Jeux

The King of Fighters XV

Combat | Edité par SNK Playmore | Développé par SNK

8/10
Series X/S : 17 février 2022
11.02 à 17h10 par - Rédacteur

Test : The King of Fighters XV sur

La Isla Bonita

Le futur s’est fait attendre ! Douze années se sont écoulées depuis la sortie du fantastique KOF 13 sur Xbox 360 et depuis, exception faite des portages depuis la Neo Geo de la quasi-intégralité de la saga, nous autres joueurs Xbox avons dû ronger notre frein en attendant le retour de l’élu de nos coeurs. Mais ça y est, nous y sommes : 2022 marque l’arrivée de The King of Fighters XV sur Xbox Series X|S. Kyo, Iori, Terry, Mai et compagnie reprennent ainsi du service dans cette nouvelle mouture qui à défaut de nous scotcher, fait plutôt bien le boulot.

Si vous n’avez pas eu l’occasion de jouer à The King of Fighters XIV sur Playstation 4 et que vous faites donc potentiellement aujourd’hui le grand saut depuis l’épisode XIII (on l’avait testé à l’époque et aujourd’hui encore on vous le recommande chaudement), vous pouvez éventuellement être quelque peu surpris par cette quinzième édition du roi des combattants. Rassurez-vous, on est toujours face à un versus fighter 2D (2.5D pour être précis) axé sur les combats de 3 contre 3 qui ont fait sa particularité, on ne change pas (ou plus) une équipe qui gagne. On retrouve toutefois dans The King of Fighters XV le moteur basé sur l’Unreal Engine 4 une pate artistique semblable à celle qui a habillé le quatorzième épisode : des sprites de grande taille comme on les aime, des décors vivants et éclectiques, mais des couleurs glossy, tapageuses, pour des personnages aux traits adoucis et un aspect globalement très porté sur le polish. C’est propre cela dit et ça colle d’une certaine manière assez bien avec la relative légèreté de ton qui englobe The King of Fighters XV.

KOF-15-Isla (1)

On ressent cela au travers des éléments scénaristiques qui accompagnent le mode solo principal (on va y revenir) et les trois nouveaux personnages qui font leur entrée dans la famille KOF, complétant le roster pour un total de 39 personnages. On découvre ainsi Isla, jeune fille en rogne (en particulier contre Shun’Ei, de nouveau protagoniste principal de l’histoire), tout droit sortie d’une vidéo Tik Tok. Dolores est également de la partie, s’affichant comme une sorte de sorcière Voodoo, prêtresse mystico-sexy comme seul un jeu de baston peut aller imaginer. Et puis il y a l’étrange Krohnen, qui rappelle tout de suite un autre personnage de la saga, mais à la sortie d’une séance maquillage pour Patron Incognito qui aurait mal tourné. Vous l’avez compris, on n’est pas particulièrement fana du chara-design des nouvelles recrues, pas plus que l’on a pu l’être en découvrant Antonov dans l’épisode XIV cela dit. Toutes ces considérations esthétiques demeurent naturellement personnelles, c’est une affaire de sensibilités et quoi qu’il en soit, The King of Fighters XV ne manque pas de nous permettre de renouer avec les vétérans (Kyo, Iori et les bandes de Fatal Fury ou Art of Fighting), des figures de l’époque 99-2001 (K’, Angel, Kula ou Whip) et une bonne frange de ceux qui ont marqué la saga au-delà comme Ash ou Elisabeth. Bref, côté roster on est globalement satisfait, il y a de quoi s’amuser.

KOF15-Yagami (6)

Du côté des modes de jeu The King of Fighters XV va à l’essentiel. Côté solo/local, on retrouve le versus classique en 3vs3, la possibilité de jouer en 1vs1, le tout en affrontements uniques ou sous la forme d’un tournoi. Il y a un mode didacticiel pour vous apprendre simplement et efficacement les bases, un mode entrainement pour mettre les choses en application et pour les durs, un mode défi qui demande une bonne dose de dextérité pour exécuter des combos de plus en plus complexes. Le morceau principal de la partie solo se nomme « histoire » mais n’attendez pas quelque chose de grandement mis en scène, il s’agit d’un mode arcade classique entrecoupé de quelques cut-scenes. Il est néanmoins possible d’en découvrir un certain nombre en fonction de l’équipe choisie. Comme vous le savez, les équipes dans KOF ont leur appellation et leur petite histoire ; The King of Fighters XV n’échappe pas à la règle et nous permet ainsi de découvrir divers pans de ce nouvel épisode de la saga débutée avec KOF XIV. Comme évoqué rapidement un peu plus haut, le ton est assez léger. Pas qu’il ait été particulièrement archi-sérieux par le passé, mais on sent que la série a pris un petit tournant depuis l’épisode précédent, une petite cure de rajeunissement à tous les étages à laquelle il peut être difficile, pour ceux qui ont grandi dans l’admiration des opus Neo Geo, d’accueillir à bras ouverts.

