui aussi demandera un certain temps d’apprentissage avant de réussir les « max » et espérer réussir un ace. Bref, sous un aspect simpliste, Virtua Tennis recèle un jeu long et complet qui demandera un certain investissement pour être maîtrisé.


S’il reste un très bon jeu grâce à son gameplay de qualité, Virtua Tennis 2009 n’en reste pas moins dispensable pour tous ceux possédant déjà le volet précédent. Le manque de nouveautés (que ce soit en termes de contenu ou de réalisation) est flagrant et on espère que Sega peaufinera plus une éventuelle version 2010. En attendant, on s'amuse tout de même pad en main et c’est bien là l’essentiel.

+

  • Jouabilité Arcade de qualité
  • Mode carrière intéressant
  • Mini-jeux variés
  • Accessible aux débutants

-

    • Modélisation des personnages ratée
    • Peu d’évolution depuis Virtua Tennis 3
    • Des temps de chargements longuets
  • 22.06 à 05:28

    nan c’est surtout que les objectifs des minijeux sont plus realistes.
    Concernant la difficulté des matchs apres ca depends comment tu regle. Perso je l’ai mis en facile pour pas me prendre le chou, mais il y a moyen pour qu’une IA te mette ta raclée ne t’en fais pas.

    Pour info ce sont les même developpeurs qui ont fait le jeu et ca se voit.

    Bon apres il est possible que mon historique de segafan joue beaucoup dans mon appreciation du titre, n’empeche qu’un ne peux que s’incliner devant l’originalité des minijeux. (space harrier, puyopuyo, chuchu rocket principalement.)

  • 20.06 à 04:25

    Les mini-jeux, dès les premiers niveaux, ça met la pression (bien que j’y arrive, je doute me balader en niveau 8 ^^). Et genre pour les entrainements, faut même s’adapter à l’adversaire qui te renvoi pas les balles dès qu’il est un peu en difficulté, et on n’y pense pas forcément à chaque fois (genre, tu dois faire 3 coups droits de suite, et l’autre est pas capable d’aller te chercher la balle).

    Et pour les mini-jeux , la progression est tellement minime pour notre perso que bon… c’est décevant et frustrant. (au contraire d’un match d’entrainement !).

    Ça n’en reste pas moins bien. Je dirais même que le contenu du mode Carrière est impressionnant.
    Si je voudrais le comparer à celui de Top Spin 3, je dirais 10à20 fois plus complet…

    C’est dit dans mon test (plus agréable à lire ici http://www.jvn.com/jeux/tests/membre-58.html), si y’a un truc sur lequel on peut pas chier dessus, dans ce VT09. C’est le contenu.
    Ok, c’est presque pareil que le 3. Je me demande bien qui ça peut vraiment étonner. Je ne suis même pas capable de dire une seule chose qui aurait pu "révolutionner" le jeu tout en gardant le même esprit… (ça reste du tennis hein) Véritablement, la seule chose qui emmerde les joueurs, c’est les graphismes même si c’est pas dit clairement. On leur foutrait des meilleurs graphismes (un peu plus d’effets à la noix), tout le monde se branlerait dessus…

    Sonic machin truc tennis, je vais aller tester ça, mais de prime, j’aurais envie de dire : "Qu’est ce qu’il va me comparer Superstar Tennis à Virtua Tennis…" Déjà, par moins élitiste, il faut comprendre "Pas d’IA ?". Et le débat est clos. :S

  • 20.06 à 09:25

    en fait, apres avoir testé virtua tennis 2009 j’ai recu sega superstar tennis, et franchement je le trouve meilleur largement.
    J’y retrouve beaucoup mieux les sensations du premier virtua tennis.
    Et les minijeux sont moins elitistes

  • 20.06 à 04:56

    C’est pas mal d’avoir plusieurs avis, et si je vous rejoins sur le faciès des personnages (mais c’est le cas dans tous les VT), le reste me laisse un peu de marbre.

    La difficulté des mini jeux ? Vous blaguez, j’ai fini la moitié des niveaux 8 du premier coup, l’autre moitié en recommançant une fois, et je n’ai que très rarement perdu en dessous du niveau 8. L’école est beaucoup trop facile sauf la leçon où il faut faire des lobs pour gagner où j’ai du smasher en lob pour remporter le défi. En fait je trouve que le jeu a vraiment réduit sa difficulté !

    Ayant un peu joué online, je dirais que ça me plait bien, j’ai pas vu de ralentissement.

