Jeux

Deathloop

Action | Edité par Bethesda Softworks | Développé par Arkane Studios

10/10
One : 20 septembre 2022 Series X/S : 20 septembre 2022
20.09 à 12h01 par

Test : Deathloop sur Xbox One

Attention, chef d'oeuvre !

Sorti exclusivement sur PlayStation il y a un an, Deathloop, titre développé par le studio Arkane Lyon, débarque dans le Xbox Game Pass pour permettre aux joueurs de la console américaine de rattraper leur retard. Un retard qu’il ne faudra pas trainer à combler tant l’expérience proposée par le jeu est absolument fantastique, pour ne pas dire culte ! On vous explique.

Comme souvent avec les jeux Arkane, Deathloop n’est pas un énième FPS proposant un concept lambda ou déjà vu et revu de nombreuses fois auparavant. Dans le cas présent, vous prenez les commandes de Colt, en assistant dès le début du jeu à son assassinat. Votre meurtrier ? Une certaine Julianna, une femme qui semble vous connaitre plutôt bien. Là, vous vous réveillez sur une plage, dénué de tout équipement. S’ensuivent des questions et des interrogations auxquelles personne ne semble pouvoir répondre, à l’exception de ces textes qui apparaissent sur votre écran et qui s’intègrent dans le décor. C’est l’une des premières excellentes idées de Deathloop. Vos premiers pas vous amènent ensuite à trouver une arme, puis un appareil pour pirater les appareils électroniques. Vous parvenez alors, au bout d’un tunnel, à vous échapper et à découvrir Blackreef, une ile peu accueillante qui regorge de secrets et de possibilités.

Deathloop 5

Si ce postulat de départ peut s’avérer simpliste et déjà vu, c’est surtout le concept de la boucle temporelle qui rend le tout savoureux et absolument génial ! Chaque journée est divisée en quatre moments bien distincts : le matin, le midi, l’après-midi et la soirée, tandis que l’ile offre quatre zones différentes. Mieux, en fonction du moment de la journée où vous voyagez, les interactions ne sont plus les mêmes, tout comme le nombre d’ennemis. Un exemple ? Des objets auront peut-être disparus le soir, mais si vous y retournez dans une autre boucle au matin, ils vous sera possible de les retrouver.

Le système de jeu et son scénario, sont centrés sur ce principe et cela donne un résultat bluffant d’intelligence qui fait de Deathloop l’une des meilleures expériences FPS de ces dernières années, rien que ça. Et surtout, ne vous inquiétez pas si, au début, le jeu semble compliqué. Il est normal de se sentir perdu et démuni lors des deux ou trois premières journées. Il faut le temps que tout se mette en place et que vous apprivoisiez les mécaniques du jeu.

Deathloop 4

Les mécaniques, parlons-en. Au début de l’aventure, vous remarquerez que tout l’arsenal que vous vous procurez disparait au terme de la boucle qui vous renvoie à votre point de départ. Un aspect plutôt frustrant que les développeurs ont bien entendu tenu à modifier (tout en l’expliquant dans le jeu). Arrive un moment où il est possible, moyennant une quantité d’ « énergie » bien particulière, de sélectionner les objets que l’on souhaite conserver d’une boucle à l’autre. Dès lors, il est possible de garder en réserve certaines armes et leurs accessoires, ou encore les pouvoirs trouvés durant nos recherches. Ces derniers offrent d’ailleurs des perspectives de gameplay variées qui peuvent faciliter votre expérience jeu (on pense notamment à celui que l’on reçoit dès le départ et qui nous permet de mourir deux fois avant que la boucle ne recommence), tant au niveau des déplacements que des combats.

Des combats qui seront retors et qu’il ne faut absolument pas prendre à la légère. Dans Deathloop, il est difficile d’affronter les dizaines d’ennemis de front. Il est vivement conseillé de réfléchir et de profiter de l’environnement pour atteindre son objectif. C’est d’autant plus vrai que Julianna, notre charmante amie qui nous donne la mort au début du jeu, peut apparaitre à n’importe quel moment et à n’importe quel endroit pour venir nous tuer. Une situation qui n’est pas rare, et qui crée inévitablement une tension qui contribue à l’expérience de jeu.

