Jeux

Autobahn Police Simulator 2

Simulation | Edité par Aerosoft | Développé par Z-Software GmbH

1/5
One : 04 novembre 2020
12.11 à 10h12 par - Rédacteur en Chef

Test : Autobahn Police Simulator 2 sur Xbox One

Plus Derrick que Superman

Dans la grande famille des simulators, je demande les forces de l’ordre. Nous avions eu les pompiers, les chauffeurs-routiers, les forces d’interventions spécialisées dans les aéroports ou encore les apprentis du BTP : voici désormais l’heure d’accueillir Autobahn Police Simulator 2 sur Xbox One, quelques mois après sa sortie sur PS4 et PC. A vous la grande aventure sur les autoroutes de nos cousins germains, mais ne vous attendez pas à revivre un épisode d’Alerte Cobra. On est plus proche ici de l’anthologie du Renard.

Développé par Z-Software, studio allemand qui connait bien le genre puisqu’il a produit sur PC des titres tels que Emergency Ambulance Simulator ou encore Ropeway Simulator (gestion de domaines skiables), Autobahn Police Simulator 2 nous fait donc l’honneur d’une adaptation sur Xbox One, plusieurs mois après être sorti sur PS4. Comme son nom l’indique, Autobahn Police Simulator 2 vous invite à endosser le rôle d’une nouvelle recrue de la police des autoroutes pour y faire respecter la loi et à l’occasion, participer activement à des enquêtes d’une certaine envergure. C’est là la première particularité de ce Simulator qui troque le fonctionnement très sobre et « mécanique » des autres titres du genre pour une approche un poil plus scénarisée. Après avoir sélectionné notre recrue, femme ou homme, et fait notre choix parmi une petite poignée de modèle prédéfinis, nous voilà conviés au poste pour recevoir une première mission. On constate, non sans un certain étonnement, que les dialogues sont doublés en anglais (sous-titrés en français) et que l’on a parfois le choix de la réponse. Ca ne créé pas de grande différence quant à l’issue de la discussion, mais ça rend les choses un peu plus dynamiques et vivantes que d’ordinaire avec les simulators.

A ce stade de la découverte du jeu, et alors que l’on n’a pas encore posé le derrière dans la réplique de BMW Break qui devient le lieu de résidence principal du personnage pour les heures à venir, un constat s’impose déjà. Graphiquement, Autobahn Police Simulator 2 semble sortir d’un autre temps. Sans exagération aucune, on a à faire ici à un jeu qui aurait pu tourner en l’état sur une Xbox originale, tant les éléments qui nous entourent manquent de détails, de finition. Tout est anguleux, disgracieux, flou parfois ; le personnage que l’on contrôle à la troisième personne est raide comme un piquet. La palme du voyage dans le temps revient certainement aux visages des PNJ, aptes à concourir dans la même catégorie que les personnages d’Oblivion. Le regard fou en plus. Le pire dans tout cela c’est que la zone du commissariat, celle où débute notre aventure, est probablement le petit coin de carte le plus soignée visuellement de tout le jeu. Oui oui.

Autobahn Police Simulator test 2

Une fois le désastre graphique -partiellement- constaté, place au cœur du jeu avec une mission servant de petit tutoriel aux bases des déplacements et aux actions primaires. Autobahn Police Simulator 2 peut se distinguer en deux types d’activités qui rythment la progression. Il y a d’un côté les missions de la campagne qui donnent un (tout) petit cadre scénaristique aux enquêtes. On débute par exemple par la recherche d’un filou qui s’amuse à balancer des pierres sur l’autoroute depuis plusieurs passerelles. Cette mission en plusieurs étapes nous permet de découvrir le questionnement (simple) des témoins, la prise de photographies des preuves (simple aussi) ou encore la sécurisation de la zone. Plus tard, on enquête sur un trafic de drogue qui nous conduit à devoir rattraper et prendre en chasse un véhicule suspect. Bref, il s’agit surtout dans la campagne de suivre les consignes pour faire évoluer l’histoire et éventuellement mettre le suspect sous les verrous.

L’autre volet du jeu, beaucoup plus proche de l’idée que l’on se fait d’un simulator, prend comme base la circulation libre sur la map. A partir de là, vous pouvez choisir entre diverses activités, comme le contrôle de la vitesse des automobilistes, celui des papiers ou encore effectuer des tests d’alcoolémie ou d’usage de stupéfiants. Alors que vous roulez, une pression sur LB stoppe l’action et fait apparaitre une roue de sélection permettant de demander à un véhicule de s’arrêter, informer les usagers qu’un accident a eu lieu (et donc de ralentir la circulation) ou le cas échéant, bloquer la circulation. Lors d’un contrôle, Autobahn Police Simulator 2 nous invite à comparer diverses informations disponibles entre le véhicule, la carte grise et les papiers d’identité : à nous de repérer les éventuelles anomalies et prendre la décision qui s’impose, jusqu’à la mise sous les verrous. Toutes ces actions rapportent des points servant à débloquer deux autres véhicules, les rendre plus performants et à aussi à améliorer le commissariat. C’est parfois indispensable pour faire progresser certaines enquêtes, comme faire l’acquisition d’une salle de contrôle des vidéos.