    Parlons-en des ralentissements ! J’en n’ai jamais vu dans le jeu, alors que je viens de finir le tournoi SPT (16-1) ! Par contre, je vois régulièrement des décalages de son dans les frappes.

    Autre point critique, la coupe Davis. Je ne sais pas si vous y avez joué, mais pour y avoir gouté, je trouve ça un peu nul tout simplement parce que ça ne reprend pas le réglement ! Il faut uniquement jouer un match en simple !

    Pour le reste, je trouve qu’il surpasse largement VT3, ridiculise la série des top spin (ça c’est un avis perso lol). La jouabilité a encore était améliorée, et je m’en réjouis. Ne manque plus qu’à corriger quelques bugs, qu’à mettre Sampras pour un Sampras-Federer !

    Voilà, par contre sur le résultat final, s’il fallait lui mettre une notre, je serais un peu dans la même gamme avec un 16/20, enfin un jeu qui vaut le coup d’être acheté en neuf ! (contrairement par exemple au dernier tomb raider vendu en kit, et au dernier prince of persia !).

  • 19.06 à 03:36

    La célèbre franchise de tennis arcade revient sur les courts, et porte désormais un « 2009 » qui ne laissaient, dès son annonce, rien présager de bon, si ce n’est une simple MaJ. Alors, Réalité ou Mythe ? Ma réponse objective dans ce test…

    Bugs à foison

    « Commençons par le commencement », une intro qui déjà, trop peu fluide, n’est même pas « regardable ». Et ce n’est pas un hasard si j’en parle maintenant, tant ce genre de « petit souci » risque de se retrouver à travers le jeu. En effet, divers problèmes ont été constatés par les joueurs. Si le manque de fluidité n’en est pas toujours la cause, on le retrouve très largement en Double, comme sur VT3, avec l’omniprésence du lag. Le solo sera en revanche, la plupart du temps épargné. Pour le reste, certains disent subir d’empestant « freeze », d’autres des blocages aux alentours de la 140ème place mondiale. Au nom de tous, le classement en ligne n’est également pas au point (une victoire qui de temps en temps, pourrait bien vous être comptabilisé comme une défaite ; ou encore votre stat qui pourrait bien passer de 50 à 90 matchs d’un seul coup ???). Autre bug un peu plus étonnant : En Carrière, mon joueur fut par exemple totalement relooker (Formes du visage/Vêtements/Style de jeu). Bref, de quoi déjà constater que Virtua Tennis 2009 n’a sans doute pas pas bénéficié de toutes les ressources possibles par Sumo Digital.

    Graphismes et modélisation de VT3… Heu 2009

    Une décision qu’on ne constatera que de meilleure façon, à travers les graphismes qui ne semblent pas avoir profité d’un lifting conséquent bien que le jeu reste « agréable », la raison à un très beau VT3 dans son temps, qui n’empêchera donc pas le « 2009 » de faire au moins aussi bien que la concurrence mais avec une direction artistique quelque peu différente. Pour exemple, les quelques paysages originaux disponibles tel que le tournoi de Dubai et son palais en arrière-plan, ou encore le court de Moscou rose éclatant (déjà dans VT3, comme beaucoup d’autres courts).

    La modélisation des joueurs, bien qu’elle fasse étrangement débat, se révèle assez réussi, bien qu’irrégulière. Ainsi, si Djokovic et Ferrero sont réalisés à la perfection, ce n’est pas le cas de Nadal, néanmoins très largement reconnaissable comme tout ses compères masculins que nous citerons plus bas aux résultats largement honorable (voir photos). D’autant que tous les joueurs profitent de leurs véritables tenues et gestes (à l’image du service de Roddick, du poing serré d’Ivanovic, des cris de Nalbandian et Sharapova), rajoutant à l’immersion, au contraire de Top Spin. Chez les filles, le résultat est moins tendre avec quelques « ovnis », dont Mauresmo et Sharapova. Si l’une profite d’un rendu « zombifié » (quelques peu à l’image du tennis féminin français actuel), l’autre profite d’une extrême blancheur. A noter d’ailleurs, et ne vous y trompez pas, que Ferrero et Mauresmo sont insérés dans la lignée des joueuses féminines (ce qui aurait tendance à nous les faire oublier). Par ailleurs, petit aparté sur les menus du jeu d’une surprenante clarté (pratique sur TV Cathodique).

