Jeux

Breakers Collection

Combat | Edité par Qubyte | Développé par Qubyte

7/10
One : 12 janvier 2023 Series X/S : 12 janvier 2023
19.01 à 09h05 par - Rédacteur

Test : Breakers Collection sur Xbox Series X|S

Here Comes an Old Challenger

Au milieu des années 90, alors même que les regards commençaient à se tourner vers la baston 3D et la promesse de nouveaux horizons, nombre de studios tentaient encore de coller au train de Capcom et son Street Fighter II. Il fallait un certain courage, d’autant qu’il était impossible de se douter que les jeux en question, parfois voués à l’anonymat, auraient dans les années 2020 l’occasion de vivre leur meilleure vie. C’est précisément ce qui arrive aujourd’hui à la franchise Breaker’s, avec la sortie sur les consoles Xbox de Breakers Collection.

L’histoire de la renaissance de Breaker’s aurait pu prendre un tournant malheureux. Il faut dire que baptiser « Breakers Collection » un ensemble de deux jeux à peu près identiques est un pari osé. Breakers Collection comprend ainsi Breaker’s et sa « suite », Breaker’s Revenge. On met le mot « suite » entre guillemets car il s’agit plutôt d’une réédition sensiblement améliorée, un équivalent au Super et autres Turbo chez le maitre Street Fighter II. Breaker’s nous arrive tout droit des salles d’arcade japonaises où il a officié entre 1996 et 1998 environ, au travers donc de deux éditions. Développé par Visco sur Neo Geo MVS, Breaker’s a par ailleurs fait un petit tour sur les systèmes AES et CD de la machine de guerre SNK, avant de s’offrir un passage sur la Dreamcast de SEGA… En 2017. Cantonné jusque-là à des sphères composées essentiellement d’archi-connaisseurs de l’univers baston, Breaker’s sonne donc l’heure de la révolte, de la réhabilitation sous l’égide de l’éditeur brésilien Qbyte qui a fait de la résurrection de titres pointus sa spécialité. La tache n’est cependant pas évidente : on parle d’un jeu sorti sur le tard pour concurrencer les cadors du genre, difficilement accessible pour le grand public à l’époque et – c’est peu de le dire – ouvertement inspiré de Street Fighter II.

breakers-collection-test-1

En dépit de ce contexte de départ pouvant apparaitre sur le papier comme peu favorable, Breakers Collection s’affiche rapidement comme une très bonne expérience de baston 2D. Probablement parmi les plus convaincantes que l’on a croisé ces dernières années sur les consoles Xbox. Cela vaut aussi bien pour Breaker’s que pour Breaker’s Revenge, tant les différences sont minimes entre une version et l’autre. Cela malgré un casting validé par Comme J’aime avec huit personnages d’un côté, un de plus côté Revenge. Oui, la même année que Breaker’s Revenge sortait KOF’98 avec 38 combattants et c’est étrange à dire.

La faiblesse du casting est d’autant plus évidente que les jeux qui composent cette Breakers Collection sont tellement inspirés de Street Fighter II (et d’autres) que ça peut en devenir risible. Sho est ainsi un mélange entre Ryu, Ken et Guy de Final Fight, tandis que Tia partage son apparence avec Blaze de Streets of Rage et sa palette de coups avec Chun-Li. Mimiques et poses incluses. Ajoutez à cela un Dhalsim venu d’Egypte et un T-Hawk qui serait né dans une autre tribu amérindienne et vous avez une idée du niveau d’originalité du casting de Breakers Collection. Ce manque d’inspiration (ou la trop grande aspiration, au choix) se ressent également du côté des arènes, parfois totalement pompées sur Street Fighter II ; mention spéciale au pendant féminin de Blanka qui doit être aussi sa voisine de hutte.

breakers-collection-test-2

A ce stade de votre lecture vous vous demandez peut-être ce qui a pu nous faire dire un peu plus haut que Breakers Collection est un très bon choix pour les amateurs de baston 2D ? Eh bien cela tient en deux choses : la qualité du jeu manette en main et le très bon travail opéré sur le portage. Le plaisir de jeu que procure Breakers Collection est inversement proportionnel à son originalité esthétique. En un mot, immense. Les combats sont vifs, plus rapides que ceux qui étaient proposés à l’époque par nombre de jeux du genre. On a le plaisir de jouer à quelque chose qui mêle la touche artistique d’un Fatal Fury pour ses gros sprites et The King of Fighters 98 et ultérieurs pour le dynamisme de son action.

