Jeux

Hazel Sky

Aventure | Edité par Another Indie | Développé par Coffe Addict Game Studio

5/10
One : 20 juillet 2022
02.08 à 14h27 par

Test : Hazel Sky sur Xbox One

Un vol qui tombe un peu à plat

Le studio indépendant brésilien Coffee Addict vient de sortir sa seconde production avec Hazel Sky, disponible depuis le 20 juillet 2022 sur Xbox One et Xbox Series X|S. Grâce à l'éditeur Neon Doctrine, qui ne publie que des jeux indépendants, nous nous sommes lancés dans cette fable initiatique, et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'expérience fut mitigée.

Tout commence dans une barque, où un père emmène son fils sur une île. Bras droit du vingt troisième ingénieur en chef, le père de Shane Casey se voit dans l’obligation de l’emmener sur l’île familiale de Ciara, afin que son fils puisse y passer les épreuves initiatiques et revenir en ville en tant qu’ingénieur. Voilà une grosse pression pour ce jeune homme, car soit il réussit les épreuves, soit il restera banni à jamais de la ville de Gideon, la cité industrielle qui vole dans les nuages. L’aventure proposée embarque le joueur vers la destinée du jeune Shane, avec des épreuves qui vont lui permettre de s’affirmer et ainsi prouver qu’il est capable d’assumer son futur rôle d’ingénieur. Un contexte marqué par le désir de Shane d’assouvir sa passion pour la musique, tiraillé entre ses obligations et sa soif de liberté via la pratique de son art.

Hazel Sky 4

Cette balance entre destinée et désir sera le fil conducteur de toute l’aventure, les interventions d’Erin, une autre apprentie avec qui le héros communique par radio, amenant à chaque fois un questionnement du héros sur sa situation et sur les actions qu’ils devraient faire. Le jeu se décompose en trois chapitres, chacun se déroulant sur une île différente où le but de Shane est de réparer une machine volante. Il y a aussi un quatrième chapitre bonus en guise de final, avec une fin alternative possible.

Côté gameplay, tout se fait de manière très simple avec seulement quelques touches à utiliser pour voir les objets, les prendre en mains et les déplacer, mais aussi s’accrocher aux corniches. La jouabilité pourrait sembler simpliste, mais il faut souvent utiliser deux touches en même temps, ce qui pose régulièrement problème avec des bugs qui plombent la jouabilité, malheureusement.

Hazel sky 5

A la fois jeu d’aventure solo, puzzle game (pour débloquer des situations), jeu d’exploration lorsqu’il s’agit de trouver des objets à collectionner (objets, livres, notes de sa famille), et jeu de plateforme très «nineties», le titre est assez prenant. D’autant plus que des intermèdes musicaux à la guitare sont disponibles et que l’on en apprend un peu plus au fur et à mesure de l’aventure sur la famille de Shane. Les graphismes sont chatoyants et les énigmes sont difficiles mais jamais impossibles, nous obligeant à réfléchir et à ne pas foncer tête baissée. Les items que l’on récupère sont consultables dans le menu pause, ce qui nous permet de savoir ce que l’on a manqué.

Par contre, malgré sa direction artistique réussie et aguichante, et son scénario simple mais efficace, les bugs sont assez présents, tant au niveau du gameplay que sur des zones inaccessibles qui nous empêchent de récolter certains items et donc de passer à côté d’une partie de l’histoire familiale des Casey. Les phases de plateformes sont peu évoluées et font penser à des jeux du type Aladdin dans les années 1990, avec un gameplay tout aussi alambiqué et difficile. Un des gros points noirs pour la compréhension de l’histoire et l’évolution du scénario réside dans une absence de doublage en français, tant dans les dialogues que dans les sous-titres, ce qui gâche les conversations entre Shane et Erin. La durée de vie en ligne droite, sans chercher tous les collectibles, est de moins de 3h. De plus, il est impossible de refaire un chapitre, et l’on est obligé de reprendre l’aventure du début si l’on veut trouver les objets que l’on aurait manqué ou faire les succès loupé lors du premier run. Par contre, le point positif est que l’on garde nos collectibles trouvés d’une partie à l’autre.

Malgré un scénario et une DA sympa, la durée de vie ainsi que les bugs et l’absence de VF pourront rebuter certains joueurs. Au passage, l’éditeur précise qu’il existe quelques passages faisant référence a des suicides et des morts en début de partie, une mise en garde liée au fait que le joueur découvrira pas mal de squelettes au fur et à mesure de ses pérégrinations. Le jeu ne peut donc pas être mis dans des mains innocentes.

5/10
Au final, ce petit jeu d'aventure initiatique sympathique est terni par de nombreux points négatifs, rendant l'expérience vidéoludique assez difficile. Par contre, si les bugs de gameplay et de zones non accessibles disponibles sont corrigés par un patch, Hazel Sky pourrait devenir un jeu très agréable, même si sa durée de vie reste son principal défaut.

+

  • Direction artistique sympathique
  • Scénario plutôt bien ficelé
  • Conservation des objets découverts d'une partie sur l'autre
  • Fin alternative possible

-

    • Bugs de gameplay et d'affichage
    • Pas de VF (pas même en sous-titres)
    • Durée de vie très courte
    • Pas de possibilité de rejouer chapitre par chapitre

Sur le même thème