    En réalité, la modélisation des joueurs sera surtout un problème en mode Carrière, ou l’éditeur, déjà bien « maigre » nous rend un joueur aux yeux explosés. L’éditeur en devient ainsi, par on ne sait quel miracle des développeurs, moins performant que ce soit dans le contenu où le résultat même, que celui de VT3. Pour preuve, la dizaine de coupes de cheveux dont la moitié à jeter ou plus ou moins identique à d’autres. D’autant plus dommageable que la Carrière intègre ENFIN des inconnus ! Fini les « Federer » en Tournoi Challenger à répétition. Malheureusement, profitant du même éditeur, le rendu facial sera souvent identique entre les joueurs. La seule et heureuse variable étant le style vestimentaire que ce soit hors-ligne ou en ligne.

    Enfin des nouveautés ! Et une IA dans un jeu de tennis !

    Car OUI ! Le jeu intègre également du jeu en ligne à sa carrière « Online HQ ». Deux principes essentiels et repris de chez 2K, mais de largement plus belle manière. Ici, nul besoin de se presser : Le jeu vous attendra. Que vous débutiez votre carrière maintenant ou dans un an, vous ne disputerez des matchs et tournois (présentés sous la même forme que Top Spin) que contre des joueurs pas plus avancés que vous. Ainsi, oubliez-les accablant « Level 30 » VS « Level 80 » à s’arracher la tête dans Top Spin 3. Ce temps est révolu. De même pour les chargements, la communauté ayant visiblement très bien suivi… A ce jour, 30 secondes suffisent à trouver un adversaire sur n’importe quel tournoi ! Ce qui n’était déjà plus le cas pour le jeu de 2K à la même époque. Finalement, de ce mode, on ne regrettera que le fait que notre joueur ne progresse pas (de même pour les matchs/tournois en carrière hors-ligne), et n’emporte simplement que des gains avec lui. D’autant plus que la progression « offline » se révèlera longue et fastidieuse : Deux frappes suffiront à remporter le point, alors que notre joueur qui démarrera du monde Amateur ne gagnera qu’une à deux places sur le classement par tournoi.

    Les entrainements (sous l’œil expert de Tim Henman, guest-star du jeu) et autres mini-jeux seront d’une difficulté bien plus ardu. Un compromis qui peut laisser pantois d’autant que les mini-jeux se révèlent extrêmement sympathiques et surtout obligatoire pour progresser. En bref, un contenu bien plus original que la concurrence. Et pour vous rassurer, ces mini-jeux restent jouable à plusieurs Online et Offline, sans passer par le mode Carrière.

    On peut également parler du Mode Tournoi et Arcade, où si gagner en difficile se révèlera être un défi surmontable (mais un assez gros « défi » tout de même), il en sera encore tout autre en Très difficile où l’adversaire n’hésitera pas à renvoyer des retours gagnants dès votre service (presque décourageant…) sans que vous puissiez y faire quelque chose. Et de même contre la doublette Becker/Edberg, infranchissable (l’utilisation de lobs sur Becker étant hautement conseillé). Donc on ne révèlera que la facilité déconcertante des matchs en mode Carrière, malheureusement, comme tout jeu de tennis. Et contrairement à VT3, vos difficultés ne pourront être pallier par « King » et « Duke » (joueurs à débloquer) puisque leur niveau de jeu serait visiblement revu à la baisse (Pour rappel, beaucoup de « mauvais-joueur » les utilisaient sur VT3 pour ainsi proposer des match totalement déséquilibré, avant que SEGA ne les supprime du jeu en ligne).

    Bref, tout ceci viendra contredire les plus réfractaires au jeu, et à ce son de cloche « Dans VT, il faut accepter de se faire battre par bien moins fort que soi ». Car, au contraire, VT09 se trouve très loin d’être accessible et un débutant n’aura, à même titre que pour une simulation aucune chance face à un adversaire mieux « entrainé » que lui en ligne ou en multijoueur local. L’anticipation, la concentration le placement étant l’« essence » même du jeu. Et il faudra bien plus d’une dizaine de parties pour faire « opposition » aux habitués de la franchise.

    Le gameplay reste aussi tranchant que celui de VT3, sans apporter de réelles nouveautés : Les plongeons ont disparu, légèrement compensé par un rythme de course plus rapide. Les lobs sont accessibles et efficaces, ce qui n’a pas toujours été le cas pour un jeu de tennis. Les services, d’une importance capitale, ont de quoi être largement variés avec les touches lift, slices (pour l’effet), et le « service à la cuillère ». On regrettera que les volées soient peu décisives, mais néanmoins utiles sur plusieurs coups.

    Les Stars du Tennis répondent à l’appel !

