Jeux

Klonoa Phantasy Reveries Series

Plateformes | Edité par Bandai Namco

8/10
One : 08 juillet 2022
14.07 à 10h02 par - Rédacteur en Chef

Test : Klonoa Phantasy Reveries Series sur Xbox One

Rupurudu !

Alors que la tendance des remasters et remakes se confirme année après année, Bandai-Namco peut se targuer d'avoir été l'un des premiers à vouloir titiller la fibre nostalgique des joueurs, avec la franchise Pac-Man notamment. Mais l'éditeur japonais semble encore hésiter concernant de nombreuses franchises qui mériteraient pourtant de revenir sur le devant de la scène. C'est le cas de Klonoa, un chat aux grandes oreilles qui était parvenu à séduire les amateurs de jeux de plateformes il y a plus de 20 ans et qui est désormais de retour par le biais d'une compilation.

Plus de vingt ans après la sortie de son dernier épisode sur console de salon, Klonoa est enfin de retour. Pas avec un jeu inédit, mais grâce à une compilation des deux épisodes sortis sur les consoles PlayStation entre 1997 et 2001. En lançant Klonoa Phantasy Reverie Series, le titre nous invite ainsi rapidement à choisir entre Klonoa: Door To Phantomile, qui fête ses 25 ans cette année, ou Klonoa 2: Lunatea’s Veil, sorti une génération de consoles plus tard avec une disponibilité sur PlayStation 2. A noter qu’il existe trois autres jeux tirés de la franchise, tous sortis sur des consoles portables, mais qui ne sont malheureusement pas proposés ici. Une collection qui aurait pourtant gagnée à être complète avec ces épisodes réalisés entièrement en 2D. Vous ne trouverez donc pas Moonlight Museum sorti sur Wonderswan, ni Empire of Dreams et Dream Champ Tournament qui avaient vu le jour sur Game Boy Advance, et accessoirement mis fin à la saga.

d0335225-12e3-4472-abb0-c41cf00c0a7e

Bandai-Namco a donc décidé de se concentrer sur les deux épisodes canoniques de la série. Car Klonoa propose un véritable scénario et pas juste un simple enchainement de niveaux. Après un réveil douloureux, notre héros à poils se rend dans le Royaume des Rêves pour éviter de le voir se transformer en cauchemar. Pour cela, le jeu prend la forme d’un jeu de plateformes en 2.5D, c’est à dire que l’on dirige Klonoa en scrolling à la manière d’un vieux Mario ou d’un Sonic en 2D, mais que les décors permettent quelques fantaisies pour donner l’impression d’évoluer dans un monde en 3D. D’ailleurs les développeurs se sont amusés à placer quelques embranchements pour renforcer ce sentiment de liberté totalement illusoire, et ainsi nous offrir un level-design intéressant malgré son caractère archaïque, car finalement assez limité dans l’espace. Le principe est exactement le même dans les deux jeux, malgré leur cinq ans de différence d’âge.

Et plutôt que de coller aux standards de l’époque, et à l’aube d’une véritable révolution du genre engagée par Super Mario 64 un an plus tôt, les développeurs se sont attachés à apporter quelques nuances au niveau du gameplay. Si la base est bien connue de tous, avec des déplacements de gauche à droite et des sauts, on a tout de même droit à une palette de mouvements étendue avec la possibilité de planer un instant pour rallonger un saut, ou d’utiliser l’anneau de vent en notre possession pour capturer des ennemis dans le but d’effectuer un double-saut par exemple. Une profondeur de gameplay réellement appréciable qui permet à la franchise de se démarquer de la concurrence de l’époque. Le deuxième épisode ajoute d’ailleurs quelques fonctionnalités supplémentaires avec notamment la possibilité d’utiliser des tourbillons façon tonneaux de Donkey Kong, ou de glisser sur des cours d’eau. De quoi amener un peu plus de rythme à l’ensemble.

0a5d7cfa-448f-4878-9f95-b855c5020817

Dans la norme des jeux de l’époque, la durée de vie des deux titres n’est pas énorme, surtout pour le premier épisode. Avec ses 12 niveaux, appelés «visions», Door to Phantomile ne vous tiendra pas plus d’une poignée d’heures, surtout en mode facile. Car au lancement de chacun des jeux, vous avez la possibilité de conserver la difficulté d’origine, dite normale, ou de vous lancer en mode facile. Avec des vies infinies et des cœurs qui descendent moins vite au contact des ennemis, cette option permet d’inviter tout le monde à découvrir ces deux titres. Et compte tenu de la difficulté assez poussée des derniers niveaux, avec la nécessité de caler certains sauts au millimètre, c’est une bonne alternative à la frustration finalement. Lunatea’s Veil propose 16 niveaux de son côté, et prend le temps de décortiquer un peu plus l’histoire avec des cinématiques bien plus présentes, même dans les niveaux entre deux phases de plateformes. La présence de collectibles et de joyaux à ramasser dans chaque niveau pousse un peu à la rejouabilité, d’autant qu’un niveau bonus est à déverrouiller dans Klonoa 2.

Du côté de la technique, on note que le premier Klonoa est en réalité un portage amélioré du remake qui avait vu le jour en exclusivité sur Wii en 2008. Tout y est identique, si ce n’est que les joueurs Xbox peuvent désormais profiter d’un framerate à 60 images par seconde de façon stable et d’une résolution en 4K. Il y a eu un travail un peu plus important en revanche pour adapter Klonoa 2. A tel point qu’on ressent tout de même la différence de générations entre les deux épisodes. Alors oui, les techniques actuelles auraient pu permettre d’avoir un jeu bien plus beau, mais ce n’est pas réellement dérangeant de se retrouver devant des décors qui manquent de détails et de finesse dans la mesure où le gameplay nous rappelle à chaque seconde que les jeux datent d’une autre époque. Les musiques sont en revanche très agréables à l’écoute, et le design de Klonoa n’a finalement pas trop vieilli.

8/10
Cette compilation Klonoa Phantasy Reverie Series c'est avant tout la chance de retrouver, ou découvrir, deux titres difficiles à trouver à un tarif abordable. Si on aurait bien aimé pouvoir profiter de l'intégralité de la saga avec les jeux sortis sur consoles portables, on savoure tout de même cette franchise originale qui est parvenue à marquer le genre du jeu de plateformes. Les mécaniques ont un peu vieilli, mais l'expérience reste très agréable dans l'ensemble. Plus qu'à croiser les doigts pour que Bandai-Namco se lance dans la production d'un épisode inédit dans un futur proche.

+

  • Deux jeux enfin accessibles à tous
  • Quelques mécaniques de gameplay originales
  • Univers et direction artistique agréables
  • Une trentaine de niveaux au total
  • Bonne rejouabilité

-

    • Absence des épisodes GBA et Wonderswan
    • L'ensemble aurait pu être plus joli encore