News

20.11.2020 à 12h16 par - Rédacteur

Dragon Ball Z Kakarot : Notre avis sur le DLC 2, la Résurrection de F

Not Cooler

Dix mois, c'est la durée qui sépare le second contenu additionnel payant de Dragon Ball Z Kakarot de la sortie du jeu de base. Il faut dire que le premier DLC était arrivé en quelques mois seulement mais s'était montré décevant de par la pauvreté de son contenu. Après Battle of Gods les guerriers Z vont tenter de relever le niveau avec La Résurrection de F, l'arc tiré du dernier film estampillé Dragon Ball Z.

Difficile de ne pas appréhender le retour sur Dragon Ball Z Kakarot de longs mois après la décevante adaptation de l’arc Battle of Gods. L’attente a été étrangement longue et on espérait secrètement que ce laps de temps conséquent aurait permis aux équipes japonaise de CyberConnect2 de proposer un contenu à la hauteur du reste du jeu de base, là où les affrontements avec Beerus et Whis étaient méchamment redondants et s’apparentaient plus à un mode entrainement capable d’augmenter rapidement le niveau de nos héros qu’à une véritable aventure.

b046a71b-4a6b-4f3f-ab80-bf1b2846ad99

Il faut dire que la possibilité d’augmenter nos guerriers Z jusqu’au 250 était un peu exagérée et laissait entrevoir la volonté de tirer sur la corde inutilement. Avec la deuxième partie d’Un Nouveau Pouvoir s’Eveille on peut désormais pousser jusqu’au niveau 300 sans que ce soit franchement utile pour réaliser la majorité des choses demandées. C’est à nouveau sur la planète du Dieu de la Destruction que Vegeta et Goku vont débuter leur aventure, avec une introduction assez rapide de la transformation en Super Saiyan Blue, sans offrir de véritables efforts de mise en scène. Sur Terre on s’organise pour recevoir Freezer revenu de l’Enfer, là aussi avec quelques oublis scénaristiques qui seront préjudiciables pour les joueurs qui n’ont pas vu le film ou les premiers arcs de Dragon Ball Super.

Toujours est-il que le retour sur Terre du tyran oblige le joueur à organiser deux groupes avec Gohan et Piccolo à leur tête. Le joueur peut alors choisir de leur attribuer des soutiens parmi Chaozu, Tenshinhan, Yamcha, Goten, Trunks (enfant), C-18 et Krilin. Des groupes à équilibrer soigneusement puisque Piccolo a un niveau d’expérience bien plus faible que Gohan. Il leur est toutefois possible d’utiliser les objets de gains d’expérience apparus dans le DLC1, les fameuses bouteilles d’eau sacrée. Car sur l’unique map disponible, il va falloir se défaire de véritables hordes d’ennemis. Contrairement au reste du jeu, les combats demandent de supprimer entre 100 et 999 ennemis. Même si le principe ressemble presque à un Muso sur le papier, en réalité les ennemis arrivent au fur et à mesure pour un maximum de dix à l’écran. Une parade qui sert certainement à éviter des chutes de framerates.

6e540c24-bf17-465a-b370-5b19dabf6aa2

Des combats qui obligent à utiliser les soutiens justement pour déclencher ensuite les «combos Z», des attaques en trio (ou en duo) qui se révèlent dévastatrices ici puisqu’elle peuvent éliminer une grosse centaine d’ennemis d’un coup, selon le multiplicateur de combos. De quoi forcer le joueur à diversifier les combats et à se montrer très patient lorsque le niveau des ennemis est sensiblement plus haut que celui du héros. Pas de quoi éviter un sentiment de répétitivité sur la durée, surtout pour ceux qui ont rapidement abandonné la montée en niveau du DLC1. Avec un niveau situé entre 160 et 180, Freezer peut rapidement se montrer mortel pour des personnages situés sous le niveau 150. Il faut donc passer par la case entrainement avec des hordes de différents niveaux, allant jusqu’à des défis de niveaux 300, le challenge ultime de ce contenu additionnel. Autant dire qu’il faudra faire et refaire ces combats un paquet de fois pour obtenir un niveau acceptable pour les joueurs qui partent de loin (115 dans notre cas).

On l’aura attendu un bon moment et malheureusement le résultat est une fois de plus en dessous de nos attentes. La seconde partie d’Un Nouveau Pouvoir s’Eveille est fort heureusement au dessus de la première partie qui n’apportait pas grand chose si ce n’est une nouvelle transformation. Ici les combats prennent une dimension différente mais peinent à se renouveler et introduisent une nouvelle fois un fort sentiment de répétitivité. Orienter une nouvelle fois le principe de cette extension vers la montée de niveaux façon leveling barbant est clairement une mauvaise idée et l’ensemble aurait certainement mérité l’introduction de mécaniques plus diversifiées, ou la présence de nouvelles quêtes annexes. On espère désormais que les développeurs de CyberConnect2 sauront corriger le tir à l’occasion de l’ultime contenu qui devrait être disponible en 2021. 

Actu 24/24

+

On en parle aussi

Planning

+