Jeux

Cursed to Golf

Golf | Edité par Thunderful Games | Développé par Chuhai Labs

8/10
One : 18 août 2022
18.08 à 14h01 par - Rédacteur en Chef

Test : Cursed to Golf sur Xbox One

Gazon maudit

Les développeurs japonais de Chuhai Labs ne trainent pas. Fondé en 2020, le studio de Kyoto enchaine les productions avec déjà un deuxième projet qui voit le jour après Whitewater Wipeout, un jeu sorti sur la Playdate de Panic. Après le surf, voici donc le golf, et une sortie sur des supports plus traditionnels cette fois-ci. Un premier essai teinté d'originalité, que l'éditeur Thunderful Games aimerait bien convertir façon "hole in one".

Pas toujours très emballant à regarder en tant que sport, le golf a pourtant rapidement su trouver les arguments pour satisfaire les joueurs de jeu vidéo. Il en existe désormais de toutes sortes, avec les simulations estampillées PGA Tour, et les jeux typés arcade bien souvent emmenés par Mario et sa clique. Parfois on trouve des productions plus confidentielles qui parviennent à sortir de cette situation binaire, comme avec Golf Story ou RPGolf Legends qui parviennent à utiliser le sport comme prétexte pour finalement nous servir une aventure intéressante et originale à jouer. C’est un peu l’esprit emprunté par Cursed to Gold et les développeurs nippons de Chuhai Games.

screen_shot_4142

Tout commence lors d’une compétition mondiale de golf que vous êtes sur le point de remporter haut la main. L’occasion de nous familiariser avec les mécaniques principales de gameplay puisque cette introduction prend la forme d’un tutoriel. Les commandes sont assez simples à appréhender avec trois étapes à passer pour pouvoir taper la balle. Tout d’abord il faut sélectionner un club parmi les trois proposés, puis ajuster la puissance, et enfin déterminer l’angle de frappe grâce à la courbe de pointillés qui nous montre la trajectoire que prendra notre balle après avoir été tapée. Un concept simple mais qui propose une vraie difficulté puisque l’angle n’est pas déterminé par le joueur. En effet, la trajectoire en pointillés est en perpétuel mouvement, et il est nécessaire d’anticiper un minimum la frappe pour envoyer la balle où on le souhaite.

Et de la précision, il en faut pour parvenir à dompter Cursed to Golf. Car le Purgatoire Golfique, lieu qui vous accueille en attendant de connaitre votre sort définitif, prend la forme d’un rogue-like assez exigeant. Comme pour un parcours de golf classique, ce sont 18 trous qu’il faut terminer pour espérer quitter cet endroit pas franchement accueillant. Pour cela, le joueur commence chaque trou avec cinq coups au compteur et doit faire face à des niveaux générés aléatoirement. Les niveaux ne sont absolument pas linéaires et proposent de nombreux raccourcis, obligeant le joueur à observer et à analyser la disposition de son environnement plutôt que de se lancer tête baissée. Il faut également éviter les pièges puisque les bassins d’eau vous font perdre un tour, tandis que les bunkers vous ralentissent. Au fur et à mesure des lieux visités, de nouveaux dangers viennent encore complexifier l’aventure. Heureusement, le joueur peut tout de même compter sur la présence d’idoles, de petites statues d’or ou d’argent qui, une fois brisée par votre balle, vous permettent de récupérer 2 ou 4 coups supplémentaires. Là aussi, leur emplacement oblige le joueur à réfléchir un peu afin de déterminer comment les casser tout en en tirant un véritable avantage. Il est également nécessaire de prendre en compte la nature du terrain où se situe votre balle puisque le rough vous empêche d’utiliser le driver, tandis que le sable oblige à taper la balle avec un wedge.

5b276950-c7fb-421a-86ff-8d90d8483d99

De quoi apporter un peu de variété au gameplay, complété par la présence de cartes As qui contribuent à offrir encore un peu plus de profondeur à l’ensemble. On l’a dit, Cursed to Golf est un jeu plutôt compliqué car exigeant, et ces cartes vont rapidement devenir votre meilleur atout pour espérer passer certains niveaux. Ces cartes sont multiples et offrent des avantages importants selon les situations. De la carte qui ajoute un ou plusieurs coups à votre total restant, à celle qui permet de faire changer votre balle de direction en plein vol, jusqu’à la carte qui transforme votre balle en appareil téléguidé, ou celle qui annule votre dernier coup, elles deviennent vite une ressource indispensable. Il est possible de les acheter dans des magasins éparpillés sur la carte du monde, ou à récupérer dans des packs bronze, argent, or ou mystère, en échange d’un peu d’argent. En bon vieux rogue-like, il est possible de conserver plusieurs cartes, jusqu’à 40, dans un livre de collection pour les récupérer sur la run d’après et ainsi se donner un peu plus de chance de réussite. La map est également composée d’embranchements qui laissent le choix au joueur entre une route classique avec peu d’avantages, et une route plus intéressantes mais ponctuée d’un niveau «maudit». La difficulté augmente encore d’un cran avec des malus qui peuvent introduire du vent, faire disparaitre toutes les idoles ou même retourner votre écran et vous obliger à jouer à l’envers. Evidemment, si votre compteur de coups arrive à zéro avant d’avoir mis la balle dans le trou, c’est retour à la case départ. Seul un petit bonus récupéré après le premier boss offre la possibilité de placer un checkpoint pour bénéficier d’une seconde chance.

Pas grand chose à dire du côté de la technique si ce n’est que le jeu adopte un design rétro très réussi. Les animations sont de qualité que ce soit pour notre héros et ses postures mignonnes, que pour les boss ou les environnements. Le tout transpire les années où les 16-bit régnaient en maître, avec des musiques bien réalisées sans être pour autant inoubliables. Les développeurs de Chuhai Labs sont parvenus à construire un univers agréable à parcourir, avec une direction artistique qui ne sort pas vraiment du lot mais qui a l’avantage d’être suffisamment propre et soignée pour combler les joueurs qui y attachent une certaine importance.

8/10
Cursed to Golf parvient à mixer l'univers du golf et celui du jeu de plateformes avec brio, tout en offrant une profondeur de gameplay totalement inattendue. Le titre de Chuhai Labs n'est toutefois pas à mettre entre toutes les mains, son aspect rogue-like lui conférant un certain niveau de difficulté, ce qui lui offre au passage une excellente durée de vie pour les joueurs à la recherche de challenge.

+

  • Excellente profondeur de gameplay
  • Très bonne durée de vie
  • Principe des malédictions bien trouvé
  • Design 16-bit mignon
  • Scénario sympa et textes en français

-

    • Difficulté parfois excessive
    • Système de checkpoint très limité