Autobahn Police Simulator test 1

S’il est facile de contrôler les papiers et de vérifier aussi l’usure des pneus, les feux de signalisation ou la présence des éléments indispensables dans le coffre (triangle, boîte de premiers secours… Mais pas le gilet jaune), c’est plus compliqué lorsqu’il s’agit de questions d’alcool ou de stupéfiants. On peut facilement procéder au contrôle, reste cependant à lui donner une interprétation correcte. Il faut se baser sur le comportement du PNJ, sa façon de parler, sa réactivité au test du stylo… Mais franchement, c’est bien compliqué sur un jeu dont la qualité technique ne permet pas de distinguer ce qui est voulu dans le comportement du PNJ de ce qui est complètement aléatoire. De plus grandes explications n’auraient clairement pas faire de mal pour gérer cette partie plus efficacement. Reste que toutes activités considérées, sachant que l’on peut répondre à des requêtes via la radio de la voiture, et intervenir sur des accidents en se baladant simplement sur la carte, on peut mettre au crédit d’Autobahn Police Simulator 2 une certaine envie de proposer quelque chose qui sorte du pot commun des Simulators.

Autobahn Police Simulator test 3

L’ennui c’est que trop, bien trop de problèmes plombent littéralement les quelques bonnes idées d’Autobahn Police Simulator 2. Il y a ceux qui touchent à la prise à la main, terriblement délicate dès lors qu’il faut rouler sur des tronçons étroits, comme des sorties d’autoroute. Même réglée au minimum, la sensibilité de la direction est telle qu’un demi-millimètre de trop sur le stick provoque une embardée. On s’y fait tout doucement (en vue de cockpit notamment, plus facile que l’externe), mais c’est franchement compliqué. A fond sur l’autoroute c’est plus facile forcément ; reste qu’il faut composer avec un trafic qui ne réagit pas du tout à l’usage de la sirène et qui aime bien changer de voie au dernier moment quand vous arrivez e votre côté à 220 km/h. C’est le carton régulier sur la route, problématique lorsque l’on sait qu’une jauge de « chaos » arrivée à 100% vous renvoie directement au début de la mission. On peste aussi contre la mini-map absolument illisible et la carte complète qui elle, ne peut pas être zoomée ! Les premiers pas sur la carte sont compliqués et se tromper de route peut être terrible puisqu’il faut souvent faire plusieurs kilomètres avant de pouvoir trouver une sortie… Heureusement on débloque des points de voyage rapide progressivement. Pour en terminer avec la carte, disons que sa taille est plutôt convenable, mais elle manque cruellement de variations, de tronçons alternatifs. Elle se compose essentiellement d’une immense boucle, coupée en son centre par un autre long tronçon et le reste n’est que poudre aux yeux : les murs invisibles sont légion et on se rend compte au bout de quelques heures de jeu que l’on a fait le tour de chèque mètre de route disponible.

Mais ce qui vient définitivement mettre un coup de frein à la sympathie que l’on peut avoir pour la proposition d’Autobahn Police Simulator 2, c’est son manque flagrant de finition. Non seulement le jeu est graphiquement daté mais il souffre de tous les maux techniques imaginables. Chutes de framerate importantes, clipping à outrance, textures qui ne se chargent pas, collisions complètements farfelues, proportions établies à vue… La liste est bien longue et place malheureusement Autobahn Police Simulator 2 au rang du jeu à la fois le moins beau et le moins bien fignolé que l’on ait croisé sur Xbox One. On espère vraiment que quelques patchs viendront à l’avenir soulager tout cela.

1/5
Autobahn Police Simulator 2 est l’archétype du jeu qui témoigne d’une envie sincère de proposer quelque chose de différent mais qui se vautre totalement en raison notamment d’une qualité graphique et technique bien inférieure au minimum syndical. On peut composer avec bien des choses, mais il est impossible ici de fermer les yeux sur cet improbable cumul entre graphismes d’un autre âge et soucis techniques à foison. Absolument tout y passe. En ajoutant à cela une conduite délicate, une map frustrante et quelques actions qui auraient mérité un peu plus de soin, on se retrouve face à un jeu qui ne parvient pas à faire émerger ses quelques bonnes idées. Il y a du bon dans Autobahn Police Simulator 2, car c’est véritablement un titre qui tente de proposer une expérience simulator moins austère et rébarbative que ses pairs. Malheureusement, rien n’incite à creuser suffisamment loin pour en tirer une quelconque satisfaction.

+

  • Approche « Simulator » plus dynamique que d’habitude
  • 100% Police routière, avec quelques bonnes petites idées
  • Textes en français
  • Carte pas désagréable à découvrir…

-

    • … Mais bien vite vue
    • Et complètement illisible
    • Graphiquement digne d’une Xbox Originale
    • Cliping, tearing, scintillements : tout y passe
    • Framerate sous stupéfiants
    • Conduite trop sensible pour être agréable
    • Collisions absurdes
    • Le trafic a un comportement étrange
    • On aurait aimé un tutoriel plus développé
    • Trois véhicules seulement

Sur le même thème