Pour la qualité des animations, aussi, qui traduisent parfaitement la vivacité des affrontements. Les commandes répondent bien pour exécuter une palette de coups plutôt traditionnelle, avec son lot d’attaques spéciales, chopes et autres attaques super spéciales à déclencher lorsque la barre dédiée atteint le niveau suffisant. Bref, rien de révolutionnaire, même à l’époque, mais l’ensemble fonctionne parfaitement bien. On apprécie surtout la capacité des jeux Breaker’s à se montrer accessibles en offrant des possibilités de combos simples et dynamiques, en même temps qu’il laisse la possibilité aux guerriers aguerris de réaliser des enchainements longs, précis et dévastateurs. Si vous avez le sentiment d’avoir déjà entendu ça pour d’autres jeux, dites-vous que l’on a avec Breakers Collection quelque chose d’encore un peu plus poussé en termes de progression. Un véritable plaisir à jouer, tout simplement.

breakers-collection-test-3

L’histoire plus ou moins récente des portages nous a toutefois appris que les renaissances peuvent virer au cauchemar si le rituel est mal exécuté. Mais Qbyte en a l’habitude et réalise avec Breakers Collection une adaptation de très grande qualité. Il y a tout d’abord celle du jeu qui tourne comme un charme, sans l’ombre d’un ralentissement ou bug quelconque. Puis il y a la bonne dose d’envie de bien faire les choses côté contenu : aux côtés du mode arcade traditionnel et ses huit niveaux de difficulté on retrouve le versus local bien sûr mais également un mode Team Battle inédit.

Libre à nous donc de tenter l’aventure en 2vs2 ou 3vs3. On dispose par ailleurs d’un mode entrainement, d’une galerie plutôt sympathique et surtout de la possibilité de s’affronter en ligne. Breakers Collection dispose de lobbys, de la possibilité de recevoir des invitations et propose (à la discrétion des joueurs) d’activer le crossplay. Il est total et permet donc aux joueurs Xbox One, Series, PS4 et 5, Switch et Steam de s’affronter en ligne. Qbyte a mis toutes les chances de son côté pour que les choses se passent bien puisque son Breakers Collection s’appuie sur un netcode rollback pour assurer le meilleur confort de jeu possible en ligne. Ajoutez à cela trois types d’affichage (original, zoomé, 16:9), des papiers-peints, des filtres (pour adoucir ou simuler les scanlines) et vous avez un jeu de baston robuste, porté aussi bien que possible. On en oublierait presque sa bande-son… Qu’il valait de toute façon mieux oublier.

7/10
Les années 90 sont encore capables de nous surprendre par la qualité de certains jeux apparus alors et dont on ignorait parfois l’existence. Derrière sa piètre inspiration artistique et la faiblesse de son casting Breakers Collection délivre une expérience baston 2D de très bonne facture. On prend un grand plaisir à jouer et on est bien aidé en cela par la grande qualité du portage proposé par Qbyte. C’est très propre, sans faille et bien augmenté sur le volet des modes de jeu, notamment côté online où Breakers Collection semble avoir les épaules assez larges pour se faire une place auprès de la communauté. En somme une bien belle surprise.

+

  • Gameplay précis, dynamique
  • Offre une belle courbe de progression
  • Portage de grande qualité
  • Des ajouts bienvenus pour compléter l’offre d’origine
  • Volet online ambitieux

-

    • Une « collection » de deux jeux sensiblement identiques
    • Casting archi-réduit
    • Tellement peu inspiré artistiquement que c’en est parfois drôle
    • Bande-son oubliable