Jeux

Farming Simulator 22

Gestion | Edité par Giants Software | Développé par Giants Software

8/10
One : 22 novembre 2021 Series X/S : 22 novembre 2021
11.12 à 08h17 par - Rédacteur

Test : Farming Simulator 22 sur Xbox One

Un vent dans les sols

Trois ans que nous n’avions pas eu le plaisir de passer l’automne en compagnie de Farming Simulator… Une éternité ! Une nouvelle génération de consoles est apparue entre temps et a fait dès lors grandir nos attentes autour de cette franchise qui règne en maitre sur l’univers des simulators sur consoles. Nous savions que le développeur Giants Software avait prévu de nombreux ajouts pour sa franchise fétiche, on était impatient de savoir si cela valait le coup. L’heure de la récolte a sonné !

Presque aussi ancienne que le simulator lui-même, la franchise Farming Simulator n’a eu de cesse de se bonifier avec le temps. Arrivé sur Xbox 360 avec l’édition 2013, Farming Simulator nous a depuis permis de prendre plaisir à faire naitre et voir grandir une exploitation agricole. Si l’on se limitait par le passé à la culture céréalière, on a eu depuis l’occasion de voir grandir le nombre de cultures de ce côté et d’accueillir aussi le coton, la betterave sucrière ou encore la pomme de terre. Farming Simulator a aussi intégré au fil du temps l’élevage : vaches, cochons, poules, moutons et chevaux (qu’il est possible de monter) ont ainsi apporté une bonne dose de variété au champ des possibles. N’oublions pas non plus la sylviculture, ajout excellent de l’édition 2015 qui a donné un grand coup de neuf à la formule pour les plus pointilleux. Pourquoi parle-t-on de cela ? Parce que toutes ces choses se retrouvent dans Farming Simulator 22 et que s’en ajoutent bien d’autres encore.

Farming Simulator 22 champs

Selon votre niveau d’expérience, vous avez comme dans Farming Simulator 19 le choix de débuter avec une ferme archi-préparée ou à l’inverse en ayant la charge de bien répartir votre budget en vue des vos premiers achats. Sinon il y a une autre solution viable : un entre-deux qui vous guide sans vous mâcher le travail. Il est également question de choix avant de débuter en ce qui concerne la carte sur laquelle s’installer. Au nombre de trois, les environnements de Farming Simulator 22 apportent la variété nécessaire au développement plus ou moins prononcé d’un certain type d’activité. On peut ainsi partir à Elmcreek, dans le midwest américain, pour concentrer son travail sur les grandes cultures céréalières entre autres. En allant du côté d’Erlangrat et ses alpages, c’est plutôt l’élevage qui est au cœur de l’exploitation agricole. On retrouve enfin -et c’est la sympathique surprise de ce Farming Simulator 22- la carte du « Haut-Beyleron ». Dans un décor inspiré par la campagne du Sud de la France, on est alors là où il faut pour expérimenter les nouvelles cultures proposées par le jeu cette année.

Outre l’ajout du sorgho, Farming Simulator 22 se distingue par la possibilité offerte au joueur de se lancer dans la culture de l’olivier ou de la vigne. Voilà bien quelque chose qui parle aux sudistes ! Et comme on en a l’habitude avec la franchise, qui dit nouvelles cultures dit équipement de pointe et sous licence pour s’occuper de tout cela. On en profite pour évoquer le nombre massif d’équipements, véhicules, consommables que propose le jeu, et sous licence s’il vous plaît. Ce sont ainsi plus de 400 pièces d’équipement qui sont proposées, pour tous vos besoins. Une centaine de marques est de la partie : New Holland, Massey-Fergusson, Stihl (tronçonneuses et équipements pour le personnage), John Deere, Fendt, Case… Difficile de nommer tout le monde mais une chose est sûre, les amateurs apprécient. On retrouve donc de quoi s’occuper de nos oliviers et vignes avec efficacité et une bonne dose de Claas. C’est d’autant plus vrai cette année que Farming Simulator 22 fait grandir les options pour créer et vêtir notre personnage. Ici encore, les marques phares du monde agricole sont là.

