Jeux

Alan Wake Remastered

Action/Aventure | Edité par Epic Games | Développé par Remedy

8/10
One : 05 octobre 2021 Series X/S : 05 octobre 2021
14.10 à 08h47 par

Test : Alan Wake Remastered sur Xbox One

Pour quelques thermos de plus

Cela fait maintenant seize ans que REMEDY avait teasé l’arrivée d'Alan Wake. Après plusieurs années de développement difficiles, le jeu sort enfin en mai 2010 comme une exclusivité Microsoft studios. Le 5 octobre 2021, il revient sur presque toutes les plateformes sous la forme d'un Remaster, changeant au passage d’éditeur pour EPIC GAMES. Ce remaster est-il à la hauteur? Il a-t-il beaucoup de changements avec le jeu original ? Le test que nous présentons ici se concentre justement sur les nouveautés de cet édition. Voyons ensemble si la magie est toujours présente.

«Les cauchemars ne relèvent pas de la logique et les expliquer n’aurait aucun intérêt, ce serait contraire à la poésie de la peur» ( Stéphen KING ). Le jeu s’ouvre sur cette citation qui nous met en appétit. Les premières minutes du jeu nous plongent dans cette ambiance incroyable que vous avez peut-être déjà connu à l’époque. A ce moment-là, le titre était déjà une très belle démonstration graphique avec des phases diurnes somptueuses, un jeu de lumières et d’ombres qui est à la base du gameplay (nous y reviendrons plus tard) pour un ensemble qui éclate la rétine !

L’équipe a fourni un travail remarquable sur la forme. Alan Wake Remastered s’offre une résolution en 4K et carbure à 60 images par seconde, c’est un réel plaisir de (re)découvrir cette aventure dans ces conditions. Les scènes cinématiques ont bénéficié d’un joli lifting aussi et au passage, notre héros principal a légèrement changé de visage. Ce n’est pas un mal.

alan-wake-bright-falls

Seulement voilà : à l’époque, le titre souffrait d’un gameplay assez raide et quelque peu simpliste. Cela n’a pas changé, lors des combats on sort sa lampe torche et on tire. Cela reste simple oui, mais néanmoins efficace comme mécanique de jeu. Les balades en forêt ne sont pas de tout repos et quelques scènes sont assez tendues, aussi est-il préférable de temps à autres de prendre la fuite. Le coté survival est aussi présent car les munitions et piles pour la lampe torche se font rares pendant certains passages (à noter la disparition de la marque de piles bien connues des consommateurs, présente dans le jeu original). L’ambiance sonore est très bien orchestrée, la bande-son est très bonne. Pour rappel, on retrouve ici le compositeur PETRI ALANKO, dont on a pu apprécier le travail sur les bandes originales de QUANTUM BREAK et CONTROL. Le mixage audio est un peu faible sur un casque ; en revanche sur un Home cinéma c’est parfait, surtout lorsque les ténèbres vous entourent.

sm.alan_wake_remastered_01.750

Côté univers la connexion avec le «Remedy Connected Universe» est bien présente. On rappelle par ailleurs qu’une des dernières extensions de CONTROL fait le lien avec Alan Wake. Ce n’est plus un secret depuis l’annonce de REMEDY, le studio applique une règle simple lorsqu’il s’agit de ses jeux : tout est connecté. Pour un rendu toujours plus immersif, des scènes du jeu se croisent sur des morceaux des OLD GODS OF ASGARD. C’est très efficace, bien rythmé, marquant pour le joueur… Peut-être même plus que la fin du jeu.

Alan Wake Remastered se déroule sous forme de chapitres et il faut à peu près une quinzaine d’heures pour venir à bout de ce scénario haletant. Il y a toujours trois niveaux de difficultés et certains objets uniquement disponibles en difficulté cauchemardesque. Il faudra s’armer de patience si vous souhaitez avoir la collection complète des thermos et autres pages d’écriture, certains de ces objets sont très bien cachés. Calculer son itinéraire est important car, de nuit, l’ombre est omniprésente et les combats peuvent se multiplier ; mais la récompense est toujours au bout du chemin avec un coffre caché contenant de précieuses munitions.

R

Alan Wake Remastered comprend le jeu original et ses deux extensions, Le Signal et L’écrivain. Nous avons droit également à des commentaires audio qui apprennent pas mal de choses sur l’univers et la création du titre. Les extensions apportent un vrai plus pour finir de faire le tour de notre écrivain préféré.

Le Signal ajoute un nouvel élément de gameplay que nous gardons sous silence pour éviter tout spoiler. Les affrontements sont au cœur du gameplay, les combats de plus en plus difficiles à mesure que l’on avance et certainement beaucoup trop présents. Il faudra se montrer insistant sur certaines phases pour une durée totale d’environ 2h30, mais il faut beaucoup moins de temps pour voir les nerfs des joueurs sérieusement éprouvés. L’écrivain est de son côté beaucoup plus simple, il faudra compter environ 2h00 pour connaitre le dénouement de l’histoire. Il ajoute lui aussi un élément de gameplay intéressant. Les combats sont beaucoup moins présents, ce qui équilibre bien le tout.

A l’issue de cette nouvelle expérience avec Alan Wake Remastered, on a juste envie d’une chose : jouer à un Alan Wake 2. Est-il en préparation ? REMEDY n’as pas encore annoncé la suite du jeu. Malgré les nombreuses sorties du créateur du jeu, SAM LAKE, sur Twitter, il ne laisse rien entrevoir. Nous savons que le studio travaille sur un nouveau projet mais le mystère reste entier.

Si vous voulez terminer cette plongée dans l’univers Alan Wake par un petit voyage dans le temps, vous retrouverez ici le test du jeu réalisé sur Xbox Mag lors de sa sortie sur Xbox 360.

8/10
Quel beau travail fait par les équipes de REMEDY ! Techniquement superbe, le jeu est toujours autant efficace. L’histoire prend aux tripes et vous tiendra en haleine jusqu'au dénouement final. S'il s'adresse de prime abord aux joueurs ne connaissant pas la licence, Alan Wake Remastered est aussi un excellent moyen pour les vétérans de revivre, dans de très bonnes conditions, l'une des aventures les plus marquantes de l'ère Xbox 360.

+

  • Histoire toujours aussi prenante
  • Rendu graphique très immersif
  • Ambiance sonore efficace
  • Le REMEDY CONNECTED UNIVERSE

-

    • Gameplay qui date un peu
    • Pas de jauge d’endurance
    • On attend toujours la suite !