    Vous aurez compris par ces lignes ci-dessus que Sega a acquis quelques « légendes » (Becker, Edberg et à moindre importance Henman tous à débloquer) pour ce Virtua Tennis 2009 ! Ils tombent à point nommé, au moment où Roger Federer est rentré définitivement dans l’Histoire du tennis. On appréciera également que SEGA se soit offert la licence de la Coupe Davis & Fed Cup (exclusivité) depuis VT3. Malheureusement, cela restera tout aussi bien « exclusif » au mode Tour Mondial (prévoir de longues heures avant d’y accéder !). Pour le détail, on retrouve parmi les joueurs pros quelques doublettes par nationalité, pour peu qu’on veuille malgré tout, faire « comme si » :

    4 Américains : Roddick, Blake, V. Williams, Davendport
    3 Espagnols : Nadal, Ferrer, Ferrero
    2 Allemands : Haas et Becker
    2 « Britanniques » : Murray et Henman
    2 Serbes : Djokovic et Ivanovic
    3 Russes : Sharapova, Kuznetzova et Chakvedatze

    Encore que… le mode « Tournoi » disponible dans le menu « Jouer » n’est pas paramétrable à souhait (tirage au sort automatique). Ainsi, il nous est impossible de ne pas mélanger hommes et femmes dans un tournoi en simple, et de même pour les doubles. Frustrant avec un si bon contenu de joueurs remis à Jour pour l’occasion : Le seul à proposer les 1 à 5 meilleurs mondiaux au Classement ATP Race actuels : Djokovic faisant notamment sa première apparition sur consoles.

    Pour conclure, bien qu’évidemment proche de VT3 (comment aurait-il pu s’en éloigner tout en gardant le concept/l’esprit de la série ?), VT2009 apporte son petit lot de nouveautés (et bugs…). En vrac : Ivanovic, Djokovic, Murray, Nadal dans un même jeu ; Enfin des joueurs « crées » pour le besoin du mode carrière ; une carrière en ligne des plus réussis ; Une nouvelle caméra (non mentionnée dans le test) en vue « au-dessus de l’épaule » aux sensations réels ! ; Et suppression des plongeons.

    Graphismes 14 :
    Virtua Tennis 3 était magnifique dans son temps, aujourd’hui, le même résultat nous donne quelque chose de « beau », mais pas extrêmement poussé. Il en reste que les autres jeux de tennis n’ont à ce jour, pas vraiment proposé mieux… La modélisation des joueurs restent la plupart du temps de très bonne facture. On en dira pas temps des joueurs crées… En maigre nouveauté, on peut toutefois noter la transpiration, absente du 3.

    Jouabilité 16 :
    Peu de changements par rapport au 3 si ce n’est la disparition des plongeons (une véritable plaie pour certains). Le jeu en demeure donc toujours aussi additif, mais attention : Pas moins complexe pour autant ! On apprécie les lobs, efficaces. Mais moins les volées, souvent inefficace en ne s’y reprenant pas à plusieurs fois.

    Bande-Son 12 :
    En voilà un sujet qui fâche. Nombreux sont ceux à être répugné de la musique de Virtua Tennis. Personnellement, elle fait pour ma part intégralement partie de « Virtua Tennis », et donc je m’en accommode très bien. Tous apprécieront, en revanche, le public qui se remplit au fur et à mesure de notre progression en carrière, et nous encourage en conséquence.

    Durée de vie : 17

    C’est principalement dans ce domaine qu’on notera le plus de nouveautés, et c’est bien le plus important ! Cela commence par une grosse MaJ des joueurs. Cela continue par le Mode Carrière allongé mais pas forcément de la meilleure des manières puisque forcément plus répétitif. Sans oublier l’Online HQ du Mode Carrière et l’inévitable Mode Xbox Live, pilier de Virtua Tennis. Également un gros Challenge dès la difficulté « Difficile » et autant à travers les mini-jeux et entrainements, du Mode Carrière, désormais accessible en multijoueur local ou Online ! De plus, le jeu vous force à avancer en solo pour débloquer d’autres courts que ceux du Grand Chelem, ainsi que des joueurs cachés (au nombre de 5)…

    16/20

  • 16.06 à 04:28

    [quote="Sscrew49"]
    D’ailleurs, en parlant de touches, on le fait comment le service à la cuillère ? (y’a un succès pour ça, pis c’est une variante de plus, toujours intéressant).[/quote]

    Tu appuies sur Bas + Y et tu fais Haut rapidement. Pas facile de faire un ace comme ça, mais en amateur sur un tournoi 250 ça passe.