KOF-15-Dolores-1

Oui, il serait temps de tourner la page, vous avez probablement raison, d’autant que l’essentiel est de prendre du plaisir à jouer, ce qui est le cas avec The King of Fighters XV. Sur la plage, dans les rues ô combien caricaturales d’un village français, dans les allées d’un parc d’attractions un peu glauque et bien évidement sur les pavés de l’arène du tournoi, The King of Fighters XV délivre un gameplay nerveux, précis. Les habitués retrouvent ici un ensemble de commandes, de variantes suivant les personnages, de techniques d’esquives et de contres qu’ils connaissent bien. On se sent tout de suite à la maison, même contraint de jouer avec une manette Xbox Series X|S de base et ses horribles cliquetis. Les commandes répondent toutefois bien, on n’a pas trop à pester contre le matériel, même si l’on aurait aimé pouvoir à cette occasion disposer d’un bon fightpad ou d’un stick arcade.

kof-15-angel-1

C’est donc au pad que l’on a tourné et retourné le mode histoire et apprécié le feeling global des affrontements. SNK fait honneur à sa réputation en délivrant un jeu bien animé, tournant comme un charme et représentant un bon équilibre entre mécaniques éprouvées et nouveautés. On retrouve ainsi les coups spéciaux, leurs variantes EX, les attaques super spéciales et lorsque la barre de puissance est bien chargée, les attaques Climax. Le mode Max est toujours de la partie, vous permettant de sacrifier une barre de puissance contre quelques secondes en étant plus fort et plus résistant. Il se voit ici accompagné du nouveau Mode Max « Quick » autorisant certains enchainements sans laisser la petite fenêtre d’ouverture habituelle. Côté défense, The King of Fighters XV introduit le « Shatter Strike », un blocage/contrattaque particulièrement brutal, en échange d’une barre de la jauge de puissance. Pour contrebalancer cette nouveauté en défense, le jeu intègre le « rush », soit l’enchainement rapide de petites attaques se concluant, selon le niveau de jauge de puissance disponible, par une attaque spéciale. Cela semble simplifier les mécaniques de jeu mais ne vous méprenez pas, tout cela est moins facile à caser qu’il n’y parait. The King of Fighters XV est un titre qui, à notre échelle, nous a semblé plutôt bien équilibré. Le système 3vs3 demeure très bon pour permettre l’équilibre et donner aux affrontements, selon l’ordre choisi, un certain aspect stratégique.

kof-15-ralf-clark-1

The King of Fighters XV est un jeu de baston plaisant mais il faut bien avoir à l’esprit que c’est essentiellement l’expérience de jeu qui fait son attrait, pas tellement son contenu hors roster, somme toute assez sage. Surtout si vous n’êtes pas porté sur les combats en ligne. En solo, on a vite fait le tour du mode histoire et ce n’est pas le boss de fin qui rend l’expérience plus motivante… On vous laisse le soin de découvrir cela manette en main. Disons seulement que Rugal, Goenitz, Orochi et compagnie peuvent dormir sur leurs deux oreilles, leur légende n’est nullement inquiétée. Il manque à la partie solo de The King of Fighters XV la petite carotte qui fait avancer comme le déblocage d’un personnage, d’un stage ou la présence d’un mode survie. Rien de cela ici, mais on salue tout de même la présence des bandes-son des précédents KOF, déblocables suivant certaines conditions et applicables à n’importes quels stages. C’est cool. L’offre côté multijoueur est plus solide en revanche, avec des matchs classés ou non, la création de lobbys voire la possibilité de s’entrainer en ligne. Reste à savoir si la qualité est rendez-vous côté netcode (SNK promet du solide de ce côté), notre session de test ne nous permet pas le recul suffisant pour vous donner un avis constructif sur la question.

kof-mary-2

8/10
Difficile de cacher l’excitation liée à la sortie, enfin, d’un nouveau KOF sur une console Xbox. Une fois le coup de chaud mis de côté, on retient de The King of Fighters XV un versus fighter dans la droite lignée de nombre de ses prédécesseurs : amusant, dynamique, précis, riche d’un ensemble de mécaniques de jeu poussant à la découverte et au dépassement de soi. The King of Fighters XV n’en demeure pas moins un jeu à la direction artistique potentiellement clivante, bien qu’il délivre une prestation propre, sans éclat mais sans bavure. Bien fourni côté roster, un peu moins côté modes de jeu et contenu annexe, le jeu de baston de SNK conviendra sans problème aux fans et à ceux qui cherchent un versus fighter aussi plaisant qu’exigeant.

+

  • Choix des personnages globalement satisfaisant
  • Gameplay riche pour une belle courbe de progression
  • Combats nerveux et précis
  • Bande-son archi-complète
  • Propre et bien animé…

-

    • … Mais des choix artistiques qui peuvent déplaire
    • Modes de jeu solo limités au strict minimum
    • Boss de fin sans éclat