Jeux

Ganryu 2: Hakuma Kojirō

Action | Edité par Just for Games | Développé par Storybird Studio

4/10
One : 22 avril 2022
17.05 à 11h27 par - GXL Redge

Test : Ganryu 2: Hakuma Kojirō sur Xbox One

T’en chies noobie ?

Disparue aussi rapidement qu’elle n’était apparue, la franchise Ganryu n’aura finalement connu qu’un seul épisode, sorti sur Neo Geo MVS en 1999. En tout cas jusqu'à ce que les développeurs marseillais de Storybird Studios se décident de sortie un nouvel épisode de cette licence imaginée par les japonais de Visco. Ganryu 2: Hakuma Kojirō est désormais disponible sur Xbox avec la promesse de jouer du katana et du shuriken à l'ancienne, difficulté comprise.

Trop rares sont les jeux de ninjas de nos jours, et pourtant on se souvient d’une époque florissante dans les années 80 – 90. Ganryu 2 veut vous faire revivre les joies d’antan en reprenant les codes des principaux beat them up de l’époque tels que Shinobi, Shadow Dancer, Ninja Gaiden ou encore Ninja Spirit. Dans Ganryu 2, on incarne Musashi, le ninja déjà à l’honneur dans l’épisode sorti en 1999. Après avoir vaincu Kojiro dans le premier opus, Musashi aspirait à une retraite tranquille… Mais c’était sans compter le retour de l’esprit vengeur de Kojiro, bien déterminé à prendre sa revanche. Vous l’aurez compris, le scénario respecte les standards d’autrefois à savoir : être suffisamment court pour tenir sur une jaquette et donner envie d’en découdre.

Ganryu 2

Ganryu 2 ne renie pas son prédécesseur et se pare de graphismes rétros avec de gros sprites clinquants comme pouvait le proposer la Neo Geo MVS ou sa variante de salon la Neo Geo AES. Nous ne sommes donc pas en face d’un style 8 bits que les yeux peuvent avoir du mal à encaisser aujourd’hui. L’animation, par contre, est un peu en deçà. Autant le personnage principal est épargné de ce côté-là, autant la majorité des ennemis ne bénéficient que d’une animation assez sommaire.

Les décors sont variés, le rendu esthétique est tout à fait correct, mais ils manquent un peu de folie. Du temps de la Neo Geo nous étions ébahis par la richesse des animations, même au niveau des arrière-plans, et on aurait apprécié retrouver cette vie dans Ganryu 2. La bande son, quant à elle, est un petit bijou rétro mais pas trop, punchy, elle donne envie de partir trancher du vilain. Notez que les possesseurs de Xbox One n’ont pas de raison de jalouser ceux qui ont une Xbox Series X puisqu’il n’y a pas d’améliorations particulières entre les deux supports.

Ganryu 2

Ganryu 2 offre une campagne découpée en 5 missions, elles-mêmes divisées en 2 actes, et vous fera traverser le Japon du Nord au Sud. Notre ninja doit se frayer un chemin à l’aide de son katana et de ses kunais. Malheureusement, s’il est habile de ses mains, Musashi manque de souplesse dans ses mouvements. Oui, c’est très amusant de courir tout droit en tailladant tout ce qui bouge sur notre passage, mais quand vient le moment de ralentir et de bondir de plateformes en toitures en passant par les branches, notre ninja s’apparente plus à un pachyderme qu’à un yamakasi. On parle pourtant bien de Ninja, et pas de Samouraï. C’est dommage car le jeu est, d’un point de vue gameplay, assez simple à prendre en mains.

Histoire de varier un peu les plaisirs, Ganryu 2 ne se contente pas d’une campagne à parcourir uniquement sur ses deux pieds, mais propose aussi d’embarquer (et de souffrir) dans un wagon qui traverse une mine. On profite de cette précision pour évoquer quelques incohérences de level-design. En effet, certains élément ne sont pas toujours distinctement identifiables comme étant des obstacles ou des élément en arrière plan… Autant dire que dans certain cas, c’est la crise de nerfs assurée et le trajet en chariot de mine se transforme en vrai calvaire à cause de ce point par exemple. Toujours dans la rubrique « peut mieux faire » : les hitboxes du mensonge, il n’est pas rare d’encaisser des dégâts alors que visuellement, notre ninja n’a même pas froissé sa tenue. Rageant. Une courte phase de shoot them up horizontal arrive à surprendre, car on ne s’attend pas vraiment à ça quand on repense aux jeux du même genre, mais finalement c’est suffisamment court et plutôt bien réalisé.

Les boss ne sont malheureusement pas mémorables, et ponctuent chacun des actes en demandant une précision et un timing parfait, ne laissant aucune place à l’improvisation. À tout cela, rajoutez un soupçon de « difficulté punitive non réglable » et vous obtenez un jeu exigeant, qui, malgré ses seulement 5 missions va vous obliger de faire et refaire les mêmes niveaux pour espérer terminer le jeu sans être interrompu par un Game Over fatidique. On ne va pas se mentir, on aurait apprécié un mode de difficulté réglable ou la possibilité de faire le jeu avec des continus infinis, quitte à pénaliser le scoring, afin de pouvoir apprendre toutes les subtilités sans craindre de devoir tout recommencer après chaque nouvel obstacle d’ampleur.

4/10
Ganryu 2 ressemble à un bon jeu rétro, sonne comme un bon jeu rétro, mais souffre d’un manque de finitions caractéristique de notre époque. Le jeu n’est pas accessible à tout le monde, et demandera un apprentissage rigoureux afin de parvenir à boucler l’aventure, sinon le verdict sera sans appel, il faudra tout recommencer. Le challenge est malgré tout satisfaisant pour les joueurs aimant les défis à l'ancienne. On gardera en tête la bande son qui sublime le jeu et qui mériterait même d'être écoutée dans votre playlist. Ganryu 2 satisfera un public averti prêt à faire quelques concessions.

+

  • Graphismes à l’ancienne mais assez propres
  • Bande-son rythmée et pertinente
  • Chaque niveau a une identité visuelle distincte

-

    • Dur, parfois trop dur
    • Maniabilité rigide et assez lourde
    • Parfois confus
    • Quelques incohérences de level-design