Jeux

FIFA 11

Sport | Edité par Electronic Arts | Développé par EA Vancouver

8/10
360 : 30 septembre 2010
26.10 à 10h49 par |Source : http://www.xbox-mag.net

Test : FIFA 11 sur Xbox 360

Depuis l’édition 09, FIFA a acquis ses lettres de noblesse en surpassant une bonne fois pour toutes son principal concurrent et rival : Pro Evolution Soccer. Un nouveau statut qu’il doit désormais protéger toutes les années à la même période. La licence d’Electronics Arts avait réussi son premier examen de passage l’année dernière avec brio. Et cette année avec FIFA 11 ?

On ne change pas une équipe qui gagne

Si s’emparer du trône de la meilleure simulation de football a dû être une grande fierté pour Electronics Arts et ses équipes, ils peuvent surtout remercier la déchéance de Konami et son incapacité à se renouveler. C’est désormais ce danger qui guettera FIFA chaque année. A eux de faire en sorte de ne pas tomber dans le piège de la tranquillité à la manière de ce qu’a vécu l’Olympique Lyonnais (ou Konami avec Pro Evolution Soccer justement) après plusieurs glorieuses années auréolées de nombreux titres dont celui de champion de France sept années de suite.



Pour ne pas tomber dans ce fameux piège, il faut donc oser se renouveler et proposer un nouveau challenge qui pourra satisfaire les fanatiques de ballon rond. Cette année, EA Canada nous propose donc le "personnality+". Qu’est-ce donc ? Tout simplement une nouvelle façon de jouer. Si vous vous souvenez bien, à moins de changer les options, les passes et autres tirs étaient bien trop souvent téléguidées et arrivaient à destination en moins de deux. Un système guère réaliste que les développeurs ont corrigé avec le "Pro Passing". Comment cela se traduit-il sur l’écran ? Tout simplement par une augmentation de la sensibilité : bien doser sa passe (ou son tir) devient dès lors, particulièrement primordial. Ne vous étonnez pas si, durant vos premières parties, votre équipe vous propose un florilège d’erreurs en toutes sortes : passes interceptées, mal dosées, tirs qui visent plus les pigeons que la lucarne du gardien adversaire. Il faut désormais se réhabituer aux contrôles, ce qui passe donc par une petite phase d’apprentissage.

Le changement dans la continuité

Le personnality+ ne concerne pas seulement les passes ou les tirs mais aussi la physique. Déjà présente dans le dernier opus, sa gestion devient, là encore, primordiale. En effet, fini les Messi qui se permettaient de tutoyer dans les airs les plus grands gabarits. Les duels deviennent ainsi particulièrement intenses et les joueurs qui présentent un déficit au niveau de la taille devront ruser et jouer des bras pour pouvoir obtenir le ballon. Le tout pour des parties plus réalistes encore même si certains pesteront sur le fait que cela ralentit le jeu. Il n’empêche que les matchs sont plus agréables à jouer d’autant plus que les attaques en deux temps, trois mouvements et passe en profondeur pour se retrouver devant le portier sont désormais une denrée rare. Les défenseurs sont aux aguets et ils sont plus efficaces au pressing. La remarque est identique pour les gardiens de but qui savent (enfin) sortir même si l’on regrettera qu’une palette de leurs nouveaux mouvements semble réservée aux pénalties.



Quant au mode en ligne, en plus d’être plus riche niveau contenu avec la présence de 2vs2, 3vs3 etc. Et bien entendu les Ligues et les Clubs. Tout ce petit monde bénéficie du gameplay revu pour proposer des parties très plaisantes même si les conditions de jeu ne sont pas encore parfaites du fait de la présence de bugs notamment au niveau des Clubs mais aussi des serveurs EA plutôt instables où déconnexions (des serveurs EA ou même du Live) et lag sont monnaie courante. Gageons qu’Electronics Arts prendra soin de corriger tout cela via une petite Mise à Jour salvatrice.

FIFA puissance 11

Avec la présence d’un mode carrière plus dur et plus long que jamais grâce à la fusion du mode"Be a Pro"et "Manager" (ce qui vous permet d’être Joueur, Manager, ou même Entraîneur-Joueur) mais aussi grâce à la présence d’un mode où vous vous mettez dans la peau (ou plutôt dans les gants) du gardien de but, FIFA 11 peut-il viser la partie parfaite ? Pas tout à fait. S’il y a eu d’indéniables progrès dans de nombreux domaines par rapport au précédent opus, on peut regretter de nombreuses choses. En premier lieu, si la navigation est plus plaisante avec des menus clairs et bien réalisés, on ne peut pas en dire autant des graphismes qui n’évoluent que très peu, pour ne pas dire pas du tout. Si les joueurs les plus connus de la planète ont bénéficié d’un soin particulier en ce qui concerne leur modélisation, on ne peut toujours pas en dire autant pour les autres. D’autant plus que cela se sent qu’Electronics Arts a des studios lyonnais : les joueurs de l’Olympique Lyonnais sont les seuls joueurs d’un club français à avoir une équipe entière modélisée à la perfection. Même l’actuel champion de France en titre ne bénéficie pas d’un tel soin : il suffit de voir la bouille de Valbuena doté d’une queue de cheval pour s’en convaincre.



De même qu’il est assez aberrant de voir que Lyon est doté de meilleures caractéristiques que son principal adversaire malgré un début de saison particulièrement désastreux ! Et ne comptez pas sur le Live Season pour corriger toutes ces bizarreries. En effet, contrairement aux autres opus où au moins un championnat était gratuit, il va falloir sortir les MS Points pour bénéficier de mises à jour de statistiques. En contrepartie, EA va nous proposer le prochain "Ultimate Team" gratuitement. Mais pas sûr que cela plaise à de nombreuses personnes…

Au niveau des déceptions, on peut également ranger la lenteur des menus particulièrement horripilante avec les nombreux chargements notamment au lancement et dans le calendrier du mode Carrière où vous pourrez tranquillement aller aux toilettes entre deux matchs, c’est vous dire (et c’est à peine exagéré)… On pourra aussi pester sur le jeu de tête, guère précis notamment au niveau des orientations même si au final, cela reste assez réaliste.

De nombreux défauts qui sont toutefois altérés par le plaisir de jouer puisqu’au niveau gameplay (mis à part peut être les pénalties) FIFA 11 rend une copie quasi parfaite. Mais nous sentons toutefois un manque de nouveautés dans le fond. Une chose à laquelle va devoir s’atteler Electronics Arts sous peine de subir prochainement le vrai « retour du roi » si Konami en a encore les moyens.


Si FIFA 11 est loin de rendre une copie parfaite, le jeu d’Electronics Arts fait le boulot et le fait très bien notamment avec un gameplay plus réaliste et agréable que jamais. L’actuel roi de la simulation footballistique va quand même devoir surveiller ses arrières puisqu’il semble peiner à se renouveler réellement notamment sur le fond par rapport aux précédents opus.

+

  • Un jeu plus posé
  • Les tirs et autres centres plus précis
  • Le mode gardien
  • Le personnality+
  • Toujours plus plaisant
  • Gameplay amélioré

-

    • Une navigation beaucoup trop lente
    • Le Live Season complètement payant
    • Quelques aberrations niveau stats ou physique de joueurs
    • Manque de nouveautés sur le fond