News

07.04.2020 à 13h18 par

Dossier > Des occasions qui se font de moins en moins Rare

Ramenez-moi Joanna

Vous souvenez-vous ? En 2002, Microsoft rachète le légendaire studio anglais pour 375 millions de dollars et son lot de licences pour le plus grand désarrois de Nintendo. La firme de Redmond pense faire l’affaire du siècle en s’offrant un studio ingénieux, riche en inventivité et en maîtrise technique. Mais le studio semble également en bout de courses. Les relations entre Nintendo et Rare sont toujours cordiales mais restent tendues : pour preuve, le logo N64 de Nintendo coupé en deux dans Conker’s Bad Fur Day. Une relation qui a provoqué le départ de certains cadres et le rachat n’a pas aidé à maintenir la cohésion du groupe. Tout d’abord excité par ce nouveau projet, le studio de Rare a produit pour Microsoft 5 jeux en moins de 4 ans :

  • Grabbed by the Ghoulies (Xbox)
  • Conker: Live and Reloaded(Xbox)
  • Kameo: Elements of Power (Xbox 360)
  • Perfect Dark Zero (Xbox 360)
  • Viva Piñata (Xbox 360)

Soit deux titres sur Xbox Originale, deux titres de lancement pour la Xbox 360 et un jeu an un après le lancement de la dernière née à l’époque. Les titres étaient tout ce que pouvaient attendre Microsoft. Ils étaient beaux, -Kameo étant une vitrine technologique au lancement-, originaux (un fps, deux jeux d’action-aventure, un jeu de plateforme, un jeu de gestion) mais même si certains titres sont en-dessous des attentes (Perfect Dark Zero, tu n’as pas ce nom pour rien !), la plupart ne trouvera pas preneur. Et c’est à ce moment que Microsoft comprend que le public Nintendo est trop attaché à la plateforme et ne suit pas le studio et Rare comprend également que de travailler avec Nintendo ce n’est pas la même chose qu’avec Microsoft.

Rare va de nouveau essayer de draguer le public Microsoft sous sa formule Nintendo avec le remake de Jetpac Refuelled, une refonte du trio gagnant de la N64 (Perfect Dark, Banjo-Kazooie et Banjo-Tooie) pour le Xbox Live Arcade, ainsi qu’une suite pour deux de leurs licences :

  • Banjo-Kazooie: Nuts and Bolts
  • Viva Piñata 2 : Pagaille au paradis

Beaux ? Ils le sont ! Originaux également et même trop pour ce troisième Banjo qui n’aura jamais pu trouver le succès espéré. Rare est résigné, les patrons du studio ont quittés le navire pour d’autres horizons et d’anciens de la boite sont promus. Cela ne veut pas dire pour autant que le studio perd en qualité. Il change et il évolue tout en gardant la même philosophie : Innover.

Le résultat ne se fera pas attendre puisque Rare et Microsoft se lanceront alors dans l’incroyable mais terrible outil de Microsoft : Kinect. Oui Microsoft a du bien appuyer pour voir le studio travailler sur sa caméra, mais la première approche vient du studio anglais qui voit ici une nouvelle façon d’interagir avec les joueurs. Résultat ? Kinect Sport pour 3 épisodes ! Néanmoins et bien que les jeux ne soient pas mauvais, Rare peine à retrouver un second souffle. Les titres se vendent mais ne passionnent pas et sont rapidement oubliés. Il faudra attendre 2015 pour voir Rare ressortir la tête de l’eau pour le plus grand plaisir des joueurs. Paradoxal, puisque c’est avec Rare Replay et surtout Sea of Thieves que le vieux loup de mer se refait une santé. Le plaisir de développer avec Microsoft est de nouveau puissant, l’ambiance au sein du studio est bonne et le studio va de nouveau prouver qu’il est capable du meilleur d’un point de vue technique avec sa gestion de l’eau, et toujours aussi innovant avec une formule MMO FPS dans le milieu de la piraterie. Forcément ce n’est pas pour tout le monde et de nombreux fans seront déconcertés, moi le premier, mais la qualité est au rendez-vous : il suffit de lire les nombreux récits des joueurs assidus qui se résument avec l’adjectif Plaisir !

C’est dans la philosophie de Rare ! Pour en apprendre plus sur le studio, nous ne pouvons que vous conseillez de lire L’Histoire de Rare – Volume 1&2 aux éditions Pix’n Love (lien de notre retour de lecture !)