Deathloop 3

Du côté de l’environnement, les quatre zones du jeu nous invitent tantôt dans une ville ou une usine, tantôt sur un glacier et un récif. Et si elles sont bel et bien distinctes les unes des autres, elles ont pour point commun de profiter d’un level-design exceptionnel, comme souvent avec les jeux Arkane. Les possibilités offertes par Deathloop sont nombreuses et un parcours ne ressemble jamais à un autre. Ainsi, il est possible en ville, par exemple, d’atteindre le point fixé en passant par les ruelles, mais également en découvrant un passage secret qui mène sous les maisons, ou encore en virevoltant de toit en toit. L’offre de gameplay est une nouvelle fois intelligente, puisqu’elle peut s’adapter au gameplay du joueur. Un gros plus pour qui souhaite découvrir le titre de différentes manières.

Du côté de la personnalisation, il est temps de se pencher sur l’équipement de notre personnage. Ce dernier regorgera de toutes les trouvailles que vous ferez lors de vos sorties, en sachant que Colt ne peut porter que trois armes, trois pouvoirs (dont celui pour éviter la mort deux fois qui ne peut être enlevé) et quatre améliorations. À vous, en tant que joueur, de mettre la main sur les bons éléments, d’infuser l’énergie pour les conserver et ensuite de vous créer un attirail qui vous convient. Ensuite, en fonction de votre expérience de jeu, il est possible d’imaginer un équipement entièrement tourné sur les armes à courte portée, ou au contraire de se focaliser sur les snipers. Les armes peuvent être améliorées à l’aide d’accessoires qui les rendent plus performantes, tandis que les améliorations permettent à notre personnage de courir plus vite, d’être plus discret, de sauter plus haut… Les possibilités sont nombreuses et le tout se fait de manière très instinctive. Une fois de plus, Arkane fait des merveilles !

Deathloop 2

Bref, revenons quelque peu à l’histoire et à son déroulement. Si au départ, tout semble nébuleux, c’est au fil de vos découvertes et de vos recherches que le tout prend forme. D’ailleurs, Deathloop pousse résolument le joueur à être attentif à tous les documents (écrits ou audio) qui sont disséminés dans les zones. Chacun d’entre eux apporte sa dose d’informations et contribue à la création du fil rouge. Ce dernier se dessine d’ailleurs dans le menu et se déploie, tel un immense schéma, sur plusieurs niveaux. Les informations se placent alors au bon endroit et il est possible de définir à quel moment de la journée il faut se rendre à tel endroit afin de croiser telle personne ou récupérer tel objet. Encore une fois, on ne peut que saluer le travail des développeurs qui ont créé un univers cohérent et pertinent dans lequel on voyage avec énormément de plaisir et de curiosité. D’ailleurs, sans en dévoiler davantage, le scénario et l’objectif que l’on se fixe passe par une réflexion qui, tel un puzzle, prend forme petit à petit jusqu’à atteindre sa conclusion.

Sur le plan purement technique, Deathloop ne déçoit pas. Sur Xbox Series X, le jeu est fluide du début à la fin, n’accusant aucun ralentissement ou aucune baisse de framerate. La ville est propre et les textures sont lisses (seul bémol : ces miroirs qui ne reflètent rien), et aucun clipping n’a pu être observé durant l’intégralité de la partie. Arkane rend ici une copie très propre dont le seul bémol pourrait être les rares bugs de collision qui se sont comptés sur les doigts d’une main et qui, à eux seuls, ne peuvent entacher une expérience de jeu aussi solide que celle proposée par Deathloop. Une expérience qui est d’ailleurs à saluer sur le plan sonore. Les musiques sont pertinentes et adaptées aux situations, tandis que le doublage en français est tout simplement excellent ! Enfin, mention spéciale aux vidéos qui viennent s’intercaler à certains moments de l’histoire et qui sont dotées d’une identité visuelle aussi forte qu’originale.

10/10
Vous l’aurez compris, ce test de Deathloop aura été un véritable plaisir ! Le jeu de Arkane Lyon s’offre une place parmi les FPS les plus originaux et les mieux construits de ces dernières années, proposant une expérience de jeu personnalisable et intelligente que l’on n’a pas souvent eu l’occasion de voir. C’est clairement un must-have du Xbox Game Pass et probablement l’un des jeux les plus ambitieux depuis la sortie de Bioshock, notamment. À faire et à découvrir, sans attendre. C’est un chef d’œuvre, rien de moins.

+

  • Doublage exceptionnel ;
  • Musique et ambiance sonore remarquables ;
  • Visuellement très propre ;
  • Concept intelligente, novateur, surprenant ;
  • Quatre zones, quatre moments de la journée : une idée géniale ;
  • Level Design exceptionnel ;
  • Expérience de jeu adaptée au joueur ;
  • Recherche et découvertes valorisées ;
  • Difficulté parfaitement dosée.

-

    • Si on pinaille, il y a bien eu quelques bugs...