Farming Simulator 22 olives-vignes

Tous les moyens sont bons et se déploient pour vous permettre de faire du blé dans Farming Simulator 22, avec divers niveaux de « difficulté » côté gestion financière, soit un coût des charges plus ou moins élevé. Dans tous les cas, à défaut de risquer la faillite en facile, il vous faut cravacher pour gagner vraiment de l’argent. C’est d’ailleurs d’autant plus délicat cette année, mais aussi autrement plus gratifiant, avec l’introduction de la saisonnalité. Ce manque qui pesait sur les anciens Farming Simulator est comblé et le jeu nous propose désormais (si on le souhaite), d’appliquer un cycle saisonnier. Vous connaissez le système de gestion du temps, avec les heures que l’ont peut faire avancer en temps réel et jusqu’à x120 ; on ajoute ici à cela douze mois, durant par défaut une journée dans le jeu (mais on peut augmenter cela). Le cycle saisonnier a un impact fort sur le gameplay : nous voilà obligés de respecter un calendrier pour pouvoir planter/récolter. Le gain de réalisme est appréciable, l’aspect stratégique est plus fort, un mot : génial. Mais si vous trouvez cela trop contraignant, pas de souci, l’option est désactivable à tout moment.

Travailler au fil des saisons implique une période « morte », propice dans ce cas à l’entretien, la préparation des terrains, la sylviculture pourquoi pas. On peut aussi investir dans des serres et produire fraises, choux et salades. Il y a aussi les ruches, dont on peut extraire le miel tout en profitant d’une meilleure pollinisation et donc d’un meilleur rendement pour les cultures. La production peut être vendue… Ou n’est-il pas plus intéressant de faire entrer cela dans une véritable chaine de production ? C’est l’autre grosse nouveauté introduite par Farming Simulator 22. Activables à certains endroits de la carte ou directement constructibles depuis le menu dédié, moulins, boulangeries, restaurants, manufactures textiles et autres points de vente permettent de transformer et vendre la production pour maximiser les gains. En produisant du blé, on peut obtenir de la farine au moulin, puis avec cette farine faire tourner la boulangerie locale. Ceci est l’exemple le plus simple de Farming Simulator 22 ; on peut aller beaucoup plus loin avec la restauration ou le textile, véritable mine d’or pour les producteurs de coton un tant soit peu organisés. La chaine de production est l’élément qui avec le cycle saisonnier redéfini significativement l’expérience Farming Simulator.

farming sim 22 saison 4

Le nombre de cultures et d’installations immense fait que l’on peut jouer à Farming Simulator 22 d’une façon tout à fait différente de celle de notre voisin, tout en y prenant un plaisir égal. C’est la grande force de ce jeu qui offre par ailleurs la possibilité, comme ses aînés, de partager les tâches avec d’autres joueurs en ligne. Et comme Farming Simulator 19, l’édition 22 intègre déjà pas mal de mods créés par une communauté investie. Il y a de quoi combler quelques manques ou se faciliter grandement l’existence avec un mod « subvention de l’Etat » qui vous octroie quelques millions par-ci par-là. Bref, le contenu est absolument titanesque et promet des dizaines d’heures de jeu sans ennui. On trouve toujours quelque chose de neuf à expérimenter. On a d’ailleurs un peu plus de temps pour nous dans Farming Simulator 22, du moins si les finances suivent : les ouvriers sont plus efficaces, précis et peuvent faire plein de choses comme aller livrer la production ou ramener un véhicule depuis n’importe où sur la carte. Un soulagement, surtout pour les joueurs qui aiment varier les plaisirs et se lancer dans une tonne de choses à la fois.