Mais pourquoi parler de ceci maintenant, me direz-vous ? Eh bien nous sommes à quelques mois de l’E3 (bien qu’annulé, son aura survit) et avec une montée en puissance de Phil Spencer au sein de Microsoft et de Craig Duncan chez Xbox,  le vent commence à souffler pour le retour de Rare en grande pompe. Plus particulièrement de l’univers Rareware. Déjà en 2013 pour le lancement de la Xbox One nous avions eu droit à Killer Instinct, puis cette année nous allons avoir droit à Battledoads et nous aurions même pu avoir Conker par Insomniac Games si Microsoft n’avait pas voulu précipiter les choses… Et donc du coup vous voyez où je veux en venir ? Rare et son univers définitivement sur le retour ? Faisons le point !

Après un retour surprise avec la collection Rare («30 Games for 30$») et Sea of Thieves et son incroyable suivi, Rare se lance dans Everwild pour la Xbox Series X. Un titre dont nous ne connaissons pas grand-chose si ce n’est que son uniers s’annonce enchanteur par sa direction artistique, et qu’il semble être un jeu d’exploration en coopération à la manière de Sea of Thieves, mais cette fois-ci sur la terre ferme et dans un monde féerique. Le studio principal se lance donc dans une toute nouvelle licence, mais Rare est un studio grand et un ours pourrait bien cacher le bout de sa truffe, à moins que ce soit une tâche pour Moon Studios ?

En effet, le studio derrière la saga Ori a posté ce petit tweet il y a quelques semaines en référence aux félicitations de Rare pour la sortie de Ori and the Will of the Wisps :

Moon Studios

Difficile de dire si Banjo est de retour officieusement que ce soit chez Rare avec une seconde équipe ou chez Moon Studios qui souhaite s’attaquer à la 3D, mais toujours est-il que la licence continue toujours de faire parler d’elle chaque année et au vu des retours en forme d’anciennes mascottes de jeu de plateforme (Spyro, Crash pour ne nommer qu’eux) il serait étonnant de voir Microsoft continuer de mettre notre ours préféré au placard bien longtemps.

Mais alors que l’ours de Rare n’est pas sûr de faire son retour, je connais des crapauds qui reviendront cette année et surement durant l’été pour couvrir une période maigre en sorties côté Xbox One. Développé par Dlala Studios, le retour de Battletoads semble reprendre tout ce qui faisait le sel de la licence : baston énergique, passages variés avec notamment des phases de courses en véhicules qui risquent d’en faire criser plus d’un ! Le tout est enrobé d’une direction artistique, peut-être discutable, mais avec un style cartoon du plus bel effet.  Nous n’attendons plus qu’une date de sortie et pourquoi  pas un petit live avec Creasy et une partie du staff Xbox-Mag ?

Et si après l’incroyable flop d’Extinction, Iron Galaxy revenait du côté de Microsoft pour proposer un Killer Instinct 2 avec la supervision de Rare ? Il est plus probable de ne rien avoir du tout ou au mieux une refonte visuelle comme ce qu’il y avait eu pour la Xbox One X. Mais imaginez-vous un mode histoire semblable à ce que sait mettre en oeuvre NetherRealm Studios, développeur des Mortal Kombat ? Cela demanderait beaucoup de boulot, mais la licence mériterait une telle attention et cela pourrait amener un public nouveau à venir s’essayer. D’autant plus que cela pourrait être le premier et seul jeu de combat sur nouvelle génération au lancement. C’est beau de rêver.

Bon puisque Conker, c’est difficile de l’imaginer revenir aujourd’hui, en dehors de chez Rare peut-être, il y a une licence qui est pratiquement sûre de revenir : c’est bien Perfect Dark. Via The Initiative avec l’aide de The Coalition ? Il serait répétitif d’évoquer ce que nous avons pu exposer récemment sur ce gros projet de reboot en TPS sur la superbe Joanna. Nous faisons donc parler un ancien de Xbox-Mag, actuellement journaliste chez Jeuxvidéo.com qui retraçait la folle rumeur (sérieuse) qui entoure le retour de la licence chez le nouveau studio de Microsoft :

Le Tweet est à dérouler. Et n’oubliez surtout pas, La pensée d’XM carbure à l’héroïne.

Que pensez-vous du retour en puissance de Rare ? Avez-vous des attentes ? Des studios à proposer pour les licences de Rare qui restent ?

On en parle aussi

Planning

+