Jeux

Kill it with Fire

| Edité par tinyBuild | Développé par Casey Donnellan Games

3/5
One : 04 mars 2021
04.03 à 10h10 par - Rédacteur

Test : Kill it with Fire sur Xbox One

Mygale, mi-raisin

Qui n'a jamais rêvé d'exploser une petite araignée qui crapahute dans la maison ? Cette phobie totalement irrationnelle présente chez beaucoup de gens trouve enfin une réponse en jeu vidéo grâce à Casey Donnellan et l'éditeur tinyBuild. Armez-vous jusqu'aux dents, le règne de la peur instauré par les arachnides va bientôt prendre fin.

Une araignée dans un tiroir. Voici le pitch de départ de Kill it with Fire, un jeu à mi-chemin entre le walking-simulator et le FPS explosif qui va vous demander d’éradiquer un maximum d’araignées dans des lieux plutôt communs. Un scénario emprunté au quotidien de tous les arachnophobes qui rêvent de se débarrasser définitivement de toutes ces petites bestioles qui cavalent tranquillement dans leur maison. Une idée imaginée par le seul Casey Donnellan, dont le projet a été porté par l’éditeur tinyBuild. Et le titre nous met rapidement dans le bain. Après avoir parcouru un petit couloir pour débusquer notre premier ennemi, nous voici dans le salon en train de retourner la bibliothèque et la télévision pour écraser les araignées qui ont eu la malheur de trouver refuge chez vous.

 092abe2f-f750-4a4a-b206-270d022eb2f8

Le titre reprend un principe simple, vous demandant d’éliminer un certain nombre d’araignées pour ouvrir diverses portes et meubles. Autant dire que le but du jeu va vite mettre votre intérieur sens dessus-dessous, notamment grâce à une physique un peu fantaisiste qui permet d’envoyer des objets aux quatre coins de la baraque en très peu de temps. Le gameplay est relativement souple, et même si son principe se serait bien prêté à une adaptation en réalité virtuelle, on prend plaisir à mettre un méchant bordel en peu de temps, tout en ayant cette petite boule au ventre de peur de découvrir une bête à huit pattes sous un vase ou un bouquin. Une sensation qui disparaît un peu au fur et à mesure du jeu, notamment dû à la présence d’un arsenal digne d’un jeu de guerre avec magnum, fusil à pompe et cocktails molotov, entre autres. Le titre dispose ainsi d’un bon rythme malgré une durée de vie riquiqui de trois petites heures. En faire le tour à 100% demande un peu plus de temps de jeu puisqu’il faut nécessairement remplir tous les objectifs pour espérer y parvenir.

Et c’est là toute la malice du développeur puisqu’en plus de demander au joueur d’éclater des araignées, il est également possible de remplir des objectifs annexes, souvent mis en place pour donner l’opportunité de s’amuser avec le moteur physique du titre. Entre deux écrabouillages, on se prend au jeu d’aller résoudre une petite énigme ou balancer des sacs poubelle dans une benne dans l’espoir de débloquer un défi secondaire plutôt corsé. De quoi augmenter la durée de vie, mais aussi d’aller décrocher la vraie fin du jeu.

bcd1fef2-e6ec-4295-a269-ef8c3762b98b

Le jeu parvient ainsi à éviter un peu la monotonie, notamment avec la volonté de changer les environnements au travers des neuf niveaux proposés tout au long de l’aventure. Entre la chambre à coucher, la cuisine, le garage, le magasin ou encore le jardin japonais, il y a réellement de quoi être dépaysé. On regrette cependant que les niveaux en extérieur soient un peu moins intéressants que le reste, et participent même à enlever cette angoisse de découvrir une araignée au fond d’un placard. Le bestiaire aussi est élargi avec des araignées standards, sauteuses, explosives et même radioactives, qui ont la capacité de redonner vie aux cadavres de ses congénères. Il est alors nécessaire de s’organiser un minimum, avec la possibilité de récupérer des paquets de nourriture et ainsi attirer les araignées et les transformer en d’autres types pour se faciliter la tâche ou aider à remplir certains objectifs.

Des améliorations sont également disséminées dans les niveaux, avec la possibilité d’upgrader un détecteur d’araignées, véritable hommage à Ghostbusters. Les armes aussi peuvent s’améliorer en récupérant des boîtes souvent bien cachées dans les niveaux, et permettant ensuite de débloquer des balles enflammées pour le fusil à pompe par exemple, comme si l’arsenal de base n’était déjà pas assez disproportionné. La présence de quelques features originales, comme la possibilité d’aborder les niveaux en étant minuscule, contribue également un peu à la rejouabilité et offre en l’occurence un angle d’attaque différent. On prend vraiment du plaisir à évoluer dans le jeu, et on regrette même l’absence d’un mode multijoueur, coopératif ou compétitif, qui aurait amené encore un peu plus de profondeur au titre. Ses décors et ses couleurs pastels lui offrent un certain charme et permettent de faire passer assez facilement des graphismes souvent taillés à la serpe. Quelques bugs dérangeants viennent parfois calmer les ardeurs, en faisant disparaitre des objets utiles derrière un mur, sans possibilité de les récupérer, et c’est bien dommage.

3/5
Basé sur une idée tout à fait originale, Kill it with Fire permet d'assouvir ce doux rêve de pouvoir éclater de l'araignée en pagaille. Le développeur Casey Donnellan a eu la bonne idée de proposer une escalade dans l'excès avec un arsenal totalement démesuré qui ferait pâlir de jalousie certains FPS. Mais le jeu se heurte finalement à une durée de vie trop légère, quoique un peu compensée par une bonne rejouabilité. Un jeu agréable à parcourir, mais que l'on aurait souhaité un peu moins éphémère.

+

  • Concept original
  • Arsenal énorme et démesuré
  • Plusieurs types d'araignées
  • Détecteur façon Ghostbusters
  • Bonne rejouabilité

-

    • Trop court
    • Niveaux en extérieur moins intéressants
    • Un mode multi aurait été appréciable
    • Quelques bugs