On a passé un bon nombre d’heures sur Farming Simulator 22 pour vous en dire tout le bien que l’on en pense. Cela a été aussi l’occasion de constater de près les choses qui fâchent et qui, pour la plupart, de date pas d’hier. On a beau avoir l’habitude des menus, des conditions à respecter pour faire telle ou telle chose, ou des raccourcis manette pour faire tout ce qu’il y a à faire : on se dit que le néophyte devra faire preuve de moult courage pour braver la difficulté d’accès au jeu. Il n’est pas toujours et forcément évident de savoir comment faire quelque chose et le jeu devrait se montrer plus exhaustif dans ses explications, bien qu’il offre sur son site web une large palette de tutoriels.

Farming Simulator 22 labourer

Le jeu n’est pas exempt de bugs. Si aucun ne nous a contraint à l’abandon ou quelque redémarrage de console, on a eu à faire à une IA récalcitrante, des options qui ne répondent pas (retour au menu puis à la partie obligatoire), un produit qui n’est pas accepté dans un magasin où il est supposé l’être. Le plus flagrant demeure, comme toujours, du côté de la physique étrange et des bugs de collision qui vont de pair. Si les gros véhicules répondent bien, attention à leurs cousins légers (comme des plumes) : c’est du grand n’importe quoi qui donne lieu à des accidents invraisemblables. Comme dans tous les Farming Simulator, il faut composer avec des petits manques de finition.

L’aspect « cul entre deux sillons » se constate aussi d’un point de vue technique, avec un jeu qui souffle le chaud et le froid. On a d’un côté des véhicules et objets officiels merveilleusement bien modélisés. Artistiquement c’est très plaisant et magnifié par les changements de saison. Chaque mois dispose de son ambiance et c’est extrêmement bien retranscrit à l’écran, avec une mention spéciale pour l’automne ou la lumière hivernale, d’une justesse magnifique. Mais Farming Simulator 22 c’est aussi du clipping, des éléments lointains qui clignotent et scintillent, des éléments du décors parfois composés de 3 textures malades et de bâtiments lambda qui ont de sérieux soucis de proportion. On attendait un peu plus du premier Farming Simulator nouvelle génération. C’est valable aussi pour le framerate qui connait quelques légères baisses selon la façon dont s’oriente la caméra derrière un tracteur. Farming Simulator 22 n’est graphiquement ni beau ni laid et vaut surtout visuellement parlant pour la modélisation de ses machines, excellente comme toujours. D’un point de vue sonore c’est un jeu comme toujours discret mais respectueux des sonorités du métier.

8/10
On attendait vraiment Farming Simulator 22 pour la première apparition de la franchise sur Xbox Series X|S et on n’est pas déçu. Ce n’est pourtant pas sur l’aspect technique -perfectible- du titre que l’on a trouvé notre bonheur, mais dans son contenu varié et gargantuesque. Les nouveautés font mouche et apportent une grande plus-value à une expérience qui a depuis longtemps fait ses preuves. L’amateur a de quoi ici passer des semaines à faire, défaire, expérimenter et découvrir, la proposition semble sans fin. On imagine dès lors le plaisir que pourra ressentir celui pour qui Farming Simulator 22 sera le premier du genre : de quoi perdre la tête… Pourvu qu’il ait la volonté de dompter un jeu qui n’est pas foncièrement difficile, mais peu accueillant pour les nouvelles têtes. Mais on a envie de vous dire : forcez-vous ! En dépit de ses bugs et quelques lourdeurs, Farming Simulator 22 est un jeu formidablement prenant, une référence absolue du genre.

+

  • Contenu titanesque
  • Véritable choix du type d’agriculture à conduire
  • Des nouveautés qui renouvellent grandement l’expérience
  • Retrouvailles/rencontre avec une ambiance particulière
  • De nombreux produits sous licence officielle
  • Catalogue de mods déjà investi par les passionnés
  • Modélisation des véhicules très soignée…

-

    • … Mais un jeu techniquement timide
    • Physique sous acides et nombreux petits bugs
    • Certaines choses méritent plus d’explications