  • 16.06 à 03:02

    [quote="kelanflyter"]les 3 touches sont A, X(ou B) et Y

    Il y a bien trois touches.

    Pour la modelisation des persos desolé, mais ils sont vraiment mal foutus. Je ne dis pas que c’est mieux dans d’autres jeux de sports, mais ca reste minable. S’il y avait eut 3000 joueurs a modeliser j’aurai trouvé ca pardonnable, mais la il n’y en avait qu’une vingtaine. Et les transformer en zombis…. ils ont pas mérité ca les pauvres.

    En tout cas tu as tout a fait raison qu’un bon joueur massacrera carrement un debutant. La preuve je me suis pris des super roustes en ligne ^^[/quote]

    Oups, j’avais oublié le lob quand j’ai écris. Mea Culpa. :S

    D’ailleurs, en parlant de touches, on le fait comment le service à la cuillère ? (y’a un succès pour ça, pis c’est une variante de plus, toujours intéressant).

    Pour la modélisation, les avis sont partagés : JV.com et JVM vont dans mon sens (JV.FR n’en fait pas mention – donc pas choqué…). Tandis que JeuxActu et Gamekult les trouvent mauvais !!!

  • 16.06 à 01:03

    "Ainsi, tout effort de réaliser un personnage à l’air normal – ce n’est pas trop demander quand même – sera voué à l’échec tant les avatars ressemblent invariablement à des zombies."

    Hahaha mais c’est clair on dirait des albinos et ils ont vraiment de sales gueules. :lol:

    Sinon très bon test et les notes me semblent justes. C’est sur que pour le mec qui a eu VT 3, ça ne change pas trop par contre nul doute que le néophyte prendra son pied.

  • 16.06 à 10:00

    les 3 touches sont A, X(ou B) et Y

    Il y a bien trois touches.

    Pour la modelisation des persos desolé, mais ils sont vraiment mal foutus. Je ne dis pas que c’est mieux dans d’autres jeux de sports, mais ca reste minable. S’il y avait eut 3000 joueurs a modeliser j’aurai trouvé ca pardonnable, mais la il n’y en avait qu’une vingtaine. Et les transformer en zombis…. ils ont pas mérité ca les pauvres.

    En tout cas tu as tout a fait raison qu’un bon joueur massacrera carrement un debutant. La preuve je me suis pris des super roustes en ligne ^^

  • 16.06 à 09:22

    Encore que, 3 touches mais il n’y en a en réalité que deux différentes. B et X étant la même. (mais en fonction de la direction du stick, ça peut se transformer en "amorti")
    Et pour appuyer sur le fait que c’est pourtant loin d’être "simple". Hier, j’ai joué avec un français qui me disait qu’il s’était pris une 30aines de défaites de suite à ses débuts, au contraire d’un Top Spin qu’il a eu, et où il lui a été beaucoup plus rapide de se débrouiller Online… L’anticipation est effectivement très importante et nécessite pas mal de concentration, de tactique, de réflexion. Je dis ça, car entendre des "VT, c’est aussi accepter de se faire battre par des amateurs" sur différents sites, j’hallucine. Tu la sens toujours très largement la différence entre le mauvais et le bon… et y’a jamais de "j’étais plus fort mais j’ai perdu" à sortir. Soit t’es le meilleur, tu gagnes. Soit t’es mauvais, tu perds. C’est tout.

    Sinon, il a osé mettre la modélisation des joueurs en points négatifs ! Il est fou ! Certaines oui, mais ça équivaut à 1/4 des persos en étant "sévère". (voir topic du jeu).

    Pour les temps de chargements, je sors d’un SCT3. Et perso, je les trouve juste EXTRA ! Dans SCT3, ils étaient peut-être bien 2à3 fois plus longs (sachant qu’en plus, pour un tournoi, cela nécessitait par exemple deux à trois validation entre plusieurs chargements… pour quitter le match/Valider les paramètres du prochain match sans oublier les moches ralentis à la con. Très "lourd".). Là, c’est juste "parfait". (L) Mais après, c’est donc surement du au fait que j’ai eu SCT avant… (qui en abusait). M’enfin j’ai pas souvenir d’un autre jeu de sport avec des chargements plus courts, moi ça me gêne pas du tout !

    Sinon, rien à rajouter. Si ce n’est d’éventuels précisions avec l’intégration du Online HQ dans le Mode Carrière répartie par progression dans le Mode Carrière de plus, donc aucune raison de ne pas se pencher dessus.

Fiche succès

